Lycon (orateur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lycon.

Lycon (en grec ancien Λύκων) est un politicien athénien du Ve siècle av. J.-C..

Lycon est un personnage dont on sait peu de choses. Orateur, il est la cible des poètes comiques tels Eupolis ou Cratinos. Appartenant à l’entourage d’Anytos, il était d’après historienne Claude Mossé il était sans doute chargé avec d’autres de soutenir ses intérêts dans les assemblées ou les procès[1]. Des trois accusateurs dans le Procès de Socrate, Lycon est le moins connu ; son identification historique a parfois prêté à controverses. Son fils, Autolycos, pugiliste vainqueur de l’épreuve des Grandes Panathénées fut l’une des victimes condamnées à mort du régime des Trente[2]. Le philosophe Maxime de Tyr dit dans sa Neuvième Dissertation[3] : « Socrate fut accusé par Mélétos, traduit en jugement par Anytos, poursuivi par Lycon, condamné par les Athéniens, chargé de fers par les onze, et réduit à avaler la ciguë : et Socrate dédaigna Mélitus qui l'accusait, et Socrate couvrit de mépris Anytus qui le traduisait en justice, et Socrate se moqua de Lycon qui parlait contre lui. »

Notice Biographique[modifier | modifier le code]

Lors du Procès de Socrate, Lycon lance avec l’orateur Anytos et le poète Mélétos l’accusation contre le philosophe : il s’occupe de mener les premières procédures. En avril -399, Socrate se voit accuser par Mélétos[4],[5], ainsi que deux de ses amis (Lycon et Anytos), de deux crimes, découpés en trois chefs d’accusation[2],[6],[7],[8] :

  1. Ne pas reconnaître les dieux que reconnaît la cité ;
  2. Introduire des divinités nouvelles ;
  3. Corrompre les jeunes gens[9].

Anytos prétend également que Socrate est le maître à penser de Critias, l’un des Trente Tyrans. Selon Xénophon, Socrate avait publiquement reproché à Anytos de vouloir que son fils, dont il est fier de la victoire[10], qu'il lui succède aux affaires, et de l’avoir éduqué à cette fin. C’est donc par rancœur personnelle qu’Anytos aurait accusé Socrate. Socrate est reconnu coupable, puis condamné à boire la ciguë. Après la mort du philosophe, la foule se tourne contre ses accusateurs et Anytos est contraint de fuir Athènes.

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Mossé 1987, p. 11-28
  2. a et b Xénophon 2014, p. 110-111.
  3. II
  4. Platon, Apologie de Socrate [détail des éditions] [lire en ligne] (19b ; 26-27 ; 36-37)
  5. Xénophon, Mémorables : Livre IV, 4, 4 ; Livre IV, 8, 4
  6. Platon, Apologie de Socrate (24b-c)
  7. Xénophon, Mémorables(Livre I, 1)
  8. Diogène Laërce, Vies, doctrines et sentences des philosophes illustres [détail des éditions] [lire en ligne] (Livre II, 40)
  9. Xénophon, Mémorables (I, 2, 12-47)
  10. Xénophon 2014, p. 50.