Lycée expérimental de Saint-Nazaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lycée expérimental de Saint-Nazaire
Localisation
Localisation Saint-Nazaire, France
Coordonnées
géographiques
47° 16′ 23″ nord, 2° 12′ 20″ ouest
Informations
Fondation 1982
par Gabriel Cohn-Bendit, André Daniel
Type École publique
Particularités Lycée cogéré, autogéré
Niveau Lycée
Site web lycee-experimental.org

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Lycée expérimental de Saint-Nazaire

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

(Voir situation sur carte : Loire-Atlantique)
Lycée expérimental de Saint-Nazaire

Géolocalisation sur la carte : Saint-Nazaire

(Voir situation sur carte : Saint-Nazaire)
Lycée expérimental de Saint-Nazaire

Le lycée expérimental de Saint-Nazaire est un lycée général public qui fonctionne de façon cogérée. Situé au no 17 boulevard René-Coty dans le centre-ville de Saint-Nazaire, il est doté aujourd'hui d'une équipe éducative (MEEs) de 19 membres pour environ 180 élèves.

L'organisation du lycée est non hiérarchique, il n'y a pas de proviseur, pas de CPE, pas de surveillants, pas de secrétaire, pas d'agents d'entretien. Des groupes mixtes formés d'élèves et de membres de l'équipe éducative assurent eux-mêmes ces tâches matérielles.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le lycée expérimental de Saint-Nazaire a ouvert ses portes le 2 février 1982 à l'initiative de Gabriel Cohn-Bendit et d'André Daniel. François Mitterrand est alors Président de la République depuis peu, et Gabriel Cohn Bendit interpelle le Ministre de l'éducation Alain Savary en lui écrivant la « lettre au camarade Ministre ». Les dix-huit enseignants rassemblés autour de ce projet reçoivent carte blanche pour créer un lycée expérimental cogéré afin de tenter de trouver des réponses à l'échec scolaire, et de rassembler les élèves et les professeurs qui ne se sentent pas à l'aise dans l'enseignement traditionnel. Comme influence pédagogique, il est possible de citer, entre autres, Célestin Freinet et Carl Rogers.

Projet d'établissement[modifier | modifier le code]

Cogestion[modifier | modifier le code]

La cogestion de l'établissement s'exerce à différents niveaux :

  • au niveau politique, les décisions qui concernent les institutions du lycée ou son fonctionnement sont prises à parité par le collège élève et le collège équipe éducative ;
  • au niveau pédagogique, les activités, ateliers, groupes sont proposés par les membres de l'équipe éducative et les élèves et sont co-programmés ;
  • au niveau matériel, les tâches ménagères et de gestion courante sont effectuées tour à tour par des groupes mixtes (élèves et membres de l'équipe éducative).

Prises de décisions[modifier | modifier le code]

Selon le principe de cogestion, les prises de décisions passent par la confrontation des élèves et des membres de l'équipe éducative (MEE) organisés en deux collèges distincts dont les réunions sont appelées collèges.

L'organe de confrontation de ces deux collèges est le conseil d'établissement (CE). Le CE est composé de six délégués du collège élèves et de deux délégués de l'équipe éducative qui se portent volontaires pour deux mois.

Tout membre du lycée peut saisir le CE en lui adressant une lettre. Ces demandes sont très variées. Il peut s'agir d'une demande de débat sur le fonctionnement du lycée, d'une demande d'aménagement de l'emploi du temps, d'une demande de subvention pour un projet, etc.

Le secrétariat est chargé de transmettre au CE les demandes qui viennent de l'extérieur (demandes de stages, demandes d'autorisations pour un reportage…)

Le CE se réunit un mercredi sur deux pour fixer l'ordre du jour des collèges. Pour cela, il ordonne les demandes qui lui parviennent. Il peut trancher sur des questions secondaires qu'il estime ne pas être sujettes à controverse. Il peut aussi reporter certains points pour alléger l'ordre du jour. L'ordre du jour comprend des informations, une synthèse motivée des décisions que le CE a pris la liberté de prendre sans passer par les collèges et les débats soumis aux collèges. Il est affiché dans le hall du lycée.

Les collèges ont lieu le mardi suivant. Les MEE se réunissent dans une salle et les élèves dans une ou plusieurs autres selon leur nombre. Tous les élèves inscrits sont censés participer aux collèges, mais beaucoup d'élèves les désertent[réf. souhaitée]. Les délégués animent la réunion et prennent des notes sur les arguments avancés et sur les propositions faites.

Le mercredi suivant, le CE se réunit à nouveau pour trouver un consensus et faire un compte-rendu. Les délégués rapportent ce qui s'est dit dans leurs collèges respectifs et cherchent des compromis ou des solutions alternatives. Ils sont responsables devant leurs collèges, mais peuvent accepter une décision à laquelle leur collège était défavorable si les autres collèges ont mentionné des éléments ou des arguments nouveaux. À charge pour eux de justifier leur choix dans le compte-rendu du CE.

Les décisions du CE ne sont valables que jusqu'à ce qu'elles soient remises en cause et le CE ne dispose d'aucun pouvoir coercitif pour les faire appliquer. Pour qu'une décision soit appliquée, il faut donc qu'elle soit reconnue légitime par les membres du lycée.

Recrutement de membres de l'équipe éducative[modifier | modifier le code]

Les valeurs du lycée[modifier | modifier le code]

  • Une école alternative.
  • Autogestion, cogestion, partage, responsabilités, autonomie.
  • Application d'autres manières d'apprendre.
  • Apprendre à forger ses opinions.
  • Prises de décisions collectives.
  • Production et accomplissement des projets. Le pouvoir de gérer ses projets.

Programmation des activités[modifier | modifier le code]

L'organisation du lycée est décidée par ses membres, aussi change-t-elle régulièrement. Une partie du fonctionnement du lycée semble cependant se maintenir au fil des années et à s'institutionnaliser. Ainsi l'organisation sous forme d'ateliers tend à se perpétuer.

Les ateliers[modifier | modifier le code]

Les ateliers se déroulent généralement le matin et s'étendent sur une ou deux semaines. Ils regroupent autour d'un sujet défini un ou deux membres de l'équipe éducative et un groupe d'élèves. Les ateliers ont vocation à traiter de leur sujet de façon pluridisciplinaire. Cependant la nécessité de préparer les élèves qui le veulent au baccalauréat conduit à la programmation d'ateliers spécifiques aux épreuves de l'examen.

Les ateliers spécifiques sont souvent programmés en début d'année, alors que les autres ateliers sont programmés en cours d'année dans un temps réservé à cet effet avant chaque période de vacances scolaires.

La programmation des ateliers spécifiques se fait par les groupes d'élèves de chaque épreuve préparée (épreuve anticipée de français, bac scientifique, etc.) en collaboration avec les MEE (membres de l'équipe éducative) qui enseignent plus spécifiquement les matières concernées.

On a coutume de diviser les autres ateliers en trois départements, leur but est d'énoncer la manière dont on va aborder le sujet.

  • Le département Nature regroupe les disciplines qui existent indépendamment de l'être humain: les sciences physiques, la biologie (y compris la biologie humaine), le sport…
  • Le département Humanité regroupe les disciplines qui traitent des relations entre les êtres humains: l'histoire, la géographie, le droit, la sociologie…
  • Le département Langage regroupe les disciplines de représentation de la réalité: littérature, mathématiques, art, langues vivantes…

La programmation des ateliers commence par une réunion de département où chacun peut proposer un ou plusieurs ateliers dans le département qui l'intéresse, voire éventuellement se déplacer d'une salle à l'autre pour proposer des ateliers dans différents départements. Les ateliers sont discutés quant à leur opportunité et les ateliers qui font le plus consensus sont retenus. Des volontaires de chaque département (élèves et MEE) se réunissent dans une commission de programmation pour répartir les ateliers sur les différentes séquences (temps d'une ou deux semaines dans lequel s'inscrit un atelier) et pour leur attribuer un ou deux MEE et une salle. La commission de programmation veille à placer en concurrence des ateliers de chaque département pouvant intéresser un public le plus large possible.

Une fois la grille des ateliers fixée, des réunions de programmation rassemblent pour chaque atelier le ou les MEE désignés et les élèves qui souhaitent participer à l'atelier. Ce temps a pour but de définir les objectifs de l’atelier, d'en détailler le déroulement et de l'organiser à l'avance. La réunion de programmation peut décider de limiter l'accès à l'atelier aux personnes présentes, répartir entre les personnes présentes un certain nombre de tâches (contact d'un intervenant extérieur, location d'une vidéo, recherche documentaire…), imposer la lecture d'un ouvrage pour participer à l'atelier…

La réunion de programmation a aussi pour mission la réalisation d'une affiche récapitulative à l'intention des personnes qui n'ont pas pu ou pas voulu venir à la réunion et de ceux qui participaient à une autre réunion de programmation. Cette affiche expose habituellement les objectifs et méthodes de l'atelier, la date, le lieu et le département de l'atelier, ainsi qu'une liste des personnes présentes à la programmation.

Pour chaque séquence, les élèves doivent choisir entre six ou sept ateliers. Ce choix peut leur être suggéré par la nécessité de tel ou tel atelier pour le cursus qu'ils envisagent, mais chacun reste maître de son choix et peut faire l'impasse sur une partie du programme ou travailler cette partie de façon autonome.

La gestion[modifier | modifier le code]

Les membres du lycée sont partagés en six groupes de base de trois MEE et d'environ vingt élèves. Ce sont ces groupes qui, à tour de rôle, assurent la gestion du lycée.

Chaque groupe "gère" le lycée pendant une séquence dite de "gestion", c'est-à-dire le plus souvent deux semaines. La gestion est en quelque sorte le service public du lycée. Elle est chargée d'assumer la maintenance, l'animation et l'entretien du lycée ainsi que la gestion des affaires courantes.

En principe, la gestion est un temps à part au cours duquel on privilégie fortement l'entretien et la vie commune au sein du lycée. La gestion est en principe prioritaire sur les autres activités pour assurer convenablement le collectif.

Un MEE peut aussi négocier la poursuite de ses LEDAP ou ACS, mais le plus souvent ces groupes s'organisent pour continuer leur travail sans le MEE quand celui-ci est de gestion.

Le groupe de base ou groupe de gestion fait une première réunion pour organiser sa séquence de gestion. Cette réunion est l'occasion d'élaborer des projets de gestions (repeindre certaines salles, monter une exposition, présenter des sketchs pendant les pauses…) et d'organiser concrètement la gestion, d'établir le menu de la semaine… L'organisation habituelle est de répartir les membres de la gestion entre différents secteurs de gestion.

Les secteurs de gestion[modifier | modifier le code]

  • Le secrétariat. La tâche de ce secteur est de tenir une permanence à l'accueil pour répondre au téléphone, répondre et/ou distribuer le courrier, accueillir les personnes de l’extérieur. Il gère aussi l'organisation du lycée, comme la répartition des salles, il répartit et distribue les ordres du jours de réunion et gère les inscriptions et entretiens.
  • La cuisine. Le repas du midi est préparé par la gestion. Les personnes qui veulent manger au lycée s'inscrivent le matin auprès de la gestion et payent le prix du repas. Les membres de la gestion cuisine élaborent un menu, vont faire des courses et préparent le repas.
  • La casbah. Une cafétéria, un endroit où pendant les pauses l'on peut prendre un café, thé, ainsi que s'alimenter avec un petit-déjeuner le matin ou des préparations maison : crêpes, gâteaux ou des sandwich pour le midi.
  • La doc'(umentation) — le journal. La gestion doit entretenir l'espace documentaire (mettre au point un système de rangement, faire des recherches pour aider les ateliers) et édite un journal interne à l'établissement(Le journal Lise Arnodel publié à chaque fin de gestion).
  • La Brico/Le Bricolage. Les membres du lycée s'occupent du petit entretien tel que réparer des portes, des toilettes, repeindre des murs, etc. Les grosses réparations telle que l'électricité sont assurées par des entreprises extérieures si besoin.

Il n'existe pas de secteur ménage. Chaque secteur est chargé de nettoyer une partie du lycée, de plus les membres du lycée doivent s'assurer de respecter la propreté du lieu, un ménage est organisé à chaque fin de gestion, et un grand ménage en fin de période.

Résultats (année scolaire 2008-2009)[modifier | modifier le code]

Concernant les résultats, il faut prendre en compte un élément fondamental propre au système même de ce genre de pédagogie: il ne repose pas sur les mêmes variables de ce qu'on considère comme résultat. Ainsi le calcul de donnée classique perd son sens. Par exemple : le bac n'est pas la solution définitive du rapport au savoir et à l'enseignement dans ce lycée, c'est une voie parmi d'autres. En effet beaucoup d'élèves choisissent un parcours alternatif au bac. 30 % des 20 élèves de l'établissement présents au baccalauréat ont obtenu leur diplôme. Un élève qui est entré en seconde dans ce lycée a eu 3 % de chances d’obtenir le baccalauréat dans l'établissement. Un élève qui est entré en première dans ce lycée a eu 9 % de chances d’obtenir le baccalauréat dans l'établissement. 7 % des élèves, tous niveaux confondus, ont quitté l’établissement avec le baccalauréat. 22 % des élèves de terminale ont quitté l’établissement avec le baccalauréat[1]. Ces statistiques sont cependant à relativiser au vu du faible effectif (moins de 100 candidats par année).

Critiques[modifier | modifier le code]

  • Il est fréquemment reproché au lycée de ne pas suffisamment encadrer les élèves et de les laisser livrés à eux-mêmes (autonomie des élèves). La plupart des élèves louent une chambre à Saint-Nazaire et ne vivent pas avec leurs parents. Beaucoup d'élèves délaissent le lycée et sont souvent absents.[réf. souhaitée] Il n'existe pas de contrôle des présences, mais un groupe de suivi qui rassemble une dizaine d'élèves et un MEE. Le groupe de suivi se réunit toutes les semaines et fait le point sur l'avancement des projets de chacun. C'est l'occasion de relancer les élèves qui n'ont pas été vus au lycée les derniers jours. Les élèves qui ne viennent pas au lycée un certain temps sont prévenus d'un renvoi possible, le but étant de les faire venir pour discuter de leur projet.
  • Parmi les 32 élèves qui avaient comme projet de passer le Baccalauréat 2008, 20 n'y sont pas allés considérant qu'ils n'étaient pas assez préparés, 12 se sont présentés, et parmi ceux-là, 11 ont été admis. On considère donc que seuls 11 élèves sur 32 ont eu le bac, ce qui a pour conséquence d'abaisser le taux de réussite. Beaucoup d'élèves s'inscrivent aux épreuves sans réellement vouloir les passer, les élèves s'inscrivant au lycée ayant souvent été refusés dans les autres lycées en raison de leur échec scolaire. Le lycée expérimental ne fait pas de sélection à l'entrée et accepte les personnes déscolarisées et celles qui n'ont pas obtenu un avis favorable de leur conseil de classe pour passer en seconde. Malgré cela, tous les ans des élèves obtiennent le baccalauréat tandis qu'ils avaient été orientés vers un apprentissage et n'étaient pas jugés aptes à suivre un enseignement général.[réf. souhaitée]

Avenir du lycée[modifier | modifier le code]

L'avenir du lycée expérimental de Saint-Nazaire est actuellement compromis. Le bâtiment ancien sis au no 17 du boulevard René-Coty qui l'abrite est propriété de la Silene (Office Public des HLM de la CARENE. Hors cet organisme refuse de financer le chantier de mise aux normes PMR de l'immeuble et souhaite le récupérer afin qu'il soit vendu au pris du marché. La région Pays de la Loire, dont dépend l'entretien et le fonctionnement des lycées, et le ministère de l'Éducation nationale ne semblent pas disposés à trouver une solution afin de pérenniser l'existence de la structure[2].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Création Ou Récréation - Le lycée Expérimental De Saint-Nazaire, Diana Hochraich, Ed Syros
  • Chroniques ordinaires d'un lycée différent, Régis Bernard, Jean-Paul Closquinet et François Morice, Ed L'Harmattan
  • XP, Joël Kerouanton, Ed Nuit Myrtide

Films documentaires[modifier | modifier le code]

  • 2007 - « L'école un monde à construire ! le lycée expérimental de Saint Nazaire » de Patrick Le Ray - Coproduction : ArtScenic - Production : France 3 Ouest - Public Sénat - TV Rennes - Télénantes
  • 2009 - Ecrit dans la marge : 5 jours dans la vie d'un lycée alternatif. Une expérience d'apprentissage en collectivité où pédagogie et politique se rencontrent - réalisation : Oriane Descout ; image : Alice Daumas ; son : Milène Chave. (1h02).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]