Lycée Santos-Dumont

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lycée Santos-Dumont
Image illustrative de l'article Lycée Santos-Dumont
Généralités
Pays Drapeau de la France France
Adresse 39, rue Pasteur
92210 Saint-Cloud
Cadre éducatif
Proviseur Paul Baquiast
Population scolaire 800 - 900

Le lycée Santos-Dumont est un établissement public local d'enseignement français situé à à Saint-Cloud dans le département des Hauts-de-Seine et dans l'académie de Versailles. Lycée professionnel et technologique, labellisé lycée des métiers, il est consacré aux métiers de l'hôtellerie, de la gestion et du commerce,

Historique[modifier | modifier le code]

Situé dans le périmètre du parc de Saint-Cloud, il trouve son origine dans le collège d'enseignement technique (CET) créé à Saint-Cloud en 1967, lui-même issu du collège d'enseignement général (CEG) installé au sein du collège d'enseignement secondaire (CES) Gounod, à Saint-Cloud, en 1964[1].

Ce collège est installé dans l'ancien lycée américain qui a scolarisé, de 1955 à 1967 les enfants des militaires de l'Organisation du traité de l'Atlantique nord (OTAN)[2]. Quand la France a quitté le commandement intégré de l'OTAN[a], le lycée a été divisé en deux. La partie est a accueilli un CET spécialisé dans les métiers du secrétariat et de la dactylo. La partie ouest a été donnée à l'American School of Paris (en), école privée américaine jusqu'alors installée à Louveciennes.

Buste de Santos Dumont offert par le Brésil au lycée en 1973

À la rentrée 1971, le CET pris le nom de l'aviateur Santos-Dumont, en hommage aux exploits de l'inventeur aéronautique franco-brésilien qui s'élançait avec ses machines volantes, au début du XXe siècle depuis les coteaux de Saint-Cloud. C'est le seul établissement scolaire de France à porter le nom de l'aviateur. À ce titre, il est un symbole puissant de l'amitié franco-brésilienne.

D'abord consacré aux formations de secrétariat, de comptabilité et de commerce, le lycée intègre, à partir de 1973, le lycée intègre une formation en cuisine-restaurant qui fait en grande partie sa réputation d'aujourd'hui[1].

Quatre importantes manifestations ont ponctué la vie de l'établissement [1]:

- 8 décembre 1967 : ouverture conjointe de l'établissement et de l'American School of Paris (en), sous la houlette de la mairie de Saint-Cloud

- 20 octobre 1973 : baptême civil de l'établissement (qui porte le nom de Santos-Dumont depuis déjà deux ans !) en présence de Pierre Mazaud, ministre de la jeunesse et des sports, de Aurelio de Lira Tavares, ambassadeur du Brésil, de Charles Pasqua, président du Conseil général des Hauts-de-Seine, et de Jean-Pierre Fourcade, maire de Saint-Cloud.

- 12 novembre 1993 : inauguration des bâtiments rénovés sous le haut patronage deMichel Giraud, ministre du travail, président du Conseil régional, en présence de Jean-Pierre Fourcade, 1er président du Conseil Régional, de Bernard Cuny, maire de Saint-Cloud et de Carlo Alberto Leite Barbosa,ambassadeur du Brésil.

- 3 mars 2017 : 50e anniversaire de Jean-Pierre lycée, en présence de M. Fourcade, ancien ministre, ancien maire de Saint-Cloud, M. Berdoati, maire de Saint-Cloud, M. Gabriel, Conseiller régional et M. Wuillamier, Directeur académique des services de l'éducation nationale

Formation[modifier | modifier le code]

Formations dispensées[modifier | modifier le code]

Le lycée Santos-Dumont est un lycée polyvalent, à la fois professionnel et technologique[3].

Labellisé « Lycée des métiers » par le ministère de l'Éducation nationale[4] dès 2001, il accueille des élèves de CAP et bac professionnel ainsi que des étudiants de BTS sous statut scolaire, des apprentis de niveau IV (CAP) et V (bac pro) au sein du centre de formation d'apprentis académique Trajectoire, des apprentis de niveau III (BTS) et II (licence pro) au sein du CFA privé AGEFA-PME et des stagiaires de la formation continue du Greta des Hauts-de-Seine[5],[1].

Nombre d'élèves[modifier | modifier le code]

Le collège ne comptait que 80 élèves l'année de son ouverture. L'effectif a cependant rapidement augmenté, pour atteindre le nombre de 450. Dans les années 2000, avec le développement des formations dans le cadre du lycée des métiers, il a encore cru pour s'établir à près de 900 élèves, dont environ 250 en hôtellerie-restauration[6].

Prise en compte du handicap[modifier | modifier le code]

Durant ses premières années d'existence, l'établissement a accueilli une section d'élèves amblyopes (mal-voyants). Depuis 2013, il dispose d'une unité localisée pour l'inclusion scolaire (ULIS) professionnelle, dispositif d'enseignement adapté aux élèves souffrant de troubles cognitifs / déficience intellectuelle[4].

Palmarès[modifier | modifier le code]

En 2016, dans son classement annuel des établissements scolaires, le quotidien Le Parisien classe ainsi ce lycée : taux de succès au Bac = 82%, 17e sur 36 au niveau du département et 215e sur 2 039 au niveau national[7]. Quant au magazine L'Express, en 2016 également, il lui donne une note de 13,1 / 20 et le classe 14e sur 36 au niveau du département et 924e sur 2 013 au niveau national[8]

Direction[modifier | modifier le code]

En 2016, le chef d'établissement est Paul Baquiast[9],[6].

Création d'entreprise[modifier | modifier le code]

Plusieurs mini-entreprises, d'une durée de vie annuelle, ont été créées par les élèves encadrés de leurs enseignants. Pendant l'année scolaire 2015/2016, quelques étudiants en BTS assistant de gestion ont créé la mini-entreprise S'M (comme semer, s'aimer, essaimer) fabriquant et commercialisant une petite série de produits écologiques et poétiques. Ces élèves ont présenté leur entreprise au concours national des mini-entreprises de l'association Entreprendre pour apprendre. Les profits réalisés ont été reversés à l'association Envol Vert qui lutte contre la déforestation[10].

Anciens élèves et professeurs[modifier | modifier le code]

Yannick Alléno

Parmi les anciens élèves, on compte le célèbre chef étoilé Yannick Alléno. Il reste au lycée durant les deux années de son BEP cuisine entre 1984 et 1986. Il termine l'année scolaire 1985/1986 premier de sa promotion.

Parmi les anciens professeurs, Jean-Yves Corvez, qui a animé sur M6 les émissions Oui chef !, avec Cyril Lignac[11], en 2005, puis "Madame le chef", avec Hermance Carro[12] en 2006.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. En , le général de Gaulle annonce lors d'une conférence de presse le retrait du commandement intégré de l'Otan au plus tard pour 1969. C'est chose faite en , toutes les troupes étrangères étant poussées à quitter la France. Le siège de l'OTAN quitte alors Paris pour Bruxelles en , le Grand quartier général des puissances alliées en Europe (SHAPE) est transféré le de Rocquencourt près de Paris, à Casteau, près de Mons en Belgiqueetc.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Paul Baquiast, « Histoire du lycée Santos-Dumont », sur le site du lycée, non daté (consulté le 12 octobre 2016).
  2. Voir Liste des bases de l'OTAN en France, 5.2 École, qui décrit l'organisation de ces établissements scolaires.
  3. « Lycée Alberto Santos Dumont », sur le site du ministère de l’Éducation nationale (consulté le 14 octobre 2016).
  4. a et b « Lycée Alberto Santos Dumont », sur le site de l'Office national d'information sur les enseignements et les professions (Onisep) (consulté le 14 octobre 2016).
  5. « Lycée Alberto Santos Dumont », sur le site lesmetiers.net du conseil régional d'Île-de-France (consulté le 14 octobre 2016).
  6. a et b « Lycée hôtelier et tertiaire Santos Dumont », sur le site lhotellerie-restauration.fr (consulté le 14 octobre 2016).
  7. « Lycée Alberto Santos Dumont », sur le site du quotidien Le Parisien (consulté le 14 octobre 2016).
  8. « Lycée Santos Dumont - Saint-Cloud », sur le site du magazine L'Express (consulté le 14 octobre 2016).
  9. « Les collèges et les lycées », sur le site de la commune de Saint-Cloud (consulté le 14 octobre 2016).
  10. Pascale Autran, « Saint-Cloud : leur mini-entreprise a tout d'une grande », sur le site du quotidien Le Parisien, (consulté le 14 octobre 2016).
  11. « Interwiew-du-chef-Jean-Yves-Corvez », sur le blog de Cyril Lignac (consulté le 17 octobre 2016)
  12. « portrait de Jean-Yves-Corvez », sur portraits de chefs (consulté le 18 octobre 2016).