Lycée Notre-Dame-de-Mongré

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Centre scolaire Notre-Dame-de-Mongré
Image illustrative de l’article Lycée Notre-Dame-de-Mongré
Devise Christo in adolescentibus
(Pour le Christ qui est dans les adolescents)
Généralités
Création 1848
Pays Drapeau de la France France
Académie Lyon
Coordonnées 45° 59′ 28″ nord, 4° 42′ 43″ est
Adresse 276 avenue Saint-Exupéry
69400 Villefranche-sur-Saône
Site internet http://www.mongre.org
Cadre éducatif
Réseau Assomption France
Type Établissement privé catholique sous contrat d'association avec l'État
Président Pierre Batayron
Matricule 0692040 T (école)
0692944 A (collège)
0690552 A (lycée)
Population scolaire 2000 élèves en 2014
Formation École primaire
Collège
Lycée général
Langues étudiées anglais, allemand, espagnol, italien, latin, grec ancien, mandarin
Protection Logo monument historique Inscrit MH (2019, Partiellement)
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Rhône
(Voir situation sur carte : Rhône)
Point carte.svg
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Point carte.svg

Le lycée Notre-Dame-de-Mongré, couramment appelé Mongré, est un établissement d'enseignement secondaire privé catholique situé à Villefranche-sur-Saône, dans le Rhône (France). Il accueille près de 2 000 élèves de la maternelle à la terminale. Ses élèves sont appelés « Mongréens »[1]. Sa devise officielle est « Christo in adolescentibus » (« Pour le Christ qui est dans les adolescents ») ; sa devise informelle, sous forme de jeu de mots, serait « Le gré de Dieu, mon gré ! ».

Pendant la seconde moitié du XIXe siècle et la première moitié du XXe siècle, l'établissement est l’un des plus importants collèges jésuites de France[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire de Mongré débute le , jour où Mlle de La Barmondière lègue le domaine de Mongré à la congrégation des Pères jésuites pour y construire un établissement d’éducation pour adolescents. La première rentrée s’effectue en 1848 avec un effectif de 34 élèves qui s’installent au Vieux Château (bâtiment démoli en 1964). Fondé en 1848 par les pères jésuites dans le domaine de Mongré, légué par une bienfaitrice, il passe sous la direction des pères assomptionnistes en 1951 et est aujourd'hui dirigé par un corps enseignant laïc, tout en gardant une pédagogie d'inspiration ignatienne.

Les bâtiments, conçus par l'architecte M. Bresson, sortent de terre entre 1851 et 1853. La grande chapelle est achevée le et, à la rentrée 1866, Mongré accueille 487 élèves. L'orgue installé dans la chapelle du lycée fut confectionné par Aristide Cavaillé-Coll en 1869[3]. Les années qui suivent font vivre l'école au gré des grands événements de l’histoire. La direction du 'collège de Mongré' (comme il était alors appelé) va connaître trois périodes distinctes[4] :

  1. La période jésuite (1851-1951)
  2. La période assomptionniste (1951-1975)
  3. La période laïque (depuis 1975)

Éléments de chronologie[modifier | modifier le code]

  • 1870-1871 : occupation par la Légion alsacienne et lorraine pendant trois mois.
  • 1880 : départ de plusieurs pères jésuites après les décrets Jules Ferry qui visaient à supprimer l’influence de l’Église dans le domaine de l’éducation.
  • 1901 : départ d’une partie de Mongré à Bollengo, l’autre partie restant sur place, mais sans pères jésuites.
  • 1911 : Mongré quitte Villefranche-sur-Saône et s’installe dans l’Allier à Yzeure. Le domaine est saisi par le liquidateur des biens de la Compagnie de Jésus.
  • 1913 : Mongré est vendu par le tribunal de Villefranche. Le , une société civile composée d'anciens élèves rachète les bâtiments. En octobre, les pères jésuites regagnent Mongré et la rentrée des classes peut avoir lieu normalement.
  • 1914-1918 : Mongré abrite un hôpital militaire où sont traités 2437 blessés. À la rentrée de 1918, l’effectif est de 364 élèves.
  • 1939 : réquisition de Mongré, exode des classes secondaires au Vieux Château et des classes de primaire rue Nationale.
  • 1940 : les pères jésuites renoncent momentanément à l’enseignement secondaire à Mongré où ils installent leur noviciat.
  • Mi-: 400 réfugiés et 150 artilleurs s’installent dans les locaux du lycée.
  • : rentrée de l’externat de Mongré dans le Vieux Château.
  • 1941-1944 : les locaux abritent le noviciat, le juvénat de la Province jésuite de Lyon, ainsi que le Troisième An ; de plus sont installés, dans la partie Est successivement, des marins, un camp de jeunesse, des Allemands, des Mongols.
  • 1944 : le , Villefranche-sur-Saône est libérée et les Allemands quittent Mongré sans aucun dégât.
  • 1944-1945 : occupation des locaux par les FFI, puis par le 2e Cuirassier et une formation du Train des équipages.
  • 1945 : installations successives à Mongré des étudiants en théologie de la Compagnie de Jésus et des Philosophes de Paris.
  • 1946 : retour dans une aile des locaux actuels de l’externat du Vieux Château sous le nom d’institution Saint-Joseph. Fondation de l’Association familiale scolaire.
  • 1949 : les jésuites renoncent à ouvrir à nouveau le collège de Mongré.
  • 1950-1951 : réouverture du collège par l’Association familiale aidée par les pères assomptionnistes. L’institution Saint-Joseph devient le collège de Mongré; le 1er octobre, l’effectif est de 205 élèves.
  • 1951-1952 : les pères assomptionnistes prennent en charge l’enseignement.
  • 1960: signature d’un contrat d’association pour les classes secondaires (loi Debré), et d’un contrat simple pour les classes primaires. C’est le début d’un nouvel essor pour Mongré.
  • 1962 : les classes terminales deviennent mixtes et accueillent les jeunes filles du pensionnat Notre-Dame.
  • 1964 : démolition du Vieux Château et construction des stades situés à l’Est du domaine.
  • 1967 : l’effectif dépasse pour la première fois 500 élèves.
  • 1968 : La mixité s’étend aux classes du secondaire.
  • 1975 : L’effectif est de 750 élèves.
  • 1996 : la tutelle est dévolue aux religieuses de l'Assomption du réseau d'établissements scolaires catholiques Assomption France.
  • 1998 : Fondation de la chorale des Petits Chanteurs de Mongré par Vincent Coiffet.
  • 2003 : Voyage des Petits Chanteurs de Mongré à Rome (Italie).
  • 2010 : Voyage des Petits Chanteurs de Mongré à Florence (Italie).
  • 2015 : L'effectif dépasse 2000 élèves.
  • 2019 : Inscription partielle aux monuments historiques des bâtiments[5].

La tradition jésuite[modifier | modifier le code]

De tradition ignacienne, ce lycée comporte des classes de maternelle, une école primaire, un collège et un lycée (baccalauréats de sections littéraire, économique et sociale, et scientifique).

Enseignement et éducation insistent sur la recherche de l'excellence personnelle, ce qui se traduit par de fortes exigences académiques, mais aussi un fort accent sur le développement personnel. La prise de confiance en soi est la première étape de la « méthode mongréenne » censée aider les élèves à trouver leurs voies professionnelles[6].

Les Petits Chanteurs de Mongré[modifier | modifier le code]

Il s'agit de la chorale du collège et du lycée, composée de soixante élèves (entre le CM2 et la terminale), créée en 1998 par Vincent Coiffet. Elle a sorti un CD en 2005[7].

Classement du lycée[modifier | modifier le code]

En 2015, le lycée se classe 22e sur 67 au niveau départemental en termes de qualité d'enseignement, et 551e au niveau national[8]. Le classement s'établit sur trois critères : le taux de réussite au bac, la proportion d'élèves de première qui obtient le baccalauréat en ayant fait les deux dernières années de leur scolarité dans l'établissement, et la valeur ajoutée (calculée à partir de l'origine sociale des élèves, de leur âge et de leurs résultats au diplôme national du brevet)[9].

Personnalités[modifier | modifier le code]

Anciens élèves célèbres[modifier | modifier le code]

Par ordre chronologique des naissances :

Anciens professeurs célèbres[modifier | modifier le code]

Morts pour la France[modifier | modifier le code]

On dénombre 175 anciens élèves de Mongré morts pour la France lors de la Première Guerre mondiale. Leurs noms sont gravés sur une plaque commémorative dans l'atrium du lycée.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Axel Vachon, Les Paladins de Mongré, 2012.
  2. « Un livre sur Mongré... à se procurer rapidement ! — Ecole Notre Dame de Mongré », sur www.mongre.org (consulté le )
  3. L'instrument est classé monument historique depuis 1977.
  4. http://www.mongre.org/04-historique/historique.htm
  5. « Notice n°PA69000073 », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture
  6. http://www.mongre.org/03-lycee/2nde.htm
  7. « Les Petits Chanteurs de Mongré — Ecole Notre Dame de Mongré », sur www.mongre.org (consulté le )
  8. « Classement département et national du lycée », sur L'Express, (consulté le )
  9. « Méthodologie du classement 2015 des lycées français », sur L'Express, (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]