Lycée Eugène-Livet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lycée Eugène Livet
Image illustrative de l'article Lycée Eugène-Livet
Façade du lycée, rue Dufour
logo
Généralités
Création 1846
Pays Drapeau de la France France
Académie Nantes
Campus Chanzy
Coordonnées 47° 13′ 34″ N 1° 32′ 42″ O / 47.226028, -1.54494447° 13′ 34″ Nord 1° 32′ 42″ Ouest / 47.226028, -1.544944  
Adresse 16 rue Dufour
44042 Nantes
Site internet http://livet.paysdelaloire.e-lyco.fr
Cadre éducatif
Type Établissement public local d'enseignement (EPLE)
Proviseur Annie Castagné
Proviseur-adjoint Claudie Drapeau-Lebot, Marc Tircazes
Matricule Lycée : 0440029T
Population scolaire environ 2 000 élèves
Formation Lycée général et technologique et technique (S,STI)
CPGE scientifiques (PTSI, PT)
BTS (Bâtiment, conceptions industrielles microtechniques, électrotechnique, géomètre topographe, travaux publics, design d'espace, systèmes électroniques, systèmes constructifs Bois et Habitat)
Diplôme supérieur d'Arts Appliqués (DSAA)
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

(Voir situation sur carte : Loire-Atlantique)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Nantes

(Voir situation sur carte : Nantes)
Point carte.svg

Le lycée Eugène-Livet est un établissement français d'enseignement technique, secondaire et supérieur situé à Nantes (Loire-Atlantique), dans le quartier Saint-Donatien. Il dépend administrativement des Pays de la Loire et de l'académie de Nantes.

Localisation[modifier | modifier le code]

L'établissement est situé no 16 rue Dufour dans le quartier Saint-Donatien, dans le Nord-Est de la ville. Il occupe l'ensemble de l'îlot délimité par la rue Dufour, l'avenue Chanzy, la rue Amiral-Ronarc'h et la rue Desaix[2].

Il est desservi par la ligne de chronobus C1 (arrêt « Chanzy ») et la ligne de bus 22 (arrêt « Cambronne »), ainsi que par le Bicloo (station « Saint Clément »).

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Eugène Livet (1820 - 1913) est un instituteur qui débute sa carrière en 1838 après une formation à l'École normale d'Angers. En 1841 il fait l'acquisition d'un pensionnat à Nantes dans le but d'en faire un établissement éducatif voué à la promotion du travail manuel et technique. Le succès de cette entreprise aboutit à la reconnaissance de la valeur de la formation imaginée par son initiateur[3]. En 1875 l'établissement qui est alors privé prend le nom de son fondateur[4], nom conservé lors du passage dans l'enseignement public.

Classement du lycée et des CPGE[modifier | modifier le code]

En 2015, le lycée se classe 23e sur 46 au niveau départemental en termes de qualité d'enseignement, et 1014e sur 2311 au niveau national[5]. Le classement s'établit sur trois critères : le taux de réussite au bac, la proportion d'élèves de première qui obtient le baccalauréat en ayant fait les deux dernières années de leur scolarité dans l'établissement, et la valeur ajoutée (calculée à partir de l'origine sociale des élèves, de leur âge et de leurs résultats au diplôme national du brevet).

Le lycée abrite deux classes de CPGE scientifiques (PT). En 2015, L'Étudiant donnait le classement suivant pour les concours de 2014 :

Filière Élèves admis dans
une grande école*
Taux
d'admission*
Taux moyen
sur 5 ans
Classement
national
Évolution
sur un an
PT / PT* [6] 42 / 84 élèves 50 % 43 % 8e
sur 62
en augmentation 2
Source : Classement 2015 des prépas - L'Étudiant (Concours de 2014).
* le taux d'admission dépend des grandes écoles retenues par l'étude. En filières scientifiques, c'est un panier
de 11 à 17 écoles d'ingénieurs qui a été retenu par L'Étudiant selon la filière (MP, PC, PSI, PT ou BCPST).

Historique[modifier | modifier le code]

L'institution privée[modifier | modifier le code]

En 1846 ouvre un établissement intitulé institution Notre-Dame, dirigé par Eugène Livet. Situé dans le quartier de la Fosse, il s'agit d'une école primaire privée. Le principe de l'enseignement est basé sur l'insertion d'une forte dose d'enseignement appliqué, principalement lié à l'industrie et au commerce. La finalité de la formation étant en lien étroit avec l'enseignement prodigué aux élèves, ceux-ci trouvent des emplois dans le commerce, l'administration, l'industrie, la marine marchande ou l'architecture[7]. Ils peuvent également se présenter aux concours de grandes écoles : celles des Arts et métiers[8]. Sous le Second Empire l'établissement d'Eugène Livet correspond aux choix de la municipalité nantaise, préférant délaisser l'enseignement classique auquel il est reproché de ne pas convenir aux besoins de l'industrie et du commerce. Plutôt que soutenir le Lycée nantais, les élus choisissent de subventionner les initiatives privées telles celles de l'École professionnelle d'Eugène Livet[9]. L'efficacité de la méthode d'enseignement conduit au déménagement de l'institution dans des locaux permettant d'employer les moyens technologiques nécessaires à l'instruction des élèves. Cette installation se fait rue Sainte-Marie (devenue depuis rue Désiré-Colombe), toujours sous la conduite d'Eugène Livet[7]. Celui-ci, aidé par son fils (qui porte les mêmes nom et prénom) à partir de 1869[10], en est le directeur jusqu'en 1898. Dès 1875 l'établissement prend le nom de Livet[4].

L'École normale professionnelle[modifier | modifier le code]

Avec la République, la politique de la Ville n'a pas changé - à ceci près que l'entretien des écoles devient une charge de l'État[9]. À partir de 1898, l'appellation change : il s'agit désormais de l'École Nationale Professionnelle Livet. C'est le quatrième établissement de ce type en France. En 1910, l'ENP Livet déménage dans les locaux d'un séminaire. À partir de la rentrée 1919, l'établissement dépend du ministère de l'Instruction publique alors qu'il dépendait jusqu'alors du ministère du Commerce et de l'Industrie. Durant la Seconde Guerre mondiale, les locaux sont occupés par un hôpital militaire[4].

Le lycée technique d'État[modifier | modifier le code]

En 1962, les ENP disparaissent pour laisser place aux lycées techniques d'État. Jusqu'en 1965, on y délivre un bac de technicien en terminale (un diplôme de technicien supérieur sanctionnant les deux années d'études post-bac), avant la création l'année suivante du baccalauréat technique, et la suppression plus tardive du concours d'entrée. De nouveaux bâtiments sont construits, la mixité instaurée. En 1985 l'appellation officielle est : lycée technologique régional Livet[4]. Lors du mouvement contre le CPE en 2006, le lycée est bloqué durant quinze jours par une faible partie des élèves[11]. En 2009, certains membres actifs du CVL ont empêché le renouvellement de ces blocages.[réf. nécessaire]

Bâtiments[modifier | modifier le code]

Entrée, rue Dufour

Entre 1852 et 1870, l'architecte Théodore Nau mène la construction d'un séminaire. La première aile bâtie est celle située le long de la rue Dufour. Après une acquisition de terrain, la poursuite du projet conduit à la formation d'un quadrilatère, selon le même format qu'un cloître[12].

Au nord de l'ensemble se trouve la chapelle Saint-Charles-Borronée de style néo-roman. Tous les bâtiments sont faits de granit et de tuffeau[12].

L'enseignement [13][modifier | modifier le code]

Second cycle[modifier | modifier le code]

Baccalauréat général
  • Baccalauréat général : trois classes par niveau de série scientifique « Sciences de l'Ingénieur » (S-SI) dont une classe dite « classe européenne » proposant un enseignement renforcé de l'anglais[14].
Baccalauréat technologique
  • STD2A arts appliqués.
  • STI génie civil.
  • STI génie des matériaux.
  • STI génie électronique.
  • STI génie électrotechnique.
  • STI génie mécanique option : microtechniques.
  • STI génie mécanique option : productique mécanique.
  • Brevet de technicien topographe.

La filière STI est remplacée par la filière STI2D (Sciences et Technologies de l'Industrie et du Développement Durable) à partir de la rentrée 2011 pour les classes de 1re et 2012 pour les classes de terminale. Cette filière présente quatre options qui sont toutes proposées au lycée Livet[15] :

  • STI2D SIN (Systèmes d’Information et Numérique)
  • STI2D ITEC (Innovation Technologique et Eco-Conception)
  • STI2D AC (Architecture et Construction)
  • STI2D EE (Énergies et Environnement)

Après le baccalauréat[modifier | modifier le code]

Brevet de technicien supérieur (BTS)
  • BTS bâtiment.
  • BTS conception industrielle microtechniques.
  • BTS électrotechnique.
  • BTS géomètre topographe.
  • BTS travaux publics.
  • BTS design d'espace.
  • BTS systèmes électroniques.
  • BTS Systèmes Constructifs Bois et Habitat(depuis la rentrée 2011).
  • ATS (Adaptation pour Techniciens Supérieurs) pour BTS et DUT.
Diplôme supérieur d’arts appliqués (DSAA)
  • DSAA Diplôme supérieur d'arts appliqués en partenariat avec l'École Boulle depuis la rentrée 2010.

Langues[modifier | modifier le code]

Plaque commémorative
  • Allemand langue vivante 1 (LV1) et langue vivante 2 (LV2)
  • Anglais LV1 et LV2.
  • Chinois LV2 corresp.
  • Espagnol LV2.
  • Italien LV2 corresp.
  • Russe LV2 corresp.
  • Section européenne anglais.

Options[modifier | modifier le code]

  • Création et Culture Design
  • Handball.
  • Informatique et systèmes de production.
  • Initiation aux sciences de l'ingénieur.
  • Mathématiques.
  • Physique-chimie.
  • Sciences de la vie et de la terre.

La vie au lycée[modifier | modifier le code]

La MDL (Maison des lycéens)[modifier | modifier le code]

La Maison des Lycéens est gérée par un surveillant, faisant une permanence à la vie scolaire une fois par semaine, la Cafétéria et la salle d'à côté étant donc fermée une journée à cause de l'absence de ce surveillant à son Bureau.

Les clubs[modifier | modifier le code]

Au lycée Livet, il y a plusieurs moyens de s'épanouir... Dont les clubs, gérés soit par un intervenant, soit par un groupe d'élèves, mais étant sous l'autorité de la MDL, qui leur accorde un certain budget afin qu'ils puissent mener à bien des projets.

Par exemple, un élève administrateur est à la tête du club informatique. Il représente le club auprès de la direction et de la cellule informatique (CIR). Des élèves modérateurs sont à sa disposition pour les tâches de maintenance, puisqu'ils connaissent le mot de passe administrateur. Des élèves animateurs, pouvant seulement ouvrir le club informatique, ne connaissant pas le mot de passe administrateur et ne pouvant accéder à l'ordinateur administrateur, surveillent l'ambiance du club.

Le nombre de Clubs varie tout les ans, selon le nombre d'inscris. Voici ceux que l'on peut trouver :

  • Club Vidéo
  • Club Photo (mais pour le moment démantelé)
  • Club Robotique
  • Club Musique
  • Club Informatique
  • Etc.

Le CDI (centre de documentation et d'information)[modifier | modifier le code]

Souvent ouvert de 8h00 à 18h00, le CDI est géré par des documentalistes, à qui les élèves peuvent demander de l'aide. Ils enregistrent les emprunts, et organisent des événements, comme le prix littéraire Eugène-Livet, basé sur les votes de lecteurs du lycée.

C'est un endroit de travail (des tables, des manuels scolaires, des revues éducatives et des ordinateurs sont à disposition), mais aussi un lieu de détente (on y trouve des bandes dessinées, des mangas, des romans de fantasy, etc.).

Compléments[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article..

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Annuaire des établissements - Livet », sur http://annuaire-ec.ac-nantes.fr, académie de Nantes (consulté le 29 avril 2010).
  2. [PDF] « Plan », sur http://lyc-livet-44.ac-nantes.fr, lycée Eugène-Livet (consulté le 1 mai 2010).
  3. « Biographie - Un parcours mémorable », sur http://www.livet-histoire.fr, association pour l'histoire du lycée Livet (consulté le 1 mai 2010).
  4. a, b, c et d « Les directions », sur http://www.livet-histoire.fr, association pour l'histoire du lycée Livet (consulté le 27 avril 2010).
  5. Classement Départemental et National des lycées français
  6. Classement 2015 des prépas PT
  7. a et b Rapillard 2009, p. 374-375.
  8. Suteau 1999, p. 51.
  9. a et b Le Marec et Caharel 2003, p. 78-79.
  10. « De l’Institution Livet à L’ENP, ENP Livet à partir de 1909 », sur http://www.livet-histoire.fr, association pour l'histoire du lycée Livet (consulté le 27 avril 2010).
  11. « La solitude du proviseur dans son lycée bloqué », sur http://www.livet-histoire.fr, association pour l'histoire du lycée Livet citant Ouest-France,‎ (consulté le 27 avril 2010).
  12. a et b Flohic 1999, p. 730.
  13. « Annuaire des établissements - Livet », sur http://annuaire-ec.ac-nantes.fr, académie de Nantes (consulté le 29 avril 2010).
  14. « Classes européennes », sur http://lyc-livet-44.ac-nantes.fr, lycée Eugène Livet (consulté le 9 juin 2011).
  15. « Formations proposées au lycée Livet », sur http://www.onisep.fr, ONISEP (consulté le 26 avril 2012).