Lycée Emmanuel-Mounier (Grenoble)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Emmanuel Mounier.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lycée Emmanuel-Mounier.
Lycée Emmanuel-Mounier
Image illustrative de l'article Lycée Emmanuel-Mounier (Grenoble)
Vue du lycée.
Devise Découvrir, s'ouvrir, réussir
Généralités
Création 1964
Pays France
Académie académie de Grenoble
Coordonnées 45° 10′ 46″ nord, 5° 43′ 53″ est
Adresse 6, avenue Marcelin-Berthelot
38029 Grenoble cedex 02
Site internet http://www.ac-grenoble.fr/mounier
Cadre éducatif
Proviseur Lionel Vernet
Population scolaire 590 (2014)
Options ESABAC, Musique, Théâtre, Arts visuels, Nano-sciences
Langues étudiées Allemand, Anglais, Arabe, Chinois, Espagnol, Italien Euro, Turc, Russe, Portugais
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Isère

(Voir situation sur carte : Isère)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Grenoble

(Voir situation sur carte : Grenoble)
Point carte.svg

Le lycée Emmanuel-Mounier est un lycée public d'enseignement général et technologique situé à Grenoble. Construit en 1963 à la limite du centre-ville et des quartiers sud, à deux pas de la Maison de la Culture MC2 et du Conservatoire à rayonnement régional de Grenoble avec lesquels il est en partenariat. Établissement expérimental de 1972 à 1984[1], il propose des formations allant de la classe de seconde au BTS. Il abrite également le CLEPT (Collège Lycée Elitaire Pour Tous), structure destinée aux élèves décrocheurs. Il sera rasé et reconstruit intégralement à partir de l'été 2017.

Historique[modifier | modifier le code]

  • 1963, le lycée porte le nom d'Emmanuel Mounier, un Grenoblois (1905-1950), philosophe et résistant qui connut comme bon nombre de ses amis les séjours en prison pendant l’Occupation et créateur de la revue Esprit.
  • 1965, naissance de l’équipe théâtrale. Parmi les acteurs Georges Lavaudant qui deviendra metteur en scène à la Comédie-Française. L'option théâtre, qui a vu passer entre autres Roland Magdane, existe toujours aujourd'hui.
  • 1966, les élèves élisent leurs premiers délégués de classe[2].
  • 1967, le mini-parlement de Mounier est créé sous l’impulsion de Pierre Jourdan professeur de lettres. Il se réunit 3 fois avec les délégués élèves et l’équipe d’animation et d’administration de l’établissement[2].
  • 1969, le gouvernement d’Edgar Faure crée les délégués élèves. Les élèves du lycée Mounier sont fort surpris de cette invention puisque les délégués des élèves existent déjà pour eux depuis 3 ans[3];
  • 1972, le lycée Mounier est désigné par le Ministère « établissement expérimental de plein exercice »[3]. La période d’expérimentation a lieu de 1972 à 1984 dont les finalités sont :
    • faire de la classe de seconde un palier d’orientation (seconde indifférenciée)
    • favoriser le travail en équipe des enseignants
    • établir un lien entre enseignements dits classiques et modernes et l’enseignement technique
    • modifier le contenu des disciplines
    • modifier le baccalauréat
  • 1975, mise en place des « 10 % de la culture », semaine banalisée pendant laquelle les élèves réservent 10 % de leur temps scolaire à la culture générale. En tout une centaine de thèmes ont été abordés dans ce cadre[3]. Aujourd'hui l'ouverture culturelle reste présente avec les midi/2 de la culture qui occupe la pause méridienne.
  • 1981, signature du partenariat avec le conservatoire national de musique.
  • 1987, Le lycée est le premier de l'académie à proposer l'option[réf. nécessaire]
  • 2000, ouverture du CLEPT [4] (Collège Lycée Élitaire Pour Tous) rattaché au lycée Mounier.
  • 2010, création [5] de la classe Nanosciences en partenariat avec l’école d’ingénieurs Grenoble INP-Phelma et parrainée par le Prix Nobel français Albert Fert. Ouverture de la classe ESABAC, double baccalauréat français et italien (ESAme di stato-BACcalauréat).
  • 2010-2013, après l'annonce par la région et le rectorat de la fermeture du lycée pour une reconstruction en 2013[6], des opposants craignant la disparition définitive du lycée ont mené des opérations de blocage et des manifestations[7].
  • 2016-2017, le 27 octobre 2016 la région lance l'appel d'offre pour le désamiantage puis démolition et reconstruction intégral du Lycée. Ces travaux qui pourrait durer environ 4 ans et seront lancés durant l'été 2017, concernerait donc la construction d'un lycée d'une capacité de 1300 élèves qui fera 3 étages, un internat pour 200 élèves avec des chambres de 3 élèves sur 5 étages, 10 logements de fonction, un secteur demi-pension avec une cuisine pouvant accueillir 400 élèves ainsi que la réhabilitation et l'extension du gymnase avec la construction d'une piste d'athlétisme avec 4 terrains de sport au milieu type basket-ball, 2 terrains de beach-volley dont un qui servira pour le saut en longueur. Le lycée ne disparaitra donc pas définitivement, il sera intégralement refait à neuf.

Classement du lycée[modifier | modifier le code]

En 2015, le lycée se classe 32e sur 43 au niveau départemental en termes de qualité d'enseignement, et 1101e au niveau national[8]. Le classement s'établit sur trois critères : le taux de réussite au bac, la proportion d'élèves de première qui obtient le baccalauréat en ayant fait les deux dernières années de leur scolarité dans l'établissement, et la valeur ajoutée (calculée à partir de l'origine sociale des élèves, de leur âge et de leurs résultats au diplôme national du brevet)[9].

Les formations post bac[modifier | modifier le code]

Les formations Post-Bac sont aujourd'hui déplacées dans deux lycées de l'agglomération grenobloise : Lycée du Grésivaudan à Meylan et Lycée Aristide Bergès à Seyssinet. Elles seront rouvertes à la fin de la reconstruction du Lycée Emmanuel Mounier.

Options[modifier | modifier le code]

  • arts visuels / arts plastiques
  • classe nano-sciences
  • ESABAC (ESAme di stato - BACcalauréat)
  • musique
  • théâtre
  • Chinois, Arabe, Portugais, Russe, Italien européen

Anciens élèves de Mounier[modifier | modifier le code]

Gilles Lipovetsky (philosophe), Georges Lavaudant (Comédie Française), Roland Magdane (humoriste), Jean-Claude Gallotta (Chorégraphe), Claudine Tiercelin (philosophe), Jacques-Marie Bardintzeff (volcanologue), Perrine Pelen (skieuse alpine), Philippe Parreno (artiste plasticien), Dominique Gonzalez-Foerster (cinéaste), Rike de Sinsemilia (musicien), Allan Théo (musicien), Calogero (musicien),

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Site du lycée
  2. a et b "Délégué flash", Pierre Jourdan, CRDP Grenoble, 1982 (réédition 1999)
  3. a, b et c Lycée Emmanuel Mounier : Fenêtres sur... 40 ans de témoignages, photos, souvenirs
  4. http://www.clept.org/
  5. http://www.cafepedagogique.net/communautes/Forum2011/Lists/Billets/Post.aspx?ID=45
  6. Le Monde, A Grenoble, le lycée Mounier bloqué par les opposants à la fermeture, 27 janvier 2011.
  7. Site du collectif de soutien
  8. « Classement département et national du lycée », sur L'Express, (consulté le 24 mai 2015)
  9. « Méthodologie du classement 2015 des lycées français », sur L'Express, (consulté le 24 mai 2015)

Liens externes[modifier | modifier le code]