Lutin d'Isigny

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Isigny.
Lutin d'Isigny
Race Trotteur français
Père Firstly
Mère Dame d'Isigny
Père de mère Quéronville LB
Sexe Étalon
Naissance 1977
Pays de naissance Drapeau de la France France
Mort 2003
Éleveur Annick Auvray
Propriétaire Maurice Cornière
Entraîneur Maurice Cornière
Driver Jean-Paul André
Record 1'14"3
Gains en courses 11 116 001 F (2 835 247,22 €2012)
Principales victoires Prix d’Amérique
Prix de Paris
International Trot
Challenge Cup
Prix René Ballière
Prix de l'Étoile
Copenhague Cup
Elite Rennen

Lutin d'Isigny est un cheval de course français né en 1977 et mort en 2003, élevé chez Annick Auvray dans le Calvados à quelques kilomètres d'Isigny-sur-Mer près de Grandcamp-Maisy. C'était un trotteur français mâle alezan de 1,61 mètre au garrot. Titré deux fois officieusement « champion du Monde » aux États-Unis en 1984 et 1985, il gagna également le Prix d'Amérique en 1985.

Naissance et élevage[modifier | modifier le code]

Lutin d'Isigny est né le 14 mai 1977 dans le Bessin, en Basse-Normandie, de l'étalon Firstly et de la jument Dame d'Isigny. Firstly avait notamment remporté le Prix de Normandie 1976 et s'était classé troisième du Prix de Cornulier 1978. Dame d'Isigny eut une carrière de course très honorable, gagnant notamment le Prix de Londres[1]. Son propriétaire, Jean Auvray, l'avait louée pour sa carrière de course à Maurice-Georges Cornière qui la conserva tout de même comme poulinière[1].

Après la naissance de Lutin, Maurice-Georges Cornière rachète la moitié des parts qui lui manquent à Annick Auvray. Il faillit bien le regretter car le premier combat de Lutin d'Isigny ne fut pas sur un hippodrome mais contre la maladie : le cheval contracte le tétanos à l'âge de sept mois et échappe de peu à la mort[1]. Lutin se qualifie brillamment à Caen le 18 juin 1979 en signant avec 1'25" le meilleur chronomètre de la journée[2].

Carrière de course[modifier | modifier le code]

Lutin d'Isigny s'affirme vite être un champion. Au milieu des années 1980, alors que les chevaux français se déplacent dans toute l'Europe et jouent à fond le challenge du Grand Circuit européen, Lutin d'Isigny se couvre de gloire aux quatre coins du continent, à l'image d'Idéal du Gazeau ou de Jorky.

Lutin d'Isigny a surtout marqué son époque par ses exploits outre-Atlantique. En 1984, il traverse une première fois l'océan et fait coup double en remportant l'International Trot, l'officieux championnat du monde des trotteurs où bien peu l'imaginaient s'imposer en la présence du champion américain Sandy Bowl. Il réussit pourtant à vaincre ce dernier en établissant un nouveau record de la piste. Il remporte également la Challenge Cup, autre course de prestige et sorte de revanche de l'International Trot. En 1985, auréolé de sa victoire dans le Prix d'Amérique, il récidive : même tarif que l'année précédente dans l'International Trot et la Challenge Cup. L'exploit ne sera jamais égalé par un trotteur français.

Carrière au haras[modifier | modifier le code]

Devenu étalon, Lutin d'Isigny connut là encore une certaine réussite, en donnant notamment Vrai Lutin, Kocabar, Bricassard, Fadir Castelets, Gazouillis et le champion Général du Lupin[3].

Il meurt des suites d'une crise cardiaque à l'âge de 27 ans en 2003.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Principales victoires[modifier | modifier le code]

Drapeau de la France France

Drapeau des États-Unis États-Unis

Drapeau de l'Allemagne Allemagne

Drapeau du Danemark Danemark

Principaux accessits[modifier | modifier le code]

Drapeau de la France France

Origines[modifier | modifier le code]

Origines de Lutin d'Isigny[4], mâle, alezan.
Père
Firstly
Quérido II Fandango Loudéac
Tombelaine
Dladys Hernani III
Gladys
Matinale Bourbonnais D Ogaden
Narbonnaise D
Guitare d'Amour Petit Mimile
Valeur Or
Mère
Dame d'Isigny
Quéronville LB Tigre Royal Ésope
Hollyanne
Brescia Jean Sans Peur
Gênes
Voile au Vent Larré F Carioca II
Belle de Nuit F
Ol d'Aubigny Goéland
Étoile de Bony

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Jean-Pierre Reynaldo, Champions trotteurs, Éditions Galtro, (ISBN 2-908469-02-2), p. 125-128
  2. Pierre Joly, Trotteurs de légende, Rennes, Éditions Ouest-France, (ISBN 2-7373-2270-7), p. 96-97 ; 155
  3. « Trot-pedigree.fr : Classement par gain - Étalon Lutin d'Isigny » (consulté le 26 octobre 2013)
  4. « Trot-pedigree.fr - Lutin d'Isigny » (consulté le 7 septembre 2013)