Luserna

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Luserna
Luserna
Noms
Nom allemand Lusern
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Drapeau de la région du Trentin-Haut-Adige Trentin-Haut-Adige 
Province Trentino CoA.svg Trentin  
Code postal 38040
Code ISTAT 022109
Code cadastral E757
Préfixe tel. 0464
Démographie
Population 263 hab. ([1])
Densité 32 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 55′ 00″ nord, 11° 19′ 00″ est
Altitude Min. 1,333 m
Max. 1,333 m
Superficie 824 ha = 8,24 km2
Localisation
Localisation de Luserna
Géolocalisation sur la carte : Trentin-Haut-Adige
Voir sur la carte administrative de Trentin-Haut-Adige
City locator 14.svg
Luserna
Géolocalisation sur la carte : Italie
Voir sur la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Luserna
Géolocalisation sur la carte : Italie
Voir sur la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Luserna
Liens
Site web lusern.it

Luserna (en allemand : Lusern ou Lusérn avec l'accent mis sur la deuxième syllabe) est une commune italienne d'environ 250 habitants située dans la province autonome de Trente dans la région du Trentin-Haut-Adige dans le nord-est de l'Italie. Il s'agit d'une des enclaves linguistiques germanophones des Cimbres les plus connues en Italie du Nord ; près de 80% de la population parlent le cimbre.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Les plaques de rues et les panneaux d'entrée dans le village sont tous rédigés en deux langues : allemand et italien.

Alors que presque tous les noms de lieux de la municipalité sont dus à ceux de zones adjacentes, venant de termes moyen haut allemands, bavarois ou cimbres, le nom Luserna est clairement d'origine romane. Dans les dossiers de Venise, l'endroit est toujours appelé Liserna (accent sur la deuxième syllabe). Ladin signifie lize, liscio en italien, « surface lisse » ou « glissante ». En dialecte tyrolien Lizum (accent sur la deuxième syllabe) signifie alpage sur la vallée à haute altitude. Lisse, glissante correspond à la situation sur place[2].

Une liste de la paroisse de Brancafora (à Piedemonte), compte en 1698 les noms Nicolussi, Gasperi et Oseli. Ceux-ci indiquent aussi les noms d'homonymes dans la partie orientale de Lavarone. Les noms les plus portés sont Nicolussi[3] ou Gasperi, et c'est une particularité de Luserna, ces noms sont portés par encore 90 % de la population avec différents épithètes pour les distinguer. Le prochain nom le plus courant, Pedrazza, est venu plus tard, probablement ajouté par entrées du val Terragnolo[4].

Nicolussi est spécifique de l'aire qui comprend les provinces de Bolzano, Trente et Vicence. Cette particularité, la plupart des habitants de Luserna se nomment Nicolussi, vient du fait que quasiment tous les Nicolussi descendraient d'une seule famille[5] Le nom Nicolussi est clairement dérivé du nom moyenâgeux Nicholaus, arrivé à Luserna par un descendant de Giovanni Nicolussi qui, en 1471, a été appelé à témoigner par les comtes Trapp à propos des limites de la seigneurie de Caldonazzo. Les noms de famille à Luserna ont une particularité typique de l'endroit: pour distinguer les différentes familles qui partagent le même nom de famille, elles ont pris le surnom de la famille. Nous avons donc la famille Nicolussi Baiz, la Nicolussi Castellan, la Nicolussi Galen, la Nicolussi Giacomaz, la Nicolussi Golo, la Nicolussi Moz (et Mozze), la Nicolussi Moro, la Nicolussi Moretto, la Nicolussi Neff, la Nicolussi Paolaz, la Nicolussi Plezzo, la Nicolussi Rossi, la Nicolussi Zaiga, la Nicolussi zagher, la Nicolussi Zom etc[6].

Tous ces noms dérivent, directement out à travers des modifications patronimiques ou ipocoristiques, de variations du nom médiévale Nicholaus ou Nicolao et de ses dérivés comme Nicola, Nocolo, etc. Traces de ces noms se trouvent par exemple au début du XIVe siècle à Pise : ...Haec autem et ancien Code Msto, existente Florentiae en Bibliotheca nobilis tu vires Antonii Nicolini, describenda curavit illustrissimus comes Albericus Archintus Mediolanensis, Abbas Commendat... et dans les actes d'un procès pour sorcellerie à Bormio en 1519 : ..domina Judith uxor ser Johannis Baptiste de Mariolis de Burmio filia quondam domini Nicolini de Zenonis de Burmio habet super infrascriptis....

Géographie[modifier | modifier le code]

La place Guglielmo Marconi.

Luserne est située à environ 1,350 mètres au-dessus du niveau de la mer sur les contreforts orientaux du plateau de Lavarone (en allemand : Lafraun ; en cimbre : Lavròu) à environ 600 mètres au-dessus de la rivière Astico, au sud de la partie supérieure du Valsugana et du lac de Caldonazzo.

Le plateau de Luserne couvre environ 20 kilomètres carrés, dont seulement huit appartiennent à la municipalité de Luserne (en cimbre : Kamou vo Lusern). Une partie du plateau de Luserna définit les limites des municipalités de Lavarone, Levico Terme et Caldonazzo. Le plateau est légèrement ondulé, et les montagnes sur le bord nord du plateau n’atteignent pas 2 000 mètres (la plus haute montagne est la Cima Vezzena qui culmine à 1 908 m).

Luserne peut être définie comme un village autour d'une rue, avec en plus un certain nombre de petits hameaux isolés. Le plus grand groupe de ces hameaux est Bisele. Au fil des siècles les pentes ont été nivelées et cela a créé un grand nombre de champs en terrasses et de jardins potagers.

Le climat est caractéristique des hautes montagnes : précipitations de 1 200 millimètres par an, longs hivers avec beaucoup de neige. Les forêts sont des forêts mixtes, avec une dominance de sapins blancs, d'épinettes, de hêtres et de mélèzes. En automne, bien des touristes sont à la recherche des champignons dans les bois, au mécontentement des habitants.

On peut parvenir à Luserne, soit du sud-est, à travers Asiago (en cimbre : Sleghe) et le Col Vezzena facile à franchir (en cimbre : Vesan ; en allemand : Wiesen) ou du nord-ouest par Pergine, Calceranica et Lavarone (en cimbre : Lavrou ; en allemand : Lafraun) (plus facile, mais un peu long) ou de Levico Terme, par une ancienne voie militaire de l'armée commune austro-hongroise inaugurée en 1911, une passe très petite et escarpée (avec seulement quelques endroits de passage), parcourue de tunnels étroits, non éclairés, mais avec une vue imprenable sur Valsugana et le lac de Caldonazzo : le plus court chemin, mais le plus aventureux.

Hameaux[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Les communes limitrophes sont Lavarone, Pedemonte, Valdastico, Caldonazzo, Levico Terme et Rotzo.

Les limites du territoire municipal.

Histoire[modifier | modifier le code]

Sur la « Place de Motze », un point à environ 500 m au nord du hameau de Tetsch (Tezze), les archéologues ont trouvé au cours de fouilles des fragments de poterie et des restes d'anciens fours pour fondre le cuivre datés à environ 1200 av. J.-C.. Encore plus tôt, au-dessus des maisons de Bisele, près de Malga Costesin, sur le plateau voisin de Vesan (Altipiano di Vezzena) des traces néolithiques se trouvent sous la forme de menhirs et un autel, ou une pierre sacrificielle . Jusqu'au début du XIIIe siècle, il n'y a pas d'autres preuves archéologiques ou écrites qui témoignent de la colonisation au nord du territoire entre l'Astico au Sud et le Valsugana[7].

Époque médiévale[modifier | modifier le code]

À une dizaine de kilomètres à l'ouest, Folgaria est mentionné pour la première fois en 1208 dans le Wangianus Codex, le livre de documents officiels de l'évêché de Trente. Il est noté que le , «  l'évêque Frédéric de Trente ... le Odolrico et Henrico de Posena (Ulric et Henri de Bolzano) donne ...sur les hauteurs de Folgaria à Centa ... pour établir au moins 20 nouvelles fermes, d'y assigner des travailleurs, ce qui permettra la culture et de payer des intérêts à l'évêque ».

La zone de Luserne d'aujourd'hui a de nouveau été habitée par des gens venus de Lavarone, qui ont utilisé le versant sud ensoleillé de Costa Alta comme pâturage d'été, avant de s'y installer de façon permanente. Le règlement de Luserne est d'abord mentionné dans un document de 1442, par un certain Biagio de Asiago qui a déclaré qu'il avait versé 55 ducats or au duc Frédéric pour l'achat de quatre fermes à Luserne. En 1487, les forces de la république de Venise occupa le territoire de Luserne, après quoi la congrégation de Lavarone demanda, « di poter godere ancora il monte di Luserna », à savoir « continuent d'être autorisés à utiliser la montagne de Luserne ».

Temps modernes[modifier | modifier le code]

La première église fut consacrée à Luserna le , en une paroisse distincte, mais consacrée seulement en 1745 ; le réperoire des baptêmes à Luserna a commencé le . Jusque-là, toutes les pratiques et les besoins de l'église, du baptême à l'enterrement, ont dû être faits à Brancafora dans la vallée de l'Astico, un lieu situé à plus de 800 m de dénivelé sur des sentiers escarpés difficiles - en tout temps, en été et en hiver. Le , après un différend frontalier, la séparation administrative entre la Magnifica Comunità di Lavarone (« Magnifique Communauté de Lavarone ») et l'Onoranda Vicinia (« Cher Quartier ») de Luserna a eu lieu. Ce lieu à ensuite compté 250 habitants. Depuis, Lusern est une municipalité indépendante. En 1911, une grande partie du village, dont les maisons (comme maintenant) étaient couverts de bardeaux de bois, fut détruite par le feu. Le village a été reconstruit rapidement avec l'aide autrichienne (collecte de fonds)[8].

Les fortifications de Luserna après les combats.

L'armée d'Autriche-Hongrie a fait, au-dessus du village, l'une des sept fortifications lourdes construite à des points stratégiques le long de l'ancienne frontière avec le royaume d'Italie entre les monts Maggio dans le sud-ouest et Pizzo di Levico (Spitz Verle) dans le nord-est. La construction de la forteresse, de 1908 à 1912, était pour les résidents de Luserna une bonne source de revenu: toutes les mains et l'aide des collectivités locales avaient été appelées à la préparation de ce projet de construction. Lorsque l'Italie entra dans la Première Guerre mondiale, le , Luserna était juste à la frontière, et donc en première ligne entre l'Italie et l'Autriche-Hongrie. « Le , le mardi de Pentecôte, à quatre heures et demie du matin, » le Père Josef Pardatscher a écrit dans son journal, « commença le tonnerre de canons, les nôtres et ceux du côté de Verena et Campolongo ». « Nos canons » - ce sont les canons du fort blindé à Luserna. En trois jours du 25 au , Luserna a fait environ 5000 grenades italiennes et a tiré avec des calibres de balles jusqu'à 28 cm. Un pilonnage intense a également été enregistré du 15 au et à partir du à . Pas un seul kilomètre du village de Luserna n'a été épargné par ces hostilités. La population a dû quitter le village immédiatement et a été en mesure de ne prendre que le strict nécessaire. Dans Luserna et aux alentours, seuls sont restés les soldats engagés (comme Schützenkompanie Lusern) les travailleurs et, à titre d'aumônier, le dernier prêtre allemand de Luserna, Josef Pardatscher de Salorno.

Les Lusernois répartis dans différents villages, dans des logements en Bohême du Nord près d'Aussig, ne pouvaient revenir à leur village totalement détruit en janvier 1919. Le seul bâtiment intact, qui est encore à l'extérieur du village aujourd'hui, était l'ancien bureau de douane autrichien. Le traité de Saint-Germain était signé pour l'Italie et les ressources financières du gouvernement italien ont alors facilité la reconstruction. L'église originelle détruite de façon permanente dans le centre (Saint-Antoine) a été reconstruite en contrebas du village, dans le hameau Tetsch (1920-1923 l'église ; 1928-1929 la tour). Grâce à la reconstruction et une certaine prospérité dans les années 1920, la population a grandi jusqu’à 1.200 habitants, mais a diminué ensuite à 850 en 1935, en raison de la Grande Dépression et de la migration des habitants[9].

Le , Adolf Hitler et Benito Mussolini ont signé un « accord d'option Tyrol du Sud » sur la réinstallation de la population non-italophone du nord de l'Italie dans les pays et régions sous la domination du Reich allemand. Ceux qui voulaient rester sous le régime fasciste en Italie, ont dû accepter une italianisation en abandonnant leur culture et leur langue maternelle. Beaucoup de Lusernois qui vivaient dans la pauvreté, croyant aux promesses d'une vie meilleure, ont été se réinstaller dans les Reichsgaue de Tyrol-Vorarlberg et de Salzbourg, mais surtout dans le bassin de Budweis (Budějovice) sur le bord de la forêt de Bohême, dans l'ancien protectorat de Bohême et de Moravie. Ceux de la zone autour de Budweis ont été expulsés et fui sans un sou en Italie, à Luserna, quand la Seconde Guerre mondiale a pris fin. Leur réintroduction et surtout la restitution de leurs biens à traîné jusqu'en 1967[10].

Après-guerre[modifier | modifier le code]

En tant que travailleurs migrants en Suisse, en Allemagne, et en particulier dans les centres économiques du nord de l'Italie, Luserna a pu créer une modeste prospérité au cours des dernières décennies. La plupart du temps, les travailleurs éloignés de Luserna maintenaient un contact étroit avec leur communauté d'origine, et beaucoup furent de retour à Luserna après la fin de leurs travaux.

Luserna se tourne aujourd'hui de plus en plus vers le tourisme et joue son rôle de quasi dernier bastion de la langue cimbre. L'emplacement sur les hauteurs de Folgaria, Lavarone et Luserna / Vezzena offre en hiver de bonnes conditions de neige pour le ski alpin et le ski de fond ; toutefois, la destruction du paysage par les systèmes de téléphériques est visible, en particulier dans la zone Folgaria. En été, le climat plutôt doux pour la randonnée et le VTT invite à se promener sur les hauteurs historiques, des prairies et des forêts. De plus, Luserna pense aujourd'hui en termes de tourisme « doux » et durable, et tourne son offre vers le bien-être ou encore les bains[11].

Démographie[modifier | modifier le code]

Année 1921 1931 1951 1961 1971 1981 1991 2001 2011
Résidents 906 846 640 642 561 456 386 297 279

Source: ISTAT

Culture cimbre[modifier | modifier le code]

Le centre de documentation Luserna.

Luserna, qui se trouve sur le plateau d'Asiago, à 1 333 mètres d’altitude, à environ 40 kilomètres au sud-est de Trente, peut être considéré comme le territoire officiel de la minorité Cimbres (ethnie). En effet, c'est l'une des communes italiennes où la langue cimbre est la mieux préservée : selon un recensement de 2011, 83,8 % de la population y parle le cimbre[12], une langue d’origine bavaroise considérée comme une des formes d’allemand les plus anciennes.

Le centre de documentation Luserna initie régulièrement des expositions et des publications sur l'histoire variée des plateaux et de la culture des Cimbres et la langue.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Administration[13],[14][modifier | modifier le code]

Les maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
09/05/2015   Nicolussi Paolaz Luca Burtzan employé des administrations , des organismes et des entités publiques
09/05/2010 08/05/2015 Nicolussi Paolaz Luca Burtzan employé des administrations , des organismes et des entités publiques
09/05/2005 08/05/2010 Nicolussi Castellan Luigi Vor Lusern 2005 directeur centre culturel cimbre
09/05/2000 08/05/2005 Nicolussi Castellan Luigi Vor Lusern 2000 directeur centre culturel cimbre
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Luserna est jumelée avec :

Autre[modifier | modifier le code]

Luserna compte aussi des spécialités culinaires telles que le fromage Vezzena, maintenant connu et demandé à l'échelle nationale.

Le plus célèbre fils du village est l'avocat et homme politique Eduard Reut-Nicolussi (1888-1958).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Popolazione Residente al 1° Gennaio 2018 », Istituto nazionale di statistica (consulté le 16 mars 2019)
  2. Reich, Desiderio: Notizie e documenti su Lavarone e dintorni, Trient, 1910, p 160. Tyroller, Hans: Grammatische Beschreibung des Zimbrischen von Lusern, Stuttgart, 2003, p 6
  3. (it) « Stampa », sur la stampa
  4. Codex Wangianus: Urkundenbuch des Hochstifts Trient, No. 132, Folgaria und Centa, pp. 304–306 Reich, Desiderio: Notizie e documenti su Lavarone e dintorni, Trient, 1910, pp 127/128, p 216, p 222 Anm. 159. KOMPASS Wander- und Radtourenkarte Nr. 631. Terragnolo: Weiler Pedrazzi im Terragnolo Tal südlich von Serrada. Bacher, Josef: Die Deutsche Sprachinsel Lusern, Innsbruck, 1905, S. 25.
  5. (it) « Notiziario del Comune di Luserna : Luserna, terra di uomini liberi. », agosto 2002 (consulté le 22 avril 2016)
  6. (it) « Toponimi e cognomi cimbri », (consulté le 22 avril 2016)
  7. Ausstellung Ori delle Alpi (« new.buonconsiglio.it »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Link nicht abrufbar) im Castello del Buonconsiglio, Trient, 1997. KOMPASS Wander- und Radtourenkarte Nr. 631. Ulrich Mößlang's Reisebericht und Bilder über Menhire, Dolmen und Opferstein.
  8. Bacher, Josef: Die Deutsche Sprachinsel Lusern, Innsbruck, 1905, S. 25. Prezzi, Christian: Luserna Isola Cimbra, Lusern, 2002; Die Einwohnerzahl von Lusern stieg bis 1910 auf 940 an. Reich, Desiderio: Notizie e documenti su Lavarone e dintorni, Trient, 1910, pp 228–229.
  9. Tagebuch des Pfarrers von Lusern, Josef Pardatscher, in: Dar Foldjo (Zeitschrift der Gemeinde Lusern), Dezember 2008, S. 16. Befestigungswerke in den Gebieten Folgaria, Lavaone und Lusern: Werk Serrada (de), Zwischenwerk Sommo (de), Werk Sebastiano (de), Werk Gschwent (de), Werk Lusern (de), Fort Verle (de) und der Fort Vezzena (de). Kulturinstitut Lusern: Lusern im Ersten Weltkrieg. Zur Bauzeit des Werks Lusern: Grestenberger nennt eine Bauzeit von 1907 bis 1910 in: Grestenberger, Erwin Anton: K.u.K. Befestigungsanlagen in Tirol und Kärnten 1860–1918, Wien 2000, p. 152. Dokumentationszentrum Lusern: Die Zimbrische Sprachinsel Lusern, Einblick in die südlichste der deutschsprachigen Gemeinden, 2. Auflage, 2002, p 39, p 71. Dokumentationszentrum Lusern: Folgaria, Lavarone, Luserna 1915–1918, Tre anni di guerra sugli Altipiani nelle immagini dell' archivo fotografico Clam Gallas Winkelbauer. Lusern, 2005, pp 97/98 und p 135. Zur neuen politischen Aufteilung nach dem Ersten Weltkrieg: Traité de Saint-Germain-en-Laye (1919). Geschichte der Zimbern.
  10. Dokumentationszentrum Lusern: Die Zimbrische Sprachinsel Lusern, Einblick in die südlichste der deutschsprachigen Gemeinden, 2. Auflage, 2002, p 71.nFrankfurter Allgemeine Zeitung vom 5. Oktober 1996, Nr. 232, p B4. Wedekind, Michael: Nationalsozialistische Besatzungs- und Annexionspolitik in Norditalien 1943 bis 1945, München, 2003. p 17. Zur Anzahl der Aussiedler: Die Anzahl der „Optanten“ / Aussiedler aus Lusern wird in den Quellen unterschiedlich – entweder mit 280 oder 408 – genannt. Möglicherweise ist in Familien und Personen zu unterscheiden.
  11. 100 km dei Forti. Die Geschichte erfahren, die Natur entdecken und dabei sportlich aktiv sein. Mitteilungsblatt der Gemeinde Lusern: Dar Foldjo, September 2007, S. 16.
  12. http://www.statistica.provincia.tn.it/binary/pat_statistica/demografia/15CensGenPopolazione.1340956277.pdf
  13. OpenContent Scarl e Consorzio dei Comuni Trentini, « Sindaco/ Dar Pürgarmaister / Municipio/ Dar Kamou / Comune / Kamou vo Lusérn - Comune di Luserna », sur www.comune.luserna.tn.it (consulté le 23 avril 2016)
  14. « Elezioni comunali 2000 », sur www.buergernetz.bz.it (consulté le 5 mai 2016)