Luna (fusée)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Luna 8K72)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Luna.
Luna
lanceur spatial
Étage supérieur (bloc E) du lanceur Luna et sonde spatiale Luna 1
Étage supérieur (bloc E) du lanceur Luna et sonde spatiale Luna 1
Données générales
Pays d’origine Drapeau de l'URSS Union soviétique
Constructeur Usine Progress de Samara
Premier vol 23 décembre 1958
Statut Retiré du service en 1960
Lancements (échecs) 9 (3)
Hauteur 33,5 mètres
Diamètre ~3 mètres
Masse au décollage 280 tonnes
Étage(s) 3
Charge utile
Orbite basse 4730 kg
Charge utile pour la Lune 400 kg
Motorisation
Ergols Kérosène et Oxygène liquide
1er étage Blocs B,D,W,G : 19,8 m ; moteur : 4 x RD1078 (821 kN) ; durée : 107 s
2e étage Bloc A : 28,75 m ; moteur : RD-108 (940 kN) ; durée : 301 s
3e étage Bloc E : 2,9 m ; moteur : RD-0105 (49 kN) ; durée : 379 s
Missions
Sondes spatiales programme Luna
Schéma en coupe de l'étage supérieur (bloc E) du lanceur Luna et sonde spatiale Luna 1.

Luna (8K72 ) est un lanceur soviétique développé à partir du missile R7 Semiorka qui avait placé le premier satellite artificiel en ajoutant un premier étage, le bloc E. Le premier vol a lieu le 23 décembre 1958. Cette version capable de placer 4,7 tonnes sur orbite ne sera utilisée qu'à 9 reprises (dont 3 échecs) pour lancer les premières sondes spatiales lunaires du programme Luna. Une version disposant d'un bloc E légèrement améliorée, la fusée Vostok, prendra sa suite.

Caractéristiques techniques[modifier | modifier le code]

L'étage supérieur Bloc E qui distingue la fusée Luna du missile R-7 est haut de 2,98 mètres pour un diamètre de 2,58 mètres. Avec la coiffe qui recouvre la charge utile, sa longueur atteint 4,75 mètres. L'étage a une masse à sec de 1,44 tonnes et de 7 775 kg avec les ergols. Son moteur-fusée RD-0105, qui brule comme les autres moteurs du lanceur un mélange de Kérosène et Oxygène liquide fournit une poussée de 49,4 kN durant 379 secondes[1].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (de) Bernd Leitenberger, « Die Semjorka Trägerrakete », sur www.bernd-leitenberger.de (consulté le 19 février 2015)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]