Lumière noire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lumière noire (homonymie).
Ampoule émettant de la lumière noire (la lumière tire plus sur le violet ou le bleu violacé pour l'œil humain).


Beaux-arts : lumière noire et substances fluorescentes.

La lumière noire ou lumière de Wood (du nom de l'inventeur Robert William Wood), est une lumière composée de violet (avec un léger pic autour de 405 nm de longueur d’onde mais peu éclairant) et de proche ultraviolet (principale composante autour de 375 nm) dans une bande spectrale quasi continue.

Cette lumière est absorbée et réémise sous forme de lumière visible par les substances fluorescentes, qu'elles soient artificielles ou naturelles (coraux, par exemple).

La lumière noire est souvent utilisée pour créer des effets esthétiques dans des soirées, faisant ressortir les blancs des tissus synthétiques.

Les détecteurs de faux billets de banque utilisent une petite lampe produisant de la lumière noire. La lumière noire met en luminescence les fibres synthétiques. Or le papier des vrais billets ne contient pas de fibres synthétiques, il est fait essentiellement de cellulose et de coton et de fines fibres de papier de chromatogramme et ne doit normalement pas réagir à la lumière noire. En revanche certains billets comme les euros portent également des impressions en encre invisible à la lumière naturelle qui deviennent visibles à la lumière noire.

La lumière noire est souvent utilisée dans différentes méthodes de test (magnétoscopie, ressuage) en association avec différents produits réactifs, afin de faire ressortir des indications (défauts dans le métal, par exemple).

Elle est aussi employée en médecine pour le diagnostic de certaines pathologies, en particulier en dermatologie et en ophtalmologie ainsi qu'en chimie analytique comme système de révélation en chromatographie sur couche mince.


Précautions d’usage[modifier | modifier le code]

Il faut toutefois éviter de trop utiliser la lumière noire afin de ne pas souffrir de lésions oculaires dues aux ultraviolets (dont la puissance émise est bien plus forte que ce que laisse paraître la partie visible violette du spectre émis par les lampes utilisées).

Pour en limiter les effets nocifs, la surface des lampes est recouverte de fibres partiellement absorbantes qui réémettent une partie de cette puissance sous forme de lumière violette visible et de chaleur. Cependant cette absorption diminue avec le temps lorsque les efforts de dilatation de l’ampoule finissent par craqueler ce revêtement de surface, laissant passer davantage d’ultraviolets et moins de lumière visible. L’effet de luminescence produit reste efficace.

L’usage prolongé de ces ampoules pourrait devenir nocif, s’il ne se déposait pas en même temps des dépôts métalliques (issus des électrodes émettrices du courant d’électrons dans le gaz de l’ampoule) qui obscurcissent l’ampoule et comblent les fissures du revêtement synthétique interne. Quand cette couche métallique devient régulière en s'épaississant, elle crée un court-circuit et fait « claquer » l’ampoule. En s'échauffant les électrodes augmentent la pression interne, ce qui fissure le ciment étanche à l’embase de l’ampoule. Ainsi les gaz contenus s’échappent puis l’air pénètre et ces électrodes s'évaporent rapidement. Il peut alors arriver que l’ampoule se brise sous l'échauffement brutal. Mais ce cas est rare et ne survient qu’au cas où le ciment est trop solide et reste étanche (dans ce cas, le court-circuit pourrait faire disjoncter certaines protections électriques).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]