Luis Ladaria Ferrer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Luis Ladaria Ferrer
Image illustrative de l’article Luis Ladaria Ferrer
Biographie
Nom de naissance Luis Francisco Ladaria Ferrer
Naissance (78 ans)
à Manacor (Espagne)
Ordre religieux Compagnie de Jésus
Ordination sacerdotale
Cardinal de l'Église catholique
Créé
cardinal
par le pape François
Titre cardinalice Cardinal-diacre de Sant'Ignazio di Loyola a Campo Marzio
Évêque de l'Église catholique
Consécration épiscopale par le cardinal Tarcisio Bertone
Dernier titre ou fonction Préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi
Préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi
Depuis le
Secrétaire de la Congrégation pour la doctrine de la foi
Archevêque titulaire de Tibica

Blason
« In sanctitate et iustitia » (Lc 1,75)
(« Dans la justice et la sainteté »)
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Luis Francisco Ladaria Ferrer, né le à Manacor (Espagne), est un prélat catholique espagnol, membre de la Compagnie de Jésus, professeur de théologie à l'université grégorienne et depuis 2017, préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi après en avoir été le secrétaire pendant neuf ans. Il est créé cardinal au cours du consistoire du .

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

Né à Manacor, sur l'île de Majorque, en Espagne, Luis Ladaria Ferrer a étudié à l'université de Madrid, où il a obtenu un diplôme en droit en 1966, puis entre dans la Compagnie de Jésus le de la même année. Sa formation spirituelle initiale terminée, il poursuit ses études à l'université pontificale de Comillas à Madrid et à la faculté de théologie Sankt Georgen de Francfort.

Prêtre et universitaire[modifier | modifier le code]

Ordonné prêtre le , il présente une thèse de doctorat intitulée Le Saint-Esprit chez saint Hilaire de Poitiers à l'université pontificale grégorienne de Rome en 1975. La même année, il devient professeur de théologie dogmatique à l'université pontificale de Comillas, avant d'assurer le même poste à l'université pontificale grégorienne en 1984. Ladaria fut vice-recteur de la Grégorienne de 1986 à 1994, puis membre de la Commission théologique internationale de 1992 à 1997. Il a aussi servi comme consulteur auprès de la Congrégation pour la doctrine de la foi à partir de 1995.

En , il est nommé secrétaire-général de la Commission théologique internationale. À partir de 2006, il a mené l'évaluation du concept des limbes, c'est-à-dire du sort des enfants morts sans avoir reçu le sacrement du baptême, et se range à l'opinion qu'il existe un espoir que ces derniers puissent malgré tout trouver le salut et jouir de la vision béatifique[1].

Archevêque[modifier | modifier le code]

Le , le pape Benoît XVI le nomme secrétaire de la Congrégation pour la doctrine de la foi. Il reçoit à cette occasion le titre d'archevêque in partibus de Thibica, étant ordonné évêque le . Il succède ainsi à Angelo Amato, nommé préfet de la Congrégation pour la cause des saints, comme numéro deux de la congrégation, sous l'autorité du cardinal Levada, tout en conservant son rôle antérieur à la Commission théologique internationale.

Montrant une prédilection pour la patrologie et la christologie Luis Ladaria Ferrer est nommé consultant auprès de la Congrégation pour les évêques le , et auprès du Conseil pontifical pour la promotion de l'unité des chrétiens le .

Il démissionne de son poste de secrétaire-général de la Commission théologique internationale le où il est remplacé par Charles Morerod, prêtre dominicain.

Le , le pape François le nomme à la tête de Congrégation pour la doctrine de la foi en remplacement du cardinal Gerhard Müller dont le mandat n'est pas renouvelé[2].

Couverture d'abus sexuels[modifier | modifier le code]

L'affaire Trotta[modifier | modifier le code]

Dans plusieurs articles de La Repubblica et du Monde, Luis Ladaria est accusé d'avoir insuffisamment œuvré contre les prêtres pédophiles. Il aurait, en particulier, renvoyé à l'état laïque un prêtre accusé d'abus sexuels sur mineurs, mais tout en précisant explicitement dans une lettre que ses agissements ne devaient pas être signalés à la justice[3],[4]. L'ex-prêtre, Gianni Trotta, devient alors entraîneur de football et agresse une dizaine de mineurs entre 2012 et 2014. En 2016, il est condamné à 8 ans de prison pour violences sur un enfant de 12 ans[3]. En 2019, il est reconnu coupable de violences sexuelles aggravées, production et diffusion de pédopornographie et sollicitation de mineurs et est condamné à un total de 20 ans de prison pour les crimes commis en 2014 contre 10 mineurs âgés de 11 à 13 ans. Les juges de ce dernier procès insistent à nouveau sur l'attitude des supérieurs du prêtre qui « gardèrent un silence absolu, lui permettant même de continuer à porter le clergé et d'être appelé Don Gianni, permettant ainsi à l'accusé de continuer avec des mineurs et d'en faire l'objet de ses abominables perversions »[5].

L'affaire Preynat[modifier | modifier le code]

Dans le cadre de l'affaire du cardinal Barbarin, Ladaria Ferrer est cité à comparaître en 2018 par un tribunal lyonnais à la suite de la découverte lors d'une perquisition à l'archevêché d'une lettre adressée au cardinal Barbarin où il lui recommandait « les mesures disciplinaires adéquates [contre le père Bernard Preynat] tout en évitant le scandale public », ce qui pouvait constituer une complicité de non-dénonciation de crime. Le Saint-Siège refuse alors de donner suite à la citation le en invoquant l'immunité de Ladaria « dans l'exercice de fonctions souveraines »[6].

Cardinal[modifier | modifier le code]

Le , le pape François annonce qu'il sera créé cardinal au consistoire du .

Le mercredi dans L'Osservatore Romano, il fait publier une tribune revenant sur la lettre apostolique Ordinatio Sacerdotalis. Il cherche à couper court dans cette tribune à toute rumeur qui dans certains pays remet en cause le caractère définitif de la lettre, car elle n'aurait pas été définie ex cathedra. Le futur cardinal affirme donc l'impossibilité de conférer l'ordination sacerdotale à des femmes, comme « une vérité qui appartient au dépôt de la foi », cette impossibilité appartenant donc à « substance du sacrement »[7].

Le pape François le crée cardinal au cours du consistoire ordinaire public du , en lui conférant le titre de cardinal-diacre de Sant'Ignazio di Loyola a Campo Marzio[8].

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (de) « Mgr Ladaria remplace le cardinal Müller à la tête de la Congrégation pour la doctrine de la foi - cath.ch », sur cath.ch (consulté le )
  2. « Doctrine de la Foi : Mgr Ladaria succède au cardinal Müller », Radio Vatican,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  3. a et b (it) « Non denunciò il prete pedofilo: quell’ombra nel passato del nuovo capo del Sant’Uffizio », La Repubblica,‎ (lire en ligne)
  4. Jérome Gautheret, Cécile Chambraud, « Le pape François remplace le cardinal Müller, gardien de la doctrine de l'Eglise », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  5. (it) « Violenze su minori, ex prete di Foggia sconterà 20 anni di carcere. La Corte d'appello: "Abusi su 10 bambini" », sur la Repubblica, (consulté le )
  6. Nicolas Senèze, « Affaire Barbarin : le Vatican rappelle l’immunité du cardinal Ladaria », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le )
  7. Anne Kurian, « L’ordination est réservée aux hommes : la mise au point du préfet de la Doctrine de la foi », sur fr.zenit.org, ZENIT, (consulté le )
  8. (it) Salle de presse du Saint-Siège, « Concistoro Ordinario Pubblico: Assegnazione dei Titoli », sur press.vatican.va, (consulté le )