Luis Garisto

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Luis Garisto
Une illustration sous licence libre serait la bienvenue : importer un ficher.
Biographie
Nationalité Uruguayen
Naissance Voir et modifier les données sur Wikidata (71 ans)
Lieu Montevideo
Poste Défenseur
Parcours senior 1
Saisons Clubs M (B.)
- border class=noviewer Defensor SC
- border class=noviewer CA Independiente 127 (2)
- border class=noviewer CA Peñarol
- border class=noviewer CD Cobreloa 7 (0)
Sélections en équipe nationale
Années Sélection M (B.)
border class=noviewer Uruguay 5 (0)
1 Matchs de championnat uniquement.
Tout ou partie de ces informations sont extraites de Wikidata.
Cliquer ici pour les compléter.

Luis Garisto, ou Luis Garisto Pan, né le 3 décembre 1945 à Montevideo, est un ancien joueur et entraîneur uruguayen de football.

Carrière[modifier | modifier le code]

Luis Garisto commence sa carrière de joueur au début des années 1960 comme défenseur dans un club uruguayen relativement modeste, Sud América (ou au Defensor Sporting Club selon certaines sources). En 1969 il signe à l'Independiente, en Argentine, où en quatre saisons il remporte le championnat Metropolitano, en 1970 et 1971, puis la Copa Libertadores 1972[1]. Il dispute la Coupe intercontinentale 1972 perdue face à l'Ajax Amsterdam. Il ne participe par contre pas aux triomphes du club en Copa Libertadores et puis en Coupe intercontinentale en 1973.

En 1974 il revient en Uruguay, à Peñarol. Il est sélectionné avec l'Uruguay pour la Coupe du monde de football de 1974. En match de préparation, il porte un coup violent à l'international australien Ray Baartz (en), qui met fin à la carrière de ce dernier[2]. Il compte cinq sélections, toutes en 1974. En 1976 il part au CD Cobreloa, au Chili, où il termine sa carrière de joueur.

Devenu entraîneur, il dirige de nombreux clubs du continent comme Estudiantes de la Plata (1992-1993), Argentinos Juniors (1994) et Banfield (2001-2003) en Argentine, Deportivo Toluca (1995) au Mexique, Cobreloa (2003) au Chili, Peñarol (en 2006) ou encore Central Español (2009) en Uruguay.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Copa Libertadores de América 1972, RSSSF
  2. « Moments in time », The Age, Melbourne,