Luis Echeverría

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Luis Echeverría Álvarez)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Echeverria.
Echeverría Álvarez est un nom espagnol. Le premier nom de famille, paternel, est Echeverría ; le second, maternel, souvent omis, est Álvarez.

Luis Echeverría
Fonctions
Président des États-Unis mexicains

(6 ans)
Prédécesseur Gustavo Díaz Ordaz
Successeur José López Portillo
Biographie
Date de naissance (97 ans)
Lieu de naissance Mexico, Mexique
Nationalité Mexicain
Parti politique Parti révolutionnaire institutionnel
Conjoint María Esther Zuno
Profession Avocat

Luis Echeverría
Présidents des États-Unis mexicains

Luis Echeverría Álvarez (né le à Mexico) est un homme d'État mexicain, président de la République de 1970 à 1976[1],[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est né à Mexico de Rodolfo Echeverría et de Catalina Álvarez. Luis Echeverría a rejoint la faculté de l'Université nationale autonome du Mexique en 1947 et a enseigné la théorie politique. Il s'est élevé dans la hiérarchie du Parti révolutionnaire institutionnel (PRI) et est finalement devenu le secrétaire privé du président du parti, Rodolfo Sánchez Taboada.

Luis Echeverría a été secrétaire de l'Intérieur du président Gustavo Díaz Ordaz de 1964 à 1970.

Il a maintenu une ligne dure contre les étudiants manifestants tout au long de 1968. Les affrontements entre le gouvernement et les manifestants ont abouti au massacre de Tlatelolco en octobre 1968, quelques jours avant la tenue des Jeux olympiques d'été de 1968 à Mexico. Dans un incident séparé, il a ordonné le transfert de 15% de l'armée mexicaine dans l'État de Guerrero afin de lutter contre les groupes de guérilla qui y opéraient.

Le 22 octobre 1969, Díaz Ordaz a convoqué Alfonso Martínez Domínguez - président du parti PRI - et d'autres dirigeants du parti à son bureau de Los Pinos pour lui révéler son successeur. Martínez Domínguez a demandé au président s’il était certain de sa décision. Díaz Ordaz a répondu: "Pourquoi demandez-vous cela? C’est la décision la plus importante de ma vie et j’y ai bien réfléchi."

Le 8 novembre 1969, PRI a officiellement annoncé que Luis Echeverría était candidat à la présidence. Au cours de sa campagne pour la présidence, Luis Echeverría a appelé à une minute de silence en souvenir des victimes du massacre de Tlatelolco, un acte qui a enragé le président Díaz Ordaz et l’a presque incité à demander la démission de Luis Echeverría. Duriste dans l'administration de Díaz Ordaz et considéré comme responsable du massacre de Tlatelolco, il est devenu "immédiatement obsédé par l'idée de faire oublier à ceux qui l'ont jamais fait."

Les années 1970[modifier | modifier le code]

Luis Echeverría Álvarez augmenta considérablement les dépenses publiques et sociales qu'il finança par la planche à billets et la dette extérieure. La politique socialiste du gouvernement mena à la nationalisation des entreprises en difficulté ou non rentables pour soutenir l'emploi mais cette politique fut un échec à cause de l'inefficacité de la gestion publique confiée à des amis politiques et non à des personnes qualifiées et de la corruption de ceux-ci. Pendant son mandat, le taux de change peso-dollar qui existait depuis 1958 passa de 12,50 à 20 pesos pour 1 dollar. La dette externe passa de 6 à 20 milliards de dollars.

Il fit un grand nombre de voyages en Europe, en Afrique, et en Amérique latine, surtout dans des pays d'obédience socialiste. Sur la scène internationale, son gouvernement fut proche du régime socialiste du Chili et de Cuba. Il accorda l'asile politique à l'épouse de Salvador Allende, quand celui-ci fut assassiné en 1973.

Il mena la Guerra Sucia (« Guerre sale »), contre le terrorisme pendant laquelle de nombreuses personnes furent victimes d'attentats provoqués par des groupuscules d'extrême gauche. Pendant son mandat, les terroristes ont fait plusieurs morts dans l'État de Guerrero ; Genaro Vásquez et Lucio Cabañas furent éliminés.

À la fin de sa présidence, il y eut une vague d'enlèvements et de braquages de banques par des extrémistes d'extrême gauche plus ou moins liés au grand banditisme. Le plus fameux fut l'enlèvement et l'assassinat d'un entrepreneur de Nuevo León, le philanthrope Eugenio Garza Sada, d'un de ses bras droits et de son beau-fils. José López Portillo, qui fut son Secretario de Hacienda (ministre de l'Économie) lui succéda à la tête du Mexique. Il fut candidat au poste de Secrétaire de l'Organisation des Nations unies qui échut finalement à Javier Pérez de Cuéllar. Le 30 juin 2006, un juge fédéral ordonne son arrestation pour le massacre de Tlatelolco en 1968. Les tribunaux ne lui trouvèrent aucune charge et il fut remis en liberté.

Parcours[modifier | modifier le code]

  • Il étudie à l'Universidad Nacional Autónoma de México (UNAM), et obtint son titre d'avocat.
  • En 1946 il rentre au Partido Revolucionario Institucional (PRI), membre de l'internationale socialiste où il travaille pour le président du Parti en tant que secrétaire du Général Rodolfo Sánchez Taboada. Luis Echeverría Álvarez le suivi au ministère de la Marine. Il travailla également au ministère de l'Éducation.
  • En 1958 il est nommé ministre de l'Intérieur.
  • En 1964 il est nommé Ministre de l'Intérieur par le Président Gustavo Díaz Ordaz. Il occupera ce poste pendant la tragédie de Tlatelolco où un rassemblement étudiant est réprimé dans le sang le 2 octobre 1968.
  • En 1969, Luis Echeverría Álvarez est le candidat du PRI à la présidence de la République et en 1970 remporte les élections présidentielles. Il incarne l'aile gauche de son parti et s'entoure de jeunes, d'intellectuels, d'économistes et d'activistes liés au mouvement de 1968.

Mandats électifs[modifier | modifier le code]

Fonctions gouvernementales[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Burton Kirkwood, History of Mexico., Westport, CT, Greenwood Publishing Group, Incorporated, , 1re éd., poche (ISBN 978-1-4039-6258-4), p. 107
  2. (en) Burton Kirkwood, History of Mexico., Westport, CT, Greenwood Publishing Group, Incorporated, , 1re éd., poche (ISBN 978-1-4039-6258-4), p. 100

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]