Pericle Luigi Giovannetti

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Luigi Pericle Giovannetti)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Pericle Luigi Giovannetti
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 85 ans)
AsconaVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Pericle Luigi Giovannetti (Bâle, 22 juin 1916 - Ascona, 19 août 2001), également connu sous le nom de Luigi Pericle, est un peintre et un caricaturiste suisse d’origine italienne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Bâle en 1916, d’un père italien, Pietro Giovannetti de Monterubbiano[1] – dans la région des Marches – et d’une mère d’origine française, Eugénie Rosé[2], à l'âge de seize ans Luigi Pericle Giovannetti entreprend des études à l’Académie des beaux-arts, mais peu après il abandonne ses études et devient autodidacte[3]. Dans sa jeunesse, il étudie les philosophies est-asiatiques, égyptiennes antiques et grecques de son côté[4].

En 1947 il épouse la peintre Orsolina Klainguti, du canton des Grisons. Dans les années 1950, Giovannetti et sa femme déménagent à Ascona, où ils vivent pour le reste de leur vie[5].

La maison où Pericle a vécu jusqu’à la fin de ses jours s'appelait “Casa San Tomaso”[6]. Après la mort de l’artiste en 2001, la maison a été fermé pendant seize ans, puisqu'il n’avait pas d’héritier. En décembre 2016, la propriété fut acquise par ses voisins[7] et c’est là qu’on a découvert l’existence de peintures et compositions d’encre, ainsi que des documents inédits[8],[9].

Max la Marmotte et la production de bandes dessinées[modifier | modifier le code]

Giovannetti travaille aussi comme dessinateur pour la revue satirique britannique Punch[10], où il publie plusieurs bandes dessinées[11].

En 1951, son premier livre Das betrunkene Eichhorn est publié par la maison d’édition Vineta Verlag[12] sous le nom de Pericle Giovannetti. En 1952, il réalise un livre d’illustrations pour enfants pour l’Union syndicale suisse, comme cadeau de Noël.

En 1953, Giovannetti crée Max la Marmotte[11], le protagoniste des bandes dessinées sans parole du même nom, pour tous les âges[10], qui lui apporteront une notoriété intérnationale : le personnage devient rapidement populaire, surtout en Europe, aux États-Unis et au Japon[13],[14]. Le livre Max est réimprimé dans 25 éditions entre 1954 et 2004[15], les retirages des œuvres de Giovannetti se poursuivent pendant des années jusqu’en 2015, alors que Creative Media Partners publie Max Presents Portraits, Sketches, Vignettes, and Pictorial Memoranda of Men, Women, and Other Animals.

En 1958 Giovannetti écrit, en collaboration avec Clive King, Hamid of Aleppo[16]. Il produit aussi les illustrations du livre[17]. Ses illustrations ont été publiés par l’éditeur new-yorkais Macmillan et plus tard par des journaux et des revues populaires comme The Washington Post, The Herald Tribune et Punch. Ici, il signe ses œuvres comme Giovannetti ou Pericle Giovannetti[18]. Les livres des aventures de Max, et aussi d’autres personnages, sont réimprimés plusieurs fois en Allemagne, en France et au Royaume-Uni[15].

Luigi Pericle[modifier | modifier le code]

En 1959 Giovannetti, sous le nom de Luigi Pericle, entame une collaboration avec Peter G. Staechelin, un collectionneur d’art bâlois, qui achète plusieurs œuvres de l’artiste pour sa propre collection[19]. En 1962, Giovannetti rencontre Martin Summers, galeriste et conservateur de la Galerie Arthur Tooth & Sons à Londres[20], où le peintre organise deux expositions personnelles, en 1962[21] et en 1965[22], et deux expositions collectives – Colour, Form and Texture et Contrasts in Taste II – toutes les deux en 1964[23],[24].

En 1963, des œuvres sont aussi exposées à Ascona, dans la Galerie d’art de Castelnuovo. Hans Hess, muséologue et conservateur de la York Art Gallery, en 1965, organise une exposition personnelle itinérante de Luigi Pericle, en présentant une sélection de 50 œuvres, dans plusieurs musées britanniques, y compris : York[25], Newcastle, Hull, Bristol[26], Cardiff et Leicester[27].

En janvier 1965, Herbert Read – critique d’art, co-fondateur de l'Institute of Contemporary Arts à Londres et conseiller artistique pour Peggy Guggenheim[28] – visite l’atelier de Pericle à Ascona. Il écrit la préface au catalogue de l’exposition de Luigi Pericle, organisée par Hans Hess, qui sera ensuite inclus dans le livre Luigi Pericle: dipinti e disegni (Luigi Pericle: peintures et dessins). Des années 1960 aux années 1980, l’artiste crée une série de œuvres sur toile et sur masonite, compositions d’encre et dessins. Pendant cette période, le catalogue de Luigi Pericle: dipinti e disegni[2] est imprimé: le projet d'une monographie consacrée à l'artiste a été initié en collaboration avec Staechelin et, après la mort de ce dernier, a été achevé avec son fils, Ruedi Staechelin[29].

Il écrit un livre, intitulé Bis ans Ende der Zeiten (Jusqu’à la fin des temps), achevé en 1996. Un seul chapitre sera publié en 1995, sous le nom d'Amduat. En 1997, Orsolina mourut, à qui Pericle survécut jusqu'en 2001, ne laissant aucun héritier.

Les peintures de Luigi Pericle font partie de la Collection Municipale d’Ascona, la collection permanente du Bristol Museum & Art Gallery à Bristol et la collection permanente de la York Art Gallery[30],[31] à York.

Dès la fin du 2018, de nouvelles recherches promues par les Archives Luigi Pericle ont conduit à la redécouverte de l’artiste et à l’exposition qui a eu lieu chez la Fondazione Querini Stampalia (11 mai–24 novembre 2019) accompagnée de la publication du Catalogue “Luigi Pericle. Beyond the visible”[4].

Bandes dessinées et livres illustrés[modifier | modifier le code]

  • (de) Aus meiner Menagerie Nebelspalter-Verlag, 1951
  • (it) L'unione fa la forza : strenna natalizia per i piccini, Unione Svizzera dei sindacati liberi, 1952
  • (de) Das betrunkene Eichhorn, Vineta-Verl, 1951
  • (en) Max, MacMillan Company, 1954
  • (en) Max Presents: Portraits, Sketches, Vignettes and Pictorial Memoranda of Men, Women and Other Animals; Conceived by Max, Supervised by Max, Selected by Max, Arranged and Edited by Max, Commentary by Max, Macmillan (N.Y.), 1956
    • (en) Max Presents Portraits, Sketches, Vignettes, and Pictorial Memoranda of Men, Women, and Other Animals, HardPress Publishing, 2013, (ISBN 978-1313557467)
      • (en) Max Presents Portraits, Sketches, Vignettes, and Pictorial Memoranda of Men, Women, and Other Animals, Creative Media Partners, LLC, 8 August 2015, (ISBN 978-1296562311).
  • (en) Beware of the Dog, Macmillan, 1958.
  • (en) Clive King e Giovannetti, Hamid of Aleppo, MacMillan Company, 1958
  • (en) Nothing But Max, MacMillan Company, 1959
  • (en) Birds without words, MacMillan Company, 1961
  • (en) The Penguin Max, Penguin, 1962
  • (de) Jawassinüdsäged! Nebelspalter-Verlag, 1971
  • (de) Max: d. Murmeltier, über d. d. Welt schmunzelt, Heyne, 1973,
  • Max - Das Murmeltier, 1981 (ISBN 978-3453003118)
  • (de) 111 neue Kaminfeuergeschichten, Nebelspalter-Verlag, 1975
  • (de) Pablo, Nebelspalter-Verlag, 1976
  • (de) Ja - wer chunt dänn daa? Nebelspalter-Verlag, 1976
  • (de) Max : alle Abenteuer des Murmeltiers, über das die Welt schmunzelt, Heyne, 1993

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) The Burlington Magazine for Connoisseurs, Savile Publishing Company (lire en ligne)
  2. a et b (en) Luigi Pericle, Luigi Pericle: dipinti e disegni, Distributed by Istituto Geografico de Agostini, (lire en ligne)
  3. (en) Bernard Dolman, Who's who in Art, The Art Trade Press, Ltd., (lire en ligne)
  4. a et b Gatti 2019.
  5. (de) « ticinARTE - ticinarte.ch », sur www.ticinarte.ch (consulté le 3 novembre 2018)
  6. Situé sur le Monte Verità à Ascona. Les documents originaux concernant le nom de la maison peuvent être consultés aux Archives Luigi Pericle (Ascona, Suisse).
  7. Voici les conservateurs des Archives Luigi Pericle.
  8. Simona Ostinelli, Luigi Pericle Giovannetti. Il talentuoso dimenticato, Corriere del Ticino, 31 October 2017.
  9. RSI Radiotelevisione Svizzera Italiana, Un tesoro artistico inaspettato, RSI, 20 February 2018
  10. a et b « Max », sur www.du9.org (consulté le 14 novembre 2018)
  11. a et b « Giovannetti Cartoons (Pericle Luigi Giovannetti) - Images | PUNCH Magazine Cartoon Archive », sur punch.photoshelter.com (consulté le 2 novembre 2018)
  12. (de) Pericle Giovannetti, Das betrunkene Eichhorn, Vineta-Verl, (lire en ligne)
  13. (en-US) « Nothing But Max », {{Article}} : paramètre « périodique » manquant,‎ , Now Read This! (lire en ligne)
  14. Penguin collections.
  15. a et b « Giovannetti, Pericle in WorldCat Identities »
  16. (en) « Happy Hamster; HAMID OF ALEPPO. By Clive King. Illustrated by Giovannetti. 46 pp. New York: The Macmillan Company. $2. For Ages 6 to 10. », {{Article}} : paramètre « périodique » manquant, paramètre « date » manquant (lire en ligne)
  17. (en) Twentieth-century Children's Writers, Macmillan International Higher Education, (ISBN 9781349036486, lire en ligne)
  18. « Pericle Luigi Giovannetti », {{Article}} : paramètre « périodique » manquant, paramètre « date » manquant (lire en ligne)
  19. (it) Hans-Joachim Müller et Christian Geelhaar, Nafea: the Rudolf Staechelin Collection, Basel, Wiese, (ISBN 9783909158539, lire en ligne)
  20. (en) Kelly Devine Thomas, « Martin Summers Opens New Gallery », sur ARTnews, (consulté le 2 novembre 2018)
  21. (en) « Luigi Pericle - Library | University of Leeds », sur explore.library.leeds.ac.uk (consulté le 2 novembre 2018)
  22. (en) « Luigi Pericle: second London exhibition, 2nd-20th February 1965 - Library | University of Leeds », sur explore.library.leeds.ac.uk (consulté le 2 novembre 2018)
  23. Catalogue, Colour, form and texture, Arthur Tooth & Sons Ltd 31, Bruton Street W1, 18 February - 14 March 1964, Designed and printed by Graphis Press Limited. (image on wikipedia Commons)
  24. Catalogue, Contrasts in taste II, Arthur Tooth & Sons Ltd 31, Bruton Street W1, 17 August - 5 September 1964, Designed and printed by Graphis Press Limited. (image on wikipedia Commons)
  25. « University of Leeds- Luigi Pericle »
  26. « Bristol Museum & Art Gallery - Luigi Pericle »
  27. Luigi Pericle Exhibition, 1965, Catalogue, Published in York (England) 1965 and printed by Ben Johnson and Co. Ltd.
  28. (it) « Guggenheim - guggenheim-venice », sur www.guggenheim-venice.it (consulté le 5 novembre 2018)
  29. (ISBN 3-909158-53-6) Hans-Joachim Müller, NAFEA. The Rudolf Staechelin Collection Basel, Basel, Wiese Verlag AG Basel, 1991
  30. (en) « Collections Search York Museums Trust Museo York Art Gallery », sur www.yorkmuseumstrust.org.uk (consulté le 8 novembre 2018)
  31. « Art UK Discover Artists - Luigi Pericle Giovannetti »

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (it) Chiara Gatti, Luigi Pericle : Beyond the visible, Cinisello Balsamo, Silvana Editoriale, (ISBN 9788836643073)
  • Luigi Pericle, Luigi Pericle: dipinti e disegni, Roma, Romagraf, 1979. Istituto Geografico de Agostini (Catalogue)

Liens externes[modifier | modifier le code]