Luigi Capello (général)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article ayant un titre homophone, voir Luigi Capello.
Luigi Capello
Image illustrative de l'article Luigi Capello (général)

Naissance
Verbania
Décès (à 82 ans)
Rome
Allégeance Flag of Italy (1861-1946).svg Royaume d'Italie
Arme Regio Esercito
Grade Général d'armée
Années de service 1875 – 1920
Conflits Guerre italo-turque
Première Guerre mondiale
Commandement VI corpo d'armata
II Armata
Faits d'armes Bataille de l'Isonzo
Bataille de Caporetto
Autres fonctions Politicien

Luigi Capello (né le à Verbania dans le Piémont - mort le à Rome) était un militaire italien. Il est connu pour avoir organisé avec Tito Zaniboni un attentat contre Benito Mussolini le .

Histoire[modifier | modifier le code]

Luigi Capello prend part à la guerre italo-turque (1911-1912).

Pendant la Première Guerre mondiale, il est le commandant du VIe corps d'armée, puis, à partir de juin 1917, du VIe corps d'armée et conduit les troupes italiennes à la prise de Gorizia et du Plateau de Bainsizza. Néanmoins, après la défaite italienne à la bataille de Caporetto (octobre-novembre 1917) il est relevé de ses fonctions.

Après la guerre, dans un premier temps il rejoint le parti fasciste, mais en février 1923, après que le Grand Conseil du fascisme eut déclaré incompatible l'appartenance au Parti national fasciste (PNF) et à la Franc-maçonnerie, il démissionne du parti. Selon l' historien militaire Schindler[1] , tandis que d'autres commandants italiens de la première guerre mondiale, comme Diaz et Badoglio furent honorés par le régime fasciste, Capello fut mis de côté à cause de son appartenance à la Franc-maçonnerie, ayant été initié le 15 avril 1910 dans la Loge "Fides" de Turin[2] et ayant ensuite atteint le 33° et dernier degré du Rite écossais ancien et accepté[3].

En novembre 1925, il est impliqué avec l'ancien député socialiste Tito Zaniboni dans la planification d'une tentative d'assassinat de Benito Mussolini, pour laquelle il est jugé en 1927 et condamné à 30 ans de prison.

Il est libéré en 1936 après avoir purgé onze ans de détention.

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • Grande ufficiale OMS BAR.svg Grand officier de l'Ordre militaire de Savoie[4]
  • Cavaliere di gran croce OMS BAR.svg Cavalier grande croix de l'Ordre militaire de Savoie [5]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (it) John R. Schindler, Isonzo: Il massacro dimenticato della Grande Guerra, Gorizia, LEG, Alessandra di Poi,‎ .
  • (it) Claudio Gattera, Il pasubio e la strada delle 52 gallerie, Valdagno, Gino Rossato,‎ (ISBN 978-88-8130-017-4)
  • Pierre Milza, Conversations Hitler-Mussolini : 1934-1944, Fayard,‎ (ISBN 978-2-213-66893-2)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) John R. Schindler, Isonzo: Il massacro dimenticato della Grande Guerra, Gorizia, LEG, Alessandra di Poi,‎ 2002.
  2. Vittorio Gnocchini, L'Italia dei Liberi Muratori. Brevi biografie di Massoni famosi, Roma-Milano, Erasmo Edizioni-Mimesis, 2005, p. 56.
  3. Aldo A. Mola, Storia della Massoneria italiana dalle origini ai giorni nostri, Milano, 1972, p. 506
  4. 28 décembre 1916(it) « Notice », sur Quirinale.it
  5. 6 octobre 1917(it) « Notice », sur Quirinale.it

Liens externes[modifier | modifier le code]