Lugle et Luglien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Saint Lugle et saint Luglien sont deux princes irlandais du VIIe siècle, qui furent attaqués et assassinés dans le nord de la France, lors de leur pèlerinage vers Rome.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils du roi d'Irlande Dodon et de son épouse Relanis[1], Lugle et son jeune frère Luglien, sont élevés dans la pratique des devoirs de la foi. Alors que Lugle consacre sa vie à Dieu, Luglien se prépare à hériter de la couronne de son père. Après quelques années pendant lesquelles ils sont allés en Terre sainte, ils décident de se consacrer à Dieu ainsi qu'au salut des âmes. Ils cèdent leur héritage aux nécessiteux vers l'an 696, ils entreprennent un pèlerinage pour Rome, afin de visiter les tombes de saint Pierre et saint Paul. Débarquant à Boulogne avec quelques fidèles serviteurs, il empruntent la Via Francigena. Arrivés à Thérouanne, leur prière[2] met fin à un incendie qui s'était déclaré plus tôt.

Près de Ferfay, alors qu'ils atteignent la Vallée de la Scyrendale[3], ils se font attaquer par trois pillards (trois frères dénommés Bovon de Busnette, Escelin de Ferfay et Bérenger de Pressy). Les fidèles sujets irlandais qui les accompagnaient jusqu'alors s'enfuient en les abandonnant à leur triste sort. Les brigands leur tranchent la tête, les dépouillent et jettent leurs corps dans une mare. Un des serviteurs, Erkembode revient sur ses pas et devient le témoin d'une scène divine : des anges descendent du ciel et visitent les corps, qui se retrouvent entourés d'un halo de lumière. Puis, le ciel s'assombrit, un orage éclate et un torrent emporte les dépouilles des deux saints. On retrouve leurs têtes à Hurionville[4], où l'on construit une chapelle[5].

Culte[modifier | modifier le code]

Leur célébration dans le calendrier catholique est fixée au 23 octobre.

En France, ils sont les saints patrons de Ferfay, dont l'église porte le nom et de Lillers. Dans l'église Saints-Lugle-et-Luglien de Ferfay, se trouve un reliquaire en bois polychrome datant du XVIe siècle[6].

Reliques[modifier | modifier le code]

Les reliques sont déposées en l'église de Lillers d'où elles disparaissent pendant la Révolution française. En 950 cependant, un moine aveugle en pèlerinage y retrouve la vue, et emporte alors une partie des reliques à Montdidier[7]. Au Xe siècle, Heldwide, épouse de Hilduin 1er, comte de Montdidier[8], fait construire, à proximité du donjon, l'église Notre-Dame, afin qu'y puissent être vénérées des reliques des saints Lugle et Luglien. Des Augustins, puis des Bénédictins ont la charge de ce prieuré. En 1471, les reliques sont placées dans une nouvelle châsse donnée par Isabelle, épouse de Philippe III de Bourgogne. Les deux saints sont représentés de part et d'autre, saint Lugle revêtu des habits épiscopaux, et saint Luglien portant son costume royal.

Commémorations[modifier | modifier le code]

En juin 2014, la 9e édition du spectacle Son et Lumière est organisée par l'association La Scyrendale[9] de Ferfay.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Récit de la vie des saints sur Gallica.bnf.
  2. Résumé biographique, sur le site Nominis.cef.fr.
  3. La Scyrendale est un ancien ruisseau dont il ne reste aujourd'hui que le nom donné à la vallée, et un puits situé au pied de la chapelle, à Hurionville, commune de Lillers.
  4. Hurionville est aujourd'hui un hameau de Lillers.
  5. Paysages et légendes du Pas de Calais sur le site Légendes-nord.
  6. Vandalisme et vols dans plusieurs églises, sur Lavoixdunord.fr
  7. Montdidier, église Saint-Pierre sur le site Patrimoine-histoire.fr.
  8. Histoire des Cathédrales, Abbayes, Châteaux-forts et Villes de la Picardie et de l'Artois, Paul Roger, éd. Duval et Herment, Amiens, 1842 (réimpression éd. La Découvrance, 2003), (ISBN 2-84265-206-1), tome I, p. 337.
  9. Site de l'association La Scyrendale, consulté le 5 août 2014.