Ludwig von Borstell

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Karl Heinrich Ludwig von Borstell
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 70 ans)
BerlinVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Ancien cimetière de garnison (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
Karl Leopold Heinrich Ludwig von BorstellVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Chef militaireVoir et modifier les données sur Wikidata
Famille
Borstell family (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Père
Hans Friedrich Heinrich Borstell (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Karl Heinrich Emil Alexander von Borstell (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Parentèle
Johann Ludwig Ingersleben (d) (grand-père maternel)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Grade militaire
Général de cavalerie (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conflit
Distinctions
Borstell ludwig carl georg leopold von.JPG
plaque commémorative

Karl Leopold Heinrich[1] Ludwig von Borstell (né le à Tangermünde et mort le à Berlin) est un général de cavalerie prussien et membre du Conseil d'État prussien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origine[modifier | modifier le code]

Ludwig est le troisième des quatre fils du général prussien Hans Friedrich Heinrich von Borstell (de) (1730-1804) et de Charlotte von Ingersleben (1749-1815), fille du général prussien Johann Ludwig von Ingersleben (de) (1703-1757).

Carrière militaire[modifier | modifier le code]

En 1788, Borstell rejoint le régiment de cuirassiers "von Ilow" de l'armée prussienne et devient plus tard l'adjudant de son père, qui à l'époque est major général et chef du régiment de cuirassiers. En 1793, il participe à la campagne du Palatinat, où il se distingue particulièrement à la bataille de Pirmasens et de Kaiserslautern. Le , le roi Frédéric-Guillaume II lui décerne, alors sous-lieutenant, l'ordre Pour le Mérite[2]. Son frère aîné Hans Friedrich Georg Ludwig Wilhelm von Borstell (1770-1793) est tombé à Pirmasens, dont la pierre tombale est conservée dans l'ancien cimetière. Ludwig von Borstell est membre de la société militaire. En tant que major de la Garde du Corps en 1806, à la retraite d'Iéna, il retient habilement le repoussant Ney puis se dirige vers Blücher.

Après le traité de paix de Tilsit en 1807, il devient membre de la commission mise en place pour la réorganisation de l'armée. Borstell est promu colonel en 1809 et en 1811 commandant de la brigade de Poméranie. Désireux et énergique, il entreprend l'avancée sur l'Oder en . Il commande en tant que général de division sous Bülow et prend part avec gloire à la bataille de Möckern (). Borstell décide également par son intervention opportune les victoires de Großbeeren et Dennewitz, pour lesquelles il reçoit la croix de fer de 1re classe. De plus, le roi lui décerne le les feuilles de chêne pour la Pour le Mérite.

Après la bataille de Leipzig, où il commande l'assaut de la banlieue de Grimma (de), promu lieutenant général, il bloque Wesel et s'avance en Belgique au début de 1814. Il joue ici un rôle majeur dans l'issue favorable de la bataille de Hoogstraten (de) et, après avoir combattu à Courtrai, couvre le siège d'Anvers.

En 1815, il reçoit le commandement du 2e corps d'armée (de). Alors qu'il est encore occupé à son organisation, l'ordre de séparer les troupes saxonnes selon la division de Saxe provoque la révolte des équipes de trois bataillons saxons à Liège. Blücher ordonne que le drapeau du régiment insurgé soit brûlé et sept chefs de file sont fusillés. Cependant, Borstell promet de ne pas brûler le drapeau et déclare qu’il ne soit pas en mesure d’obéir à l’ordre de Blücher. Il est donc relevé de ses fonctions par Blücher le et après une cour martiale en , il est condamné à six mois d'emprisonnement pour insubordination, qu'il commence en . Mais en , à la demande de Blucher, le roi Frédéric-Guillaume III le grâce et le nomme commandant de Magdebourg. La même année, il devient le commandant général du 1er corps d'armée (de) à Königsberg. Le , il devient commandant général du 8e corps d'armée (de) à Coblence et est promu général de cavalerie. De plus, le roi le nommé le en tant que chef du 5e régiment de cuirassiers.

Le , Borstell est mis à disposition et est nommé membre du Conseil d'État. À partir du , il est également président de la Commission de l'ordre général. Il est décédé le à Berlin et est inhumé quatre jours plus tard dans l'ancien cimetière de garnison. Sa tombe n'est pas conservée. Sa dalle funéraire est dédiée à la ville de Berlin en tant que tombe honorifique.

Famille[modifier | modifier le code]

Borstell se marie à Lahde le avec Albertine Wilhelmine Luise Amalia von Voss de la maison Vielbaum (née le à Berlin et morte le dans la même ville). Elle est la fille du propriétaire du manoir et directeur régional de l'Altmark Arnold von Voss. Le mariage est resté sans enfant.

Honneurs[modifier | modifier le code]

Pour ses services dans l'armée et la fonction publique, Borstell reçoit de nombreuses médailles et décorations. Il est chevalier de l'Ordre de l'Aigle Noir[3], de l'Ordre des Séraphins, titulaire de la Grand-Croix de l'Ordre de Guelfes et de l'Ordre du Lion de Zaeringen. Peu de temps avant sa mort, le , 30e anniversaire de la bataille de Dennewitz, les autorités municipales de Berlin font de lui un citoyen d'honneur de la capitale prussienne.

Borstellstrasse dans le quartier berlinois de Steglitz est nommé en son honneur.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Die Neue Deutsche Biographie gibt als Vornamen Karl Leopold Georg Ludwig an.
  2. Gustav Lehmann: Die Ritter des Ordens pour le merite. Band I. Berlin 1913, S. 300, Nr. 596
  3. Genealogisches Handbuch des Adels. Band A VII. C.A. Starke-Verlag, Limburg 1965, S. 47 mit Bild des Generals nach S. 72.

Liens externes[modifier | modifier le code]