Ludwig Maria Hugo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ludwig Maria Hugo
Image illustrative de l'article Ludwig Maria Hugo
Avis mortuaire
Biographie
Naissance 19 janvier 1871
Arzheim (Landau in der Pfalz)
Ordination sacerdotale 28 octobre 1894
Décès 30 mars 1935 (à 64 ans)
Mayence
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale 10 avril 1921
par Mgr Ludwig Sebastian
Dernier titre ou fonction Évêque de Mayence
Évêque de Mayence

Ludwig Maria Hugo, né le 19 janvier 1871 à Arzheim (partie de Landau in der Pfalz) et mort le 30 mars 1935 à Mayence, est un théologien allemand, évêque de Mayence de 1921 à sa mort.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Arzheim, dans le diocèse de Spire, il est le fils d'un enseignant d'école primaire, qui plus tard deviendra chef de gare aux chemins de fer d'État de Bavière. Il passe ses années d'école à l'école latine de Grünstadt et au lycée de Spire avant de poursuivre ses études à l'université d'Innsbruck et au Collegium Germanicum à Rome.

Le 28 octobre 1894, Hugo reçoit son ordination sacerdotale des mains du cardinal vicaire Lucido Maria Parocchi et obtient son doctorat en théologie en 1895. Il exerce son ministère pastoral dans le diocèse de Spire, d'abord comme aumônier successivement à Landstuhl en 1895, à Deidesheim en 1897, puis à Kaiserslautern, paroisse Saint-Martin à partir de septembre 1900, avant d'être préfet des études à Spire en 1903. L'année suivante, il est nommé curé à Remigiusberg où il publie Katholische Exegese unter falscher Flagge, ouvrage dans lequel il se définit comme « un simple prêtre de campagne » et dénonce le modernisme dans la ligne du pape Pie X, au sujet de la controverse dite crise moderniste.

L'évêque de Spire, Konrad von Busch prend conscience de sa valeur en le prenant comme secrétaire EN 1905. IL le nomme vicaire de la cathédrale, où il a reçoit le premier aperçu détaillé de l'administration d'un diocèse. De 1911 à 1915, il dirige de nouveau une paroisse, celle de Bliesdalheim en Sarre-Palatinat, puis en 1915, il prend la tête du séminaire diocésain de Spire.

L'état de santé de l'évêque de Mayence, Georg Heinrich Maria Kirstein ne lui permettant plus d'exercer pleinement sa charge, Hugo est nommé, le 7 mars 1921, coadjuteur du diocèse de Mayence et évêque titulaire de Bubastis. Le 10 avril suivant, il reçoit son ordination épiscopale des mains de l'évêque Ludwig Sebastian de Spire, cinq jours avant la mort de son prédécesseur Kirstein.

Sous sa direction, la confédération Caritas de Mayence connaît son épanouissement et les mesures de prévention pour sécuriser les fondations de la cathédrale de Mayence sont exécutées. En 1928, le point culminant de son épiscopat est la consécration de la cathédrale restaurée en présence du nonce apostolique en Allemagne, Eugenio Pacelli.

Le nazisme a été décidé en plein essor contre Hugo. Mayence était la première autorité épiscopale allemande a interdit Hugo vicaire général du diocèse en 1930 sous la direction de Philipp Jakob Mayer à rejoindre le parti nazi[1]. Les nazis ont été refusées dans le diocèse de Mayence, la réception des sacrements et les funérailles église. Après la prise du pouvoir par les nazis, Hugo a démontré avec le troisième Congrès international du Christ-Roi en 1933 et le célébration de Ketteler des gens qui travaillent de la résistance catholique à 1934 le national-socialisme.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bischof Dr. Ludwig Maria Hugo – Erinnerungen, écrite par un prêtre du diocèse de Mayence (sans nom), 61 Seiten, Mainz Verlag und Druckerei Lehrlingshaus, 1935
  • Dr. Karl Speckner, Wächter der Kirche – Ein Buch vom deutschen Episkopat, Kösel & Pustet Verlag München, 1934, p. 218-226
  • Ludwig Lenhart, Dr. Ludwig Maria Hugo (1871-1935). Ein theologisch-religiös markanter, den Nationalsozialismus frühzeitig durchschauender Rheinpfälzer auf dem Mainzer Bischofsstuhl (1921-1935), dans: Gesellschaft für mittelrheinische Kirchengeschichte 18 (1966), p. 119.