Ludovine de La Rochère

Le titre de cette page ne peut être modifié.
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Ludovine de La Rochère
Image dans Infobox.
Ludovine de La Rochère à Strasbourg en 2013.
Fonction
Présidente
La Manif pour tous
Biographie
Naissance
(50 ans)
Paris
Nom de naissance
Ludovine Mégret d'Étigny de Sérilly
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour

Ludovine Dutheil de La Rochère, née Mégret d'Étigny de Sérilly[1],[2], le 17 janvier 1971 à Paris, est une ancienne enseignante de collège, présidente depuis 2013 de La Manif pour tous, mouvement dont elle a été l'une des co-fondatrices en 2012.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille et vie privée[modifier | modifier le code]

Ludovine de La Rochère passe son enfance à Paris, dans une famille catholique. Elle est la fille du « baron »[3] Armand Mégret d'Étigny de Sérilly, cadre bancaire et de Solange du Couëdic de Kergoaler, femme au foyer. Elle est catholique pratiquante, mais fréquente des écoles publiques puis entre à 15 ans au lycée de la Légion d'honneur, à Saint-Denis. Après son baccalauréat, elle obtient un DEA d'histoire médiévale[4],[5] puis est reçue au concours du CAPES d'histoire-géographie[6].

Mariée à 21 ans, elle donne naissance au premier de ses quatre enfants à 23 ans. Certains témoignages la décrivent, au tournant des années 1990-2000, comme « aux convictions religieuses traditionalistes » ou encore au « profil typique d'une jeune femme de bonne famille, mais ne [présentant] aucun signe d'un militantisme quelconque » ; elle ne se mobilise pas spécialement contre le vote du PACS en 1999[4].

La famille Dutheil de La Rochère, qui est celle du mari de Ludovine de la Rochère, compte plusieurs membres impliqués politiquement : elle est ainsi, notamment, la nièce par alliance de Bertrand Dutheil de La Rochère, membre des Patriotes, et la cousine par alliance d'Amélie de La Rochère, assistante parlementaire de Florian Philippot et ancienne candidate à des élections locales[7]. Maurice Dutheil de La Rochère était un maurassien résistant mort en déportation pendant la Seconde Guerre mondiale.

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Après ses années d'études et de recherche en Histoire, Ludovine de La Rochère devient professeur d'histoire-géographie dans un collège public de l'Essonne[6]. Elle rejoint en 1998 le secrétariat général de Commentaire, une revue intellectuelle libérale[4].

En 2003, elle entre au service information-communication de la Conférence des évêques de France où elle est chargée des relations avec la presse. En 2010, elle devient chargée de communication à la Fondation Jérôme-Lejeune[6] qu'elle quitte en 2014[8].

Opposition au mariage homosexuel, à l'extension de la PMA et à la GPA[modifier | modifier le code]

Co-fondatrice du mouvement en 2012, Ludovine de La Rochère devient présidente de La Manif pour tous au début de l'année 2013[4]. À la suite de divergences de points de vue entre ce collectif et Frigide Barjot, qui affirme avoir été renvoyée du mouvement[9] tandis que La Manif pour tous le dément[10], elle prend médiatiquement la tête du mouvement d'opposition à la loi dite du « mariage pour tous » lors de la manifestation du 26 mai 2013, en prononçant le discours de clôture aux Invalides[4].

En août 2013, Act Up placarde sur les murs de la Fondation Jérôme-Lejeune son portrait barré de la mention « homophobe ». La Manif pour tous porte plainte pour « injures publiques », la Fondation Jérôme-Lejeune pour « déprédation de biens » et Ludovine de La Rochère porte également plainte en son nom propre[11].

En octobre 2013, à la suite des propos de Jean-François Copé affirmant ne s'être jamais opposé au mariage homosexuel, elle lui envoie une lettre ouverte pour le mettre en garde contre ce qu'elle estime être un « reniement en bonne et due forme », et anticipe de possibles sanctions par les urnes pour « ce changement de position sans autre raison apparente que de vouloir plaire à une infime minorité de personnes au prix, de facto, de son propre électorat »[12].

En tant que présidente de La Manif pour tous, elle condamne en novembre 2013 les propos racistes « absolument déplacés » lancés par un enfant à la ministre de la Justice Christiane Taubira lors d'une manifestation du collectif à Angers[13].

Le 2 février 2014, elle manifeste pour l'abrogation de la loi Taubira, contre la légalisation de la procréation médicalement assistée (PMA) et de la gestation pour autrui (GPA), et contre l'enseignement de la « théorie du genre » en tant que présidente de La Manif pour tous. Elle donne le lendemain un entretien au magazine Famille chrétienne, où elle expose les positions du collectif à la suite de cette manifestation et du report du projet de loi Famille par le gouvernement Ayrault[14].

En avril 2014, Ludovine de La Rochère est invitée au 31e congrès de l'Union des organisations islamiques de France (UOIF) [15],[16]. Selon Gilles Kepel, il s'agit pour elle de « dénoncer en chœur la destruction du modèle familial traditionnel »[16]. Ludovine de la Rochère et la Manif pour tous démentent cette participation[17].

Le , elle est reçue par le pape François lors des audiences du matin après sa messe privée[18]. Elle lui présente les projets qui persistent en France sur la famille et sur l'euthanasie. À la fin de l'entretien, elle lui remet un sweat-shirt blanc siglé de la Manif pour tous[19].

La Manif pour Tous étant devenue un organisme consultatif accrédité par l'ONU, Ludovine de la Rochère est intervenue le 20 juillet 2017 à la tribune à New-York[20] pour dénoncer la gestation pour autrui.

Publications[modifier | modifier le code]

  • La Manif pour tous #Saison 1, Paris, MPE Éditions, 2014.
  • Familles je vous aime, Paris, Pierre-Guillaume de Roux, 2016.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Arrêté du 26 mai 1994 fixant la liste des candidats autorisés à prendre part aux concours d'entrée à l’École nationale des chartes.
  2. « Liste des travaux universitaires déposés au Centre de Topographie historique de Paris des Archives nationales » (consulté le ), p. 7.
  3. Charondas, « A quel titre, volume 37 », (consulté le )
  4. a b c d et e Sylvain Mouillard, « Ludovine de La Rochère : elle ne barjotte pas », sur Libération.fr, (consulté le ).
  5. Son sujet de mémoire étant l'Étude topographique et sociale du quartier d'Outre-Petit-Pont au Moyen Âge, c'est-à-dire de la rive gauche du Paris médiéval.
  6. a b et c Gokan Gunes, « « Manif pour tous » : Ludovine de La Rochère, présidente catho-tradi », sur Rue89.com, (consulté le ).
  7. Jean-Marie Pottier, « Ces élus pourraient offrir au FN son premier groupe parlementaire en trente ans », sur Slate, (consulté le ).
  8. Fondation, « Une équipe déterminée, au service de la Fondation | FONDATION Jerome Lejeune chercher, soigner, défendre », sur www.fondationlejeune.org (consulté le )
  9. Delphine Legouté, « Virée de la Manif pour tous, Frigide Barjot rêve d'un vote des militants pour retrouver son influence », sur Le Lab (Europe 1.fr), (consulté le ).
  10. « Manif pour tous : l'ex-figure gay accuse », sur Le Point.fr, (consulté le )
  11. Philippe Romain, « La Manif pour tous porte plainte contre Act Up », sur Le Figaro.fr, (consulté le ).
  12. « Mariage pour tous : la lettre ouverte de Ludovine de La Rochère à Copé », sur Valeurs actuelles.com, (consulté le ).
  13. « Insultes racistes contre Taubira: la Manif pour tous condamne », LExpress.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  14. Antoine Pasquier, « Ludovine de La Rochère : « Ne lâchons pas de terrain » », sur Famille chrétienne.fr, (consulté le ).
  15. « Le président de l'UOIF appelle à "résister au bouleversement du modèle familial" », sur RTL.fr (consulté le ).
  16. a et b Gilles Kepel, « Les habits neufs du Front national », sur Libération.fr, (consulté le ).
  17. « Communiqué de presse sur le congrès de l’UOIF », sur lamanifpourtous.fr (consulté le )
  18. Jean-Marie Guénois, « Ludovine de La Rochère va être reçue par le pape François », sur lefigaro.fr, (consulté le )
  19. Antoine-Marie Izoard, Antoine Pasquier, « Ludovine de la Rochère a longuement présenté La Manif pour tous au pape François », Droit de la famille, sur famillechretienne.fr, (consulté le )
  20. « Vidéo - À la tribune de l'ONU, La Manif pour tous dénonce la GPA », sur www.famillechretienne.fr (consulté le )

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]