Ludovic Chaker

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chaker.

Ludovic Chaker, né dans l'Aveyron le , est un homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ludovic, Malik Chaker grandit à Saint-Jean-du-Bruel dans le Rouergue.

Ludovic Chaker pratique le kung-fu comme élève de Maître Liang Chaoqun[1],[2], représentant du « style naturel » (Zi ran men) en France. Il est un des dirigeants de l'association Wan Laisheng (en) en France pendant quelques années et est l'auteur de diverses publications relatives à l'histoire des arts martiaux[3],[4].

Il obtient en 2002 un diplôme de chinois à l'Institut national des langues et civilisations orientales et contribue à plusieurs ouvrages sur la Chine moderne, comme un chapitre sur les arts martiaux dans Shanghai - Histoire, promenades, anthologie et dictionnaire, dirigé par Nicolas Idier[5].

Il s'inscrit ensuite de 2002 à 2004 au CELSA (management interculturel) tout en poursuivant des études de science politique à l'université de Paris-Nanterre (2003-2004), puis à l'Institut d'études politiques de Paris en gestion des ressources humaines (2004-2007)[6].

Il est recruté par le Consulat général de France à Shanghaï, où il est responsable (de 2007 à 2009) du développement de la coopération universitaire entre la Chine et la France. À son retour en France, il travaille comme directeur de cabinet du maire de Joué-lès-Tours[7] avant d'être nommé par Richard Descoings responsable des relations extérieures de Sciences Po Paris pour l'Asie et le Pacifique.

Il est candidat divers gauche en 2012 aux législatives pour les Français de l'étranger (Europe orientale, Asie orientale, Océanie)[8]. Éliminé au premier tour avec un score de 1,99 % des suffrages, il appelle à voter pour le candidat socialiste Marc Villard.

Il travaille ensuite en indépendant comme consultant (management d’équipes et de projets, expertise internationale sur l’Asie-Pacifique, communication), pour des entreprises[9].

En 2016, il s'engage auprès d'Emmanuel Macron et devient premier secrétaire général d'En marche ![10], puis secrétaire général adjoint et coordinateur des opérations de campagne en vue de l'élection présidentielle de 2017[11]. Il est souvent considéré comme un des membres de la garde rapprochée du candidat et surnommé le « ninja logisticien »[12].

Après l'élection d'Emmanuel Macron, il est nommé chargé de mission auprès du chef d’état-major particulier du président de la République[13]. La presse évoque sa proximité professionnelle avec Alexandre Benalla[13],[14].

Sous-lieutenant dans la réserve opérationnelle du corps des officiers des armes depuis 2004, il est promu régulièrement et devient en 2018 commandant[15].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Association d'arts martiaux traditionnels chinois Wuxia », sur Wuxia,
  2. « Palmarès », sur www.wan-laisheng-france.fr
  3. « Portrait de Liang Chaoqun, maître d’arts martiaux traditionnels », sur wan-laisheng-france.fr,
  4. « L'Épée de Wudang », Ceinture noire,‎ juillet-août 2012 (lire en ligne).
  5. Nicolas Idier, Shanghai : Histoire, promenades, anthologie et dictionnaire, Robert Laffont, coll. « Bouquins », , 1536 p. (ISBN 2-221-11096-X, lire en ligne).
  6. http://www.sciences-po.asso.fr/profil/ludovic.chaker07.
  7. « Un nouveau directeur de cabinet à la mairie », sur La Nouvelle République,
  8. Yang Jiaqing, « Ludovic Chaker : une nouvelle dynamique franco-chinoise », sur Pékin information,
  9. De 2014 à 2016, il anime la start up « OODA-Consulting »
  10. Olivier Cammas, « L'invité du matin : Ludovic Chaker, secrétaire général du mouvement En Marche d'Emmanuel Macron », sur radiototem.net,
  11. « Macron fait le plein de soutiens », sur Midi Libre,
  12. Nathalie Raulin et Guillaume Gendron, « L’équipe Macron affine la mise en cène », sur Libération,
  13. a et b Ariane Chemin et François Krug, « Ludovic Chaker, l’autre conseiller secret de l’Elysée », sur Le Monde, .
  14. « Qui est Ludovic Chaker, l’homme de l’ombre du président qui a recruté Benalla ? »,
  15. Jean-Dominique Merchet, « Ludovic Chaker: un ami de Benalla est « chargé de mission » auprès de l’amiral Rogel (actualisé -2) »,

Article connexe[modifier | modifier le code]