Ludovic Chaker

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Ludovic Chaker, né le à Saint-Jean-du-Bruel (Aveyron), est un homme politique français. Il exerce actuellement la fonction de conseiller du chef d’état-major particulier du président de la République.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Ludovic Chaker grandit à Saint-Jean-du-Bruel, un village de l'Aveyron entre Causses et Cévennes, dans la vallée de la Dourbie[1].

Il obtient en 2002 un diplôme de chinois et de relations internationales[1] à l'Institut national des langues et civilisations orientales et contribue à plusieurs ouvrages sur la Chine moderne, comme un chapitre sur les arts martiaux dans Shanghai - Histoire, promenades, anthologie et dictionnaire, dirigé par Nicolas Idier[2].

Il est reçu au CELSA[3] où il suit le programme management interculturel tout en poursuivant des études de science politique à l'université Paris-Nanterre (2003-2004), puis à l'Institut d'études politiques de Paris en gestion des ressources humaines et en affaires publiques[4] (2004-2007)[5].

Carrière professionnelle et politique[modifier | modifier le code]

Recruté par le Ministère des Affaires Étrangères pour le Consulat général de France à Shanghaï, il est responsable (de 2007 à 2009) du développement de la coopération universitaire entre la Chine et la France. À son retour en France, il travaille comme directeur de cabinet du maire de Joué-lès-Tours[6], ville dont il est également élu[7], avant d'être nommé par Richard Descoings responsable des relations extérieures de Sciences Po Paris pour l'Asie, le Pacifique, l'Afrique et le Moyen-Orient[1].

Il est candidat divers gauche en 2012 aux législatives dans la onzième circonscription des Français établis hors de France, couvrant 49 pays en Europe orientale, Asie orientale, Océanie[8]. Menant campagne en "candidat 2.0"[9] indépendant[1], et pratiquant CouchSurfing[10], il obtient 1,99 % des suffrages au premier tour[11].

Il crée ensuite une société de conseil, Ooda consulting[12]. Le sigle fait référence à quatre phases (Observer, s'orienter, décider, agir) de la boucle OODA, utilisée notamment par les forces spéciales[1].

En 2015[13], il s'engage auprès d'Emmanuel Macron et devient premier secrétaire général d'En marche ![14], puis secrétaire général adjoint et coordinateur des opérations de campagne en vue de l'élection présidentielle de 2017[15]. Il est souvent considéré comme un des membres de la garde rapprochée du candidat et surnommé le « ninja logisticien »[16], notamment expert dans la gestion des risques et la protection des grands rassemblements du mouvement[17].

Après l'élection d'Emmanuel Macron, il est nommé chargé de mission auprès du chef d’état-major particulier du président de la République[12]. La presse évoque sa proximité professionnelle avec Alexandre Benalla[12],[18], faisant le parallèle avec "Malotru", personnage de la série le Bureau des légendes[4], trait renforcé par le fait qu'il parle également couramment arabe, à la suite notamment d'un séjour au Caire[1]. En mai 2020, les deux rencontrent de manière informelle l'homme d'Etat Umaro Sissoco Embaló[19], président de la République de Guinée-Bissau, qui les qualifient de "jeunes frères"[20].

À la suite d'une réorganisation du cabinet présidentiel, il devient conseiller du chef d'état-major particulier du président de la République, en charge notamment de la coordination de l'état-major avec les différents pôles de l'Élysée et des études et analyses stratégiques[21].

Carrière militaire et distinctions[modifier | modifier le code]

Officier dans la réserve opérationnelle du corps des officiers des armes depuis 2004, il y est promu régulièrement et devient ainsi :

Il suit en 2013 le stage de l’École supérieure des officiers de réserve spécialistes d'état-major (ESORSEM)[25], rattachée à l'École de guerre[26].

ll est par la suite affecté comme officier réserviste auprès du Commandement des opérations spéciales (COS), au bureau « J9 » chargé des actions civilo-militaires[27] avant d'intégrer le 44e régiment d'infanterie[28], une unité traditionnellement rattachée à la direction générale de la sécurité extérieure (DGSE)[29].

En 2020, parmi plusieurs officiers de gendarmerie, il devient auditeur à l’Institut des hautes études de Défense nationale (IHEDN)[30].

Titulaire de récompenses au titre des opérations extérieures (OPEX)[21], il obtient entre autres les distinctions suivantes :

Arts martiaux et yoga[modifier | modifier le code]

Ludovic Chaker se forme au kung-fu auprès de Maître Liang Chaoqun[32],[33], représentant du « style naturel » (Zi ran men) de la discipline, avant de l'enseigner[34] puis de devenir l'un des dirigeants de l'association Wan Laisheng en France et de publier divers ouvrages dédiés à l'histoire des arts martiaux[35],[36]. Il enseigne également le yoga[28].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f Marc Endeweld, Le grand manipulateur, Stock, , 360 p. (ISBN 978-2-234-08692-0, lire en ligne)
  2. Nicolas Idier, Shanghai : Histoire, promenades, anthologie et dictionnaire, Robert Laffont, coll. « Bouquins », , 1536 p. (ISBN 978-2-221-11096-6 et 2-221-11096-X, lire en ligne).
  3. « La garde rapprochée d’Emmanuel Macron », sur Les Échos, (consulté le 2 juillet 2019)
  4. a et b « "L'espion du président", protecteur de Benalla et toujours à l'Elysée », sur Marianne, (consulté le 2 juillet 2019)
  5. http://www.sciences-po.asso.fr/profil/ludovic.chaker07.
  6. « Un nouveau directeur de cabinet à la mairie », sur La Nouvelle République,
  7. « https://www.lanouvellerepublique.fr/indre-et-loire/le-ninja-de-l-elysee-ex-jocondien », sur lanouvellerepublique.fr (consulté le 2 juillet 2019)
  8. Yang Jiaqing, « Ludovic Chaker : une nouvelle dynamique franco-chinoise », sur Pékin information,
  9. « Il fait campagne grâce au Couchsurfing », sur responsable-communication.net,
  10. Sputnik, « Ludovic Chaker : la France partout où nous sommes », sur fr.sputniknews.com (consulté le 2 juillet 2019)
  11. « https://www.lanouvellerepublique.fr/indre-et-loire/commune/joue-les-tours/1-99-8 », sur lanouvellerepublique.fr (consulté le 2 juillet 2019)
  12. a b et c Ariane Chemin et François Krug, « Ludovic Chaker, l’autre conseiller secret de l’Elysée », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  13. (en) Adam Plowright, The French Exception : Emmanuel Macron – The Extraordinary Rise and Risk, Icon Books Limited, , 204 p. (ISBN 978-1-78578-312-8, lire en ligne)
  14. Olivier Cammas, « L'invité du matin : Ludovic Chaker, secrétaire général du mouvement En Marche d'Emmanuel Macron », sur radiototem.net,
  15. « Macron fait le plein de soutiens », sur Midi Libre,
  16. Nathalie Raulin et Guillaume Gendron, « L’équipe Macron affine la mise en cène », sur Libération,
  17. Christophe Cornevin, « Présidentielle : la sécurité autour de Macron et Le Pen a été renforcée », sur Le Figaro.fr, (consulté le 25 mai 2020)
  18. « Qui est Ludovic Chaker, l’homme de l’ombre du président qui a recruté Benalla ? »,
  19. Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi, « Benalla a rencontré secrètement un chef d’Etat africain avec un membre de l’Elysée », sur Mediapart (consulté le 9 septembre 2020)
  20. « Alexandre Benalla a échangé avec un président africain en présence d'un membre de l'Elysée », sur Marianne, (consulté le 9 septembre 2020)
  21. a b et c « Le conseiller de Macron et proche de Benalla Ludovic Chaker est-il décoré de la légion d'honneur ? »,
  22. « Décret du 19 avril 2007 portant promotion et nomination dans la réserve opérationnelle »,
  23. « Décret du 6 janvier 2012 portant nomination et promotion dans la réserve opérationnelle »,
  24. Jean-Dominique Merchet, « Ludovic Chaker: un ami de Benalla est « chargé de mission » auprès de l’amiral Rogel (actualisé -2) »,
  25. « Union des officiers de réserve de l'Océan Indien - Bulletin n°30 »,
  26. Jean Guisnel, « Armée : les Orsem, une force d'appoint qui a la cote », sur Le Point, (consulté le 2 juillet 2019)
  27. « Chargé de mission à l’Elysée, Ludovic Chaker ne travaille plus pour la DGSE », sur L'Opinion, (consulté le 3 mars 2019)
  28. a et b « Après l’affaire Benalla, les hommes de l’ombre de l’Elysée en pleine lumière », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 2 juillet 2019)
  29. Jean Guisnel, « Les unités clandestines de la DGSE reçoivent la croix de la Valeur militaire », sur Le Point, (consulté le 2 juillet 2019)
  30. Webmaster 2, « Plusieurs officiers de Gendarmerie parmi les futurs auditeurs de l'IHEDN », sur La voix du gendarme, (consulté le 9 septembre 2020)
  31. « Bulletin officiel des armées n°47 », 20 octobre 2016)
  32. « Association d'arts martiaux traditionnels chinois Wuxia », sur Wuxia,
  33. « Palmarès », sur www.wan-laisheng-france.fr
  34. Jérémy MAROT et Pauline Théveniaud, Les apprentis de l'Élysée : Grandeur et décadence de la maison Macron, Place des éditeurs, , 269 p. (ISBN 978-2-259-27743-3, lire en ligne)
  35. « Portrait de Liang Chaoqun, maître d’arts martiaux traditionnels », sur wan-laisheng-france.fr,
  36. « L'Épée de Wudang », Ceinture noire,‎ (lire en ligne, consulté le 8 mai 2017).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]