Ludovic Carrau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Ludovic Carrau
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 46 ans)
Nom de naissance
Ludovic Victor Marie CarrauVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Domaine

Ludovic Carrau, né le à Paris et mort le à Paris, est un philosophe et professeur d’université français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Élève au collège Rollin, Ludovic Carrau entre à l’École normale supérieure en 1861 puis il est reçu 5e à l’agrégation de philosophie en 1864. Il enseigne alors dans les lycées d’Alençon (1864), de Caen (1865) et de Strasbourg (1869). Devenu docteur ès lettres en 1870, il est alors nommé professeur de philosophie à la Faculté des lettres de Besançon de 1870 à 1881. Il enseigne ensuite à la Faculté des lettres de Paris en tant que maître de conférences de philosophie en 1881 puis en tant que professeur adjoint en 1888[1].

Au cours de sa carrière, il collabore également avec le Journal des débats et la Revue des deux mondes[1].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Exposition critique des théories des passions chez Descartes, Male-branche et Spinoza (1870), thèse de doctorat.
  • La Morale utilitaire (1875).
  • Études sur la théorie de l'évolution aux points de vue psychologique, religieux et moral (1879).
  • La conscience psychologique et morale dans l'individu et l'histoire (1887).
  • Étude historique et critique sur les preuves du Phédon de Platon en faveur de l'immortalité de l'âme humaine (1887).
  • Cours de morale pratique (1888).
  • De l'éducation, précis de morale pratique (1888).
  • La philosophie religieuse en Angleterre (1888).
  • Il a également traduit des œuvres de Flint et de philosophes anciens puis il a réalisé une édition de Descartes[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Christophe Charle, « 19. Carrau (Ludovic, Victor, Marie) », Publications de l'Institut national de recherche pédagogique, vol. 2, no 1,‎ , p. 42–43 (lire en ligne, consulté le 22 juillet 2020)

Liens externes[modifier | modifier le code]