Ludovic Balland

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ludovic Balland
Ludovic Balland.jpg
Naissance
Nationalité
Activité

Ludovic Balland (né à Genève en 1973) est un designer et graphiste suisse. Il est renommé pour la création d'identités visuelles et le design éditorial.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ludovic Balland a étudié la communication visuelle entre 1996 et 2000 à la Schule für Gestaltung Basel (École de design de Bâle), notamment auprès de Wolfgang Weingart[1]. Parallèlement, il a travaillé comme indépendant avec des bureaux tels que Dalton Maag à Londres ou Müller+Hess à Bâle.

En 2002, il collabore avec Jonas Voegeli sous le nom The Remingtons, avant de créer en 2006 son propre bureau nommé Ludovic Balland Typography Cabinet.

Depuis 2011, Balland est membre de l'Alliance graphique internationale.

Réalisations marquantes[modifier | modifier le code]

Entre 2008 et 2011, le Musée d'art moderne de Varsovie l'engage pour revoir l'identité visuelle du bâtiment. Balland développe un système graphique qui est utilisé pour des catalogues, des affiches et pour la signalétique. Il développe également l'identité du festival "Varsovie en construction", dont la première édition se tient en 2011. Le système visuel qu'il développe permet de concevoir une grande quantité d'affiches et flyers, des publicités pour le métro, et un journal. Une fonte originale est développée, dérivée de la signalétique routière de la ville de Varsovie. Elle sera publiée en 2017 sous le nom Next[2].

Entre 2012 et 2015, Balland réalise une nouvelle identité graphique pour le théâtre de Bâle[3].

Travail réalisé en 2015, pour le concours d'affiches de la Biennale de typographie de Séoul, sur le thème "Ville et typographie" (City and Typography).

En 2009, son travail pour la revue Bremer lui vaut plusieurs prix de design. En 2014, il est chargé de la refonte du quotidien bâlois TagesWoche[4].

The Day After Reading[modifier | modifier le code]

Le projet The Day After Reading débute en 2014, sur une invitation à participer à l'exposition "All Possible Futures" au SOMArts Cultural Center de San Francisco. Balland se rend pour une semaine à San Francisco, et réalise des entretiens avec des habitants, les interrogeants sur leurs souvenir de nouvelles lues la veille[5].

En 2016, en accompagnement des élections américaines, il réalise le projet The Day After Reading. Cette enquête donne lieu à de nombreux supports, notamment un site internet, un supplément pour le quotidien Le Temps[6], et finalement un livre publié en 2018[7].

Enseignement[modifier | modifier le code]

De 2003 à 2015, Ludovic Balland a enseigné la typographie et le design éditorial à l'École cantonale d'art de Lausanne (Ecal).

En 2008, il est mandaté par l'université du Bauhaus de Weimar comme intervenant. Il donne également de nombreux workshops dans des écoles de design, comme par exemple à l'Otis College of Art and Design de Los Angeles.

En 2018, Balland est nommé professeur de typographie à l'École de design de Leipzig (HGB), prenant la succession de Günter Karl Bose[8].

Fontes typographiques[modifier | modifier le code]

Dans sa conception d'identités visuelles, Balland crée souvent des caractères typographiques originaux. Deux d'entre eux ont été par la suite commercialisés par la fonderie genevoise Optimo.

Stanley[modifier | modifier le code]

Stanley est une fonte typographique inspirée par Times New Roman. Le nom de la fonte fait référence à Stanley Morison, l'auteur de Times New Roman en 1932[9].

La fonte est publiée en 2012 par la fonderie Optimo, après avoir été en travail pendant une dizaine d'années. Yoann Minet, alors stagiaire dans l'atelier de Balland, collabore à la finalisation de la fonte[10].

NEXT[modifier | modifier le code]

Fonte de la signalétique routière de Pologne, qui a inspiré NEXT.

Cette fonte a été initiée en 2007 pour la communication visuelle du Musée d'art moderne de Varsovie. Elle est inspirée par une fonte vernaculaire, utilisée pour la signalétique routière par le Ministère des transports de Pologne, dessinée par Marek Sigmund. L'objectif de ce "redesign" est de maintenir un lien fort avec la culture visuelle de la ville de Varsovie.

Pendant dix ans, cette fonte est utilisée et testée par Balland pour des projets, comme le livre dédié à Michel Parmentier, ou les publications de la Documenta 14. En 2017, la fonte est éditée par la fonderie Optimo sous le nom NEXT[2].

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

  • 2001, 2004, 2008, 2010, 2015 : lauréat du prix Les plus beaux livres suisses.
  • 2003 : Prix fédéral du design, avec Jonas Voegeli, pour différentes réalisations sous le nom The Remingtons[11].
  • 2009 : “Certificate of Typographic Excellence” du Type Directors Club New York.
  • 2011 : Prix fédéral du design pour les travaux graphiques "StadtKino Basel" et "Teaching Architecture"[12].
  • 2012 : Prix fédéral du design pour la communication visuelle du festival "Warszawa w budowie", Musée d'Art Moderne de Varsovie (en 2009 et 2011)[13].
  • 2015 : Prix Jan Tschichold, en récompense des "réalisations remarquables dans le domaine de la conception graphique du livre"[14],[15].
  • 2016 : Prix TDC Communication Design pour le site Internet Performance Process, réalisé pour le Centre culturel suisse, et pour le livre 30 ans à Paris[16].

Livres primés[modifier | modifier le code]

Liens[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en-US) « TYPO Talks » Blog Archiv » The Modern Man Thinks in Contrasts », sur TYPO International Design Talks (consulté le 5 juin 2018)
  2. a et b « Optimo Type Foundry NEXT Font Information », sur optimo.ch (consulté le 6 juin 2018)
  3. http://www.ludovic-balland.ch
  4. (de) Remo Leupin, « Das wird kommende Woche neu bei der TagesWoche », Tageswoche,‎ (lire en ligne)
  5. (en-US) « Ludovic Balland, graphic designer », nextrends,‎ (lire en ligne)
  6. Emmanuel Grandjean, « L’élection américaine à travers le pays, jugée par des lecteurs de journaux », Le Temps,‎ (lire en ligne)
  7. Emmanuel Grandjean, « Ludovic Balland interroge l'Amérique qui s'informe », Le Temps,‎ (lire en ligne)
  8. « Hochschule fuer Grafik und Buchkunst / Leipzig », sur www.hgb-leipzig.de (consulté le 5 juin 2018)
  9. « Optimo Type Foundry Stanley Font Information », sur optimo.ch (consulté le 6 juin 2018)
  10. (en-US) « YOANN MINET — Interview », ligature,‎ (lire en ligne)
  11. http://www.swissdesignawards.ch/federaldesign/2003/the-remingtons/index.html?lang=fr
  12. http://www.swissdesignawards.ch/federaldesign/2011/ludovic-balland/index.html?lang=fr
  13. http://www.swissdesignawards.ch/federaldesign/2012/ludovic-balland/index.html?lang=fr
  14. « Les 18 plus beaux livres suisses récompensés », sur www.agefi.com, (consulté le 26 juin 2017)
  15. « Swiss Federal Design Awards - Les plus beaux livres suisses de l'année 2015 (primés en janvier 2016) », sur www.swissdesignawards.ch (consulté le 5 septembre 2017)
  16. (en-US) « TDC Communication Design Winners 2016 », The Type Directors Club,‎ (lire en ligne)
  17. (de) « Swiss Federal Design Awards - Schönste Bücher aus aller Welt 2010 », sur www.swissdesignawards.ch (consulté le 5 juin 2018)
  18. (de) Karen N Gerig, « Der Basler Ludovic Balland gestaltete das «schönste Buch 2014». Er designt auch die neue TagesWoche », TagesWoche,‎ (lire en ligne)
  19. « Swiss Federal Design Awards - 30 ans à Paris », sur www.swissdesignawards.ch (consulté le 26 juin 2017)
  20. (de) « Walter Tiemann Prize », sur waltertiemannpreis.de (consulté le 5 juin 2018)
  21. Elisabeth Franck-Dumas, « Ludovic Balland, roi du print », Libération,‎ (lire en ligne)