Ludolf-Hermann von Alvensleben

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Ludolf-Hermann von Alvensleben
AlvenslebenLudolfvon.jpg
Fonctions
Député du Reichstag (d)
Député
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 69 ans)
Santa Rosa de Calamuchita (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Ludolf-Hermann Emmanuel Georg Kurt Werner von Alvensleben
Nationalités
Allégeance
Activités
Père
Ludolf von Alvensleben (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Parti politique
Membre de
Grade militaire
Conflit
Condamné pour
Distinctions

Ludolf von Alvensleben est un homme politique allemand du Troisième Reich et un SS-Gruppenführer, né le à Halle (Allemagne) et mort le à Santa Rosa de Calamuchita (en), province de Córdoba (Argentine).

En 1944, il est Höhere SS- und Polizeiführer pour Dresde et sa région.

Carrière[modifier | modifier le code]

Fils d'une famille aristocrate prussienne, il intègre en 1911 le corps de cadets de la Deutsches Heer. Il combat pendant la première guerre mondiale dans un régiment de hussards.

En 1923, il s'engage dans le mouvement paramilitaire nationaliste Stahlhelm, Bund der Frontsoldaten jusqu'en 1929. Il fait ensuite des études d'agronomie. Il est élu député au Reichstag en 1933 et le reste pendant quatre législatures jusqu'en 1945.

Il est nommé chef du 46e régiment SS (SS-Standarte Elbe) à Dresde. Il commande, dès l'invasion de la Pologne en , les groupes paramilitaires d'auto-défense « Volksdeutscher Selbstschutz Westpreussen »[a] dans le Reichsgau « Danzig-West Preußen » qui se livrent à de nombreuses exactions[1] contre la population polonaise notamment à Bydgoszcz en Poméranie (voir vallée de la mort) dans le cadre général de l’opération Tannenberg.

Ludolf-Hermann von Alvensleben, portant un uniforme de SS-Oberführer, en conversation avec un militaire de la Wehrmacht, devant son quartier général à Bydgoszcz (Pologne, 1939).

Dans le même temps, les Tsiganes, les militants nationalistes, les Juifs, les prêtres catholiques, les intellectuels, les allemands catholiques, les Volkdeutsche[a] mariés à des Polonaises sont internés dans des camps[2]. Au , le Selbstchutz d'Alvensleben compte 17 667 hommes et a déjà exécuté 4 247 polonais[3]. Il est nommé premier adjudant d'Heinrich Himmler puis, en , il devient SS und Polizeiführer (SSPf) de la Crimée à Simferopol. En , il est promu HSSPf de la région Elbe à Dresde[4].

En , il est arrêté par les Alliés. Mais fin 1945, il s'évade du camp d'internement de Neuengamme. Il fuit en 1946 en Argentine avec sa famille. En 1952, le gouvernement de Juan Perón lui accorde la nationalité argentine sous le nom de Carlos Lücke. Il vit à Buenos Aires jusqu'en 1956. Il travaille comme inspecteur d'une entreprise de pisciculture.

En 1964, la cour de district de Munich lance un mandat d'arrêt contre lui pour l'assassinat d'au moins 4 267 personnes en Pologne à partir de 1939, mais il n'est pas extradé et meurt en Argentine en 1970.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Volksdeutsche » signifie qu'il s'agit de Polonais considérés comme étant « Allemands de souche ».

Références[modifier | modifier le code]

  1. Browning, p. 161.
  2. Browning, p. 80.
  3. Browning, p. 77.
  4. Brandon et Lower 2008, p. 218.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]