Lucius Apronius

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Lucius Apronius est un homme politique des débuts de l'Empire romain.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le beau-père du préteur Marcus Plautius Silvanus, marié avec sa fille Apronia, de son mariage avec Caesia.

Apronius partage les réalisations de Caius Vibius Postumus et gagne les ornements triomphaux pour sa valeur dans la grande révolte illyrienne entre 6 et 9[1] et dans les guerres romano-germaniques, avec Aulus Caecina Severus et Gaius Silius en 15[2].

Au Sénat, Apronius décrète des offrandes à Jupiter, à Mars et à la Concorde, à la suite de la condamnation de Lucius Scribonius Libo, qui s'est engagé dans un complot subversif contre Tibère[3].

En 18, Lucius Apronius devient proconsul d'Afrique, où des troubles ont éclaté : en 17, le numide Tacfarinas a rassemblé une armée pour faire des raids et tenter de détruire la domination romaine. Son prédécesseur Camillus les vainc[4]. En 18, Tacfarinas reprend les hostilités, entamant une série d'attaques et de raids contre les villages et accumulant un gros butin. Il encercle une cohorte d'armée romaine qu'il réussit à battre[5]. Lucius Apronius, le nouveau proconsul, qui a succédé à Camillus, envoie le corps des vétérans contre Tacfarinas qui est battu. Apronius punit sévèrement la cohorte de la Legio III Augusta par la décimation à la suite de sa défaite face à Tacfarinas. Le Numide entreprend alors une tactique de guérilla contre les Romains, mais après quelques succès, il est de nouveau battu et repoussé dans le désert[6].

En 23, Apronius, avec l'ancien proconsul d'Afrique Lucius Aelius Lamia, se portent garant de l'innocence d'un homme, accusé de fournir des céréales aux insurgés numides de Tacfarinas[7].

En 29, il est propréteur en Germanie inférieure et conduit des forces combinées avec celle de la Germanie supérieure contre les révoltés Frisons[8].

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Tacite (Trad. Jean-Louis Burnouf), Les Annales, 1859 (lire en ligne), livres I à IV.
  • Continuité gentilice et continuité familiale dans les familles sénatoriales romaines à l'époque impériale, Oxford University (R.-U.), Linacre College, coll. « Prosopographica & Genealogica », 597 p., 2000 (ISBN 1-900934-02-7).