Lucienne Peiry

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Lucienne Peiry
Image dans Infobox.
Lucienne Peiry
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité
Autres informations
A travaillé pour

Lucienne Peiry, née à Lausanne le , est une spécialiste de l'art brut, commissaire d'expositions, conférencière et auteure d'ouvrages.

Biographie[modifier | modifier le code]

Originaire du canton de Fribourg, Lucienne Peiry grandit à Lausanne. Elle a un frère, devenu architecte, et une sœur, assistante de production[1]. Leur père est employé aux Transports publics de la région lausannoise et leur mère travaille dans la restauration[1],[2].

Après une licence en lettres à l'Université de Lausanne en 1986[3], elle est la première femme à obtenir, en 1996, un doctorat en histoire de l'art à Lausanne, où sa thèse est la première consacrée à l’art brut et à l'histoire de la collection conçue par Jean Dubuffet[4]. Cette étude est publiée l'année suivante sous le titre L'Art Brut, rééditée à plusieurs reprises et traduite en plusieurs langues[5],[6],[7],[8].

Lucienne Peiry exerce d'abord la profession de journaliste culturelle à la Radio suisse romande[9] pendant quinze ans[3], jusqu'au début des années 2000[2], et de commissaire d'expositions indépendante de 1987 à 2001, année où elle succède à Michel Thévoz à la direction de la Collection de l'art brut à Lausanne[10].

Elle est mère de deux enfants[1],[3].

Collection de l'art brut[modifier | modifier le code]

Elle publie plusieurs ouvrages et articles sur des créateurs d'art brut et dirige de nombreuses publications et des catalogues d'expositions pour le musée[11],[12],[13],[14].

À son initiative, plusieurs films documentaires consacrés à des auteurs d'Art Brut sont produits par le musée lausannois, ou coproduits et réalisés avec Philippe Lespinasse[4] et Erika Manoni. Par ailleurs, elle lance et développe un programme pédagogique en 2001 (visites animées pour le jeune public, albums-jeux, ateliers, publications[15]).

Elle organise en 2003 une exposition consacrée à Louis Soutter sous le titre Louis Soutter et la musique en collaboration avec le Kunstmuseum de Bâle et le musée cantonal des beaux-arts de Lausanne[16]. Christian Zacharias, directeur de l’orchestre de chambre de Lausanne (OCL) participe à ce projet. Elle met sur pied plusieurs partenariats avec d'autres institutions culturelles suisses, notamment le Théâtre de Vidy à Lausanne, le Musée d'Art et d'Histoire de Fribourg, le Petit Théâtre à Lausanne[réf. nécessaire].

En 2012, elle est nommée directrice de la recherche et des relations internationales de la Collection de l'Art Brut et quitte la direction du musée[15]. Elle exerce cette fonction jusqu'en 2014[15].

Commissaire d'exposition[modifier | modifier le code]

Elle est commissaire d'une exposition sur l'œuvre d'art total d'Armand Schulthess, présentée à Neuchâtel au Centre Dürrenmatt en 2014 sous le titre "Le labyrinthe poétique d'Armand Schulthess"[17], puis à Lugano, au Museo cantonale d'Arte, en 2016[18]. Deux catalogues trilingues ont été publiés à ces deux occasions[19],[20].

En 2017, elle est commissaire à la maison rouge, à Paris, de l'exposition "Inextricabilia. Enchevêtrements magiques"[21],[22], accompagnée d'un catalogue[23], qui suscite de nombreux articles et reportages dans la presse[24],[25],[26],[27],[28] ainsi qu'une importante analyse de la part de l'historienne de l'art Valérie Arconati dans Libération[29],[30].

L'année suivante, elle organise une exposition sur Curzio di Giovanni (HEP, Lausanne) réunissant près de 80 dessins révélés pour la première fois au public et une exposition, "Rhinocéros féroce?"[31],[32],[33],[34],[35],[36],[37] où elle fait dialoguer art et science avec des rhinocéros peints et dessinés par Gaston Dufour et en regard, des rhinocéros réels et naturalisés (Musée cantonal de zoologie, Lausanne, 2019-2020).

Lucienne Peiry est commissaire de l'exposition "Écrits d'Art Brut, langages et pensées sauvages", présentée d'octobre 2021 à janvier 2022 au museum Tinguely, de Bâle[38],[39].

De mai à septembre 2022, le musée des beaux arts du Locle accueille son exposition "Parures d'art brut"[40].

Autres activités[modifier | modifier le code]

Lucienne Peiry tient depuis 2012 une chronique artistique mensuelle sur la radio Espace 2, dans l'émission "A vous de jouer"[4].

Elle donne des conférences en Suisse et en Europe, ainsi qu'un enseignement sur l'Art Brut depuis 2010 à l'École polytechnique fédérale de Lausanne, au Collège des Humanités[41]. Elle donne également un cours sur l'Art Brut à l'Université de Lausanne à la Faculté des sciences sociales et politiques en 2016-2017[42].

Elle tient également un site internet intitulé Notes d'Art Brut[43].

En 2021, elle prend place au sein du comité de recherches sur l'Art Brut, au Centre Pompidou, à Paris, à la suite de la donation de la collection Bruno Decharme[44].

Publications[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Marie-Pierre Genecand, « L'art brut en finesse », Le Temps,‎ , p. 22 (lire en ligne)
  2. a et b « Lucienne Peiry, docteure en histoire de l'art, spécialiste d'Art Brut », sur rts.ch, La Première, Drôle d'époque, 21:00, (consulté le )
  3. a b et c Françoise Jaunin, « Lucienne Peiry se livre en pasionaria de la création buissonnière », 24 heures,‎ , p. 40 (lire en ligne)
  4. a b et c « BCUL - Personnalités vaudoises », sur dbserv1-bcu.unil.ch (consulté le )
  5. Laurence Chauvy, « Comment dit-on «art brut» en chinois? », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le )
  6. Lucienne Peiry, L'art brut, dl 2016 (ISBN 978-2-08-137538-3 et 2-08-137538-9, OCLC 965622819, lire en ligne)
  7. Zhiwei Zhang et 张志伟, Yuan sheng yi shu : Jie wai zhe yi shu qi yuan, Shang hai da xue chu ban she,‎ (ISBN 978-7-5671-1750-1 et 7-5671-1750-9, OCLC 1020353087, lire en ligne)
  8. Lucienne Peiry, Art brut : the origins of outsider art, Flammarion, (ISBN 2-08-030543-3 et 978-2-08-030543-5, OCLC 68772839, lire en ligne)
  9. Luc Debraine, « Lucienne Peiry, protectrice des exilés de l'art brut », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le )
  10. « Collection de l'Art Brut - Chronologie », sur Art brut (consulté le )
  11. Maria A. Azzola, Collection de l'art brut, Halle Saint-Pierre et Musée international d'art naïf Anatole Jakovsky, Écriture en délire, 5 continents, (ISBN 88-7439-109-9 et 978-88-7439-109-7, OCLC 757405789, lire en ligne)
  12. Lucienne Peiry, Tadashi Hattori, Yoshiko Hata et Sarah Lombardi, Art brut du Japon : publication accompagnant l'exposition Japon, présentée à la Collection de l'art brut à Lausanne, 22 février-28 septembre 2008., Collection de l'art brut, (ISBN 978-2-88474-075-3 et 2-88474-075-9, OCLC 233580271, lire en ligne)
  13. Lucienne Peiry et Sarah Lombardi, Collection de l'art brut Lausanne, Skira Flammarion, impr. 2012 (ISBN 978-2-08-125323-0 et 2-08-125323-2, OCLC 819138191, lire en ligne)
  14. Lucienne Peiry et Collection de l'art brut, L'Art Brut dans le monde, (ISBN 978-2-88474-730-1 et 2-88474-730-3, OCLC 890576508, lire en ligne)
  15. a b et c « Collection de l'Art Brut - Lucienne Peiry », sur Art brut (consulté le )
  16. « Collection de l'Art Brut - Louis Soutter et la musique », sur Art brut (consulté le )
  17. « Centre Dürrenmatt Neuchâtel « Le labyrinthe poétique d'Armand Schulthess » », sur www.bundesmuseen.ch (consulté le )
  18. (it) « Archivio 2016 - Armand Schulthess - MASILugano », sur MASILugano (consulté le )
  19. (fr + de + it) Janine Perret Sgualdo Armand Schulthess, Beate Schlichenmaier Duc-Hanh Luong, Beat Geier, Jean-Paul Clerc, Denise Hofer et Candido Matasci, Le labyrinthe poétique de Armand Schulthess, Neuchâtel/Bellinzona, Centre Dürrenmatt/Sottoscala, Edizioni Sottoscala, (ISBN 978-88-95471-19-8, OCLC 882213806, lire en ligne)
  20. (it + fr + de) Armand Schulthess domaine 1, Bellinzona, Sottoscala,
  21. Alain Epelboin, Catherine Grenier, Nanette Jacomijn Snoep et Yvonne Lehnherr, Inextricabilia, enchevêtrement magiques : art brut, art sacré, art contemporain, art rituel africain : [exposition, Paris, la Maison rouge, 23 juin-17 septembre 2017] (ISBN 978-2-08-141182-1 et 2-08-141182-2, OCLC 992797175, lire en ligne)
  22. « Inextricabilia, enchevêtrements magiques », sur lamaisonrouge.org (consulté le )
  23. Lucienne Peiry, Alain Epelboin, Catherine Grenier et Yvonne Lehnherr Nanette Jacomijn Snoep, Inextricabilia, enchevêtrement magiques : art brut, art sacré, art contemporain, art rituel africain : [exposition, Paris, la Maison rouge, 23 juin-17 septembre 2017], Paris, Flammarion et la maison rouge, , 199 p. (ISBN 978-2-08-141182-1, OCLC 992797175, lire en ligne)
  24. Sara Genin, « Quand l’art, le sacré et le magique ne font plus qu’un », sur Les Inrocks, (consulté le )
  25. « Arts plastiques : avec « Inextricabilia », les fétiches s’exposent – JeuneAfrique.com », JeuneAfrique.com,‎ (lire en ligne, consulté le )
  26. Pierre Normann Granier, « 2190 - maison rouge - Inextricabilia », sur www.francefineart.com (consulté le )
  27. Jean-Jacques Birgé, « Enchevêtrements magiques à la maison rouge », Mediapart,‎ (lire en ligne)
  28. Mathieu Perez, « Inextricabilia : Enchevêtrements magiques (Au nom du Père et du fil) », Le Canard Enchaîné,‎
  29. Philippe Godin, « la Diagonale de l’art - INEXTRICABILIA, épisode 1 - Libération.fr », sur diagonaledelart.blogs.liberation.fr (consulté le )
  30. Philippe Godin, « la Diagonale de l’art - INEXTRICABILIA, épisode 2 - Libération.fr », sur diagonaledelart.blogs.liberation.fr (consulté le )
  31. Lucienne Peiry et Michel Sartori, Rhinocéros féroce?, © 2019 (ISBN 978-2-940187-18-8 et 2-940187-18-5, OCLC 1125949691, lire en ligne)
  32. Virginie Nussbaum, « Dialogues de Rhinocéros », Le Temps, (consulté le )
  33. Aurélie Lebreau, « Gaston Dufour, l'homme rhinocéros », La Liberté, (consulté le )
  34. « Le dialogue des rhinocéros », Le matin dimanche, (consulté le )
  35. Florence Millioud-Henriques, « Conversation entre rhinocéros », sur www.24heures.ch, 24 Heures, (consulté le )
  36. Lucienne Peiry, « Exposition : Rhinocéros féroce ? », sur ww.rts.ch, Nectar, Espace 2, RTS, (consulté le )
  37. Lucienne Peiry, « Lucienne Peiry "Rhinocéros féroce ?" », sur www.rts.ch, Vertigo, RTS, (consulté le )
  38. « Écrits d’Art Brut – Langages et pensées sauvages », sur www.tinguely.ch (consulté le )
  39. Lucienne Peiry, Écrits d'art brut : graphomanes extravagants, (ISBN 978-2-02-144768-2 et 2-02-144768-5, OCLC 1199960989, lire en ligne)
  40. « PARURES D'ART BRUT », sur MBAL (consulté le )
  41. « Lucienne Peiry : Contacts », sur people.epfl.ch (consulté le )
  42. « Unisciences - UNIL - Lucienne Peiry », sur applicationspub.unil.ch (consulté le )
  43. Konstantin Büchler, « Lucienne Peiry à l’honneur sur Alumnil », Alumnil
  44. Clémentine Mercier, « Au Centre Pompidou, l’art brut trouve sa place dans les collections du musée », sur Libération, (consulté le )
  45. « Écrits d’Art Brut – Langages et pensées sauvages », sur Tinguely Museum (consulté le )
  46. La page contient un paragraphe biographique ainsi que deux émissions de Sonia Devillers, "Le Grand Bain" dans lesquelles Lucienne Peiry est intervenue : "De Bali au Bénin : tour du monde de l'Art Brut" 12/08/2014, et "L'art peut-il échapper aux artistes ?" 15/08/2012.