Lucien Vogel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Lucien Vogel
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 67 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
PeriodistasVoir et modifier les données sur Wikidata
Père
Conjoint
Cosette de Brunhoff (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Illustration d'un modèle de Worth pour la Gazette du bon ton, par Maurice Taquoy (juillet 1913)

Lucien Vogel, (Lucien Antoine Hermann) né le à Paris où il est mort le [1], est un éditeur français, créateur et directeur de plusieurs journaux[2]. Esthète éclairé de son temps et homme du monde et de la mode, il est aussi un militant politique de gauche résolu et un précurseur dans sa profession.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils du caricaturiste Hermann Vogel, il suit de courtes études à Paris, et entre dans le domaine de l'édition en 1906[3],[4]. Trois ans plus tard, il intègre le magazine Femina[3]. Il épouse en Yvonne (dite Cosette) de Brunhoff, sœur de Jean de Brunhoff le créateur de Babar, et de Michel de Brunhoff, troisième rédacteur en chef de Vogue France dans les années 1930[5]. Cosette Vogel deviendra en 1920 la première rédactrice en chef de Vogue France à la création du magazine. Ils ont pour enfants Marie-Claude, née en 1912, la future résistante et députée communiste Marie-Claude Vaillant-Couturier, l'actrice Nadine Vogel née en 1917[6] et le comédien Nicolas Vogel né en 1925.

Il lance en 1912 son premier magazine, la Gazette du bon ton, recueil d'illustrations et d'éditoriaux, aidé de son épouse[7].

En 1914, il est mobilisé au Maroc sous les ordres de Lyautey. Il est incorporé comme photographe au Service des Beaux-Arts, des Monuments historiques et des Antiquités. Il est chargé avec son collaborateur, Jean Rhoné, de réaliser des clichés des villes de Meknès, Fès et Marrakech, entre 1915 et 1917. Ces photographies sont actuellement conservées aux Archives des Affaires étrangères à Nantes. Elles sont pour la plupart sous la forme de plaque de verre. Entre-temps, il fonde Le Style parisien, petit périodique illustré qui sera racheté deux ans après par Hachette[3].

Il publie la revue Les Feuillets d'art en 1919 et L'Illustration des modes l'année suivante. Après avoir revendu la Gazette du bon ton en 1921[8] à Condé Montrose Nast (en), il fonde l'année suivante L'Illustration des modes qui deviendra Le Jardin des modes un an après[3], résolument tourné vers les avant-gardes artistiques, et qui paraîtra jusqu'en 1997. À la suite de la revente de la Gazette, il entre aux Éditions Condé Nast et devient directeur artistique de Vogue France[8] pour trois ans[3].

Sensible au constructivisme, il est commissaire du pavillon soviétique à l’Exposition internationale des Arts décoratifs de Paris en 1925.

En 1928, il lance le magazine Vu[9], précurseur des grands magazines d'actualité du XXe siècle, basé sur la photographie, parallèlement à LU qui propose une revue de presse internationale traduite en français. Vu se distinguera par son combat contre le fascisme, le national-socialisme[10] et le franquisme qui embrasent alors l'Europe[11]. Mais Vogel en est licencié à la fin de l'année 1936, puis est écarté du conseil d'administration début 1940 à cause de ses activités politiques[12]. Il rejoint alors Marianne, Le Petit Journal puis Messidor[13]. En 1940, alors que plusieurs couturiers sont présents à Bordeaux, Lucien Vogel les rejoint afin de poursuivre ses activités. Mais la Débâcle fait qu'il se réfugie à New-York, jusqu'en 1945[14], où il rencontre Alexander Liberman qu'il avait recruté pour VU[15]. En , il assiste avec son beau-frère et sa femme au premier défilé de Christian Dior[16].

Il publia également de nombreux livres sur l'art, l'architecture et la décoration ou d'auteurs connus comme Max Jacob, André Gide, etc[17].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Archives départementales de Paris en ligne, Paris 14, acte de naissance ref V4E 6981, vue 20/31, acte 5788
  2. Sophie Kurkdjian, Lucien Vogel et Michel de Brunhoff, parcours croisés de deux éditeurs de presse illustrée au XXe siècle, Paris, Fondation Varenne, , 950 p. (ISBN 978-2-37032-027-8 et 2-37032-027-3)
  3. a b c d et e Danielle Leenaerts, Petite Histoire du Magazine Vu (1928-1940) : Entre photographie d'information et photographie d'art, Peter Lang, mars 2010, 403 pages, p. 20 (ISBN 9789052015859)
  4. Sophie Kurkdjian, « « Les éditions Lucien Vogel : l’inventivité dans la diversité » », Revue de la BNF, n°49, mars 2015, pp. 96, p.60-71.,‎ , p. 60-71 (lire en ligne)
  5. (en) Sonia Rachline, Paris Vogue : Covers 1920-2009, New York, Thames & Hudson, , 207 p. (ISBN 978-0-500-51513-6), p. 16
  6. Charlotte Delbo, Le Convoi du 24 janvier, Éditions de Minuit, 1965 (réédité en 2002), 304 p. (ISBN 978-2-7073-1638-7 et 2-7073-1638-5), p. 281.
  7. Sophie Kurkdjian, « « Le triste hiver a fait place au printemps. L’expression des saisons dans La Gazette du bon ton » », Modes pratiques, n°3, « Saisons », décembre 2018.,‎ (ISSN 2491-1453, lire en ligne)
  8. a et b David Downton (trad. de l'anglais), Les Maîtres de l'illustration de mode [« Master of Fashion Illustration »], Paris, Eyrolles, , 226 p. (ISBN 978-2-212-12705-8), « Les artistes de La Gazette », p. 44
  9. Sophie Kurkdjian, « « Une vision de l’hitlérisme », Vu, 1928-1936 » », in Michel Grunewald, Olivier Dard and Uwe Puschner, Confrontations au national-socialisme dans l’Europe francophone et germanophone (1919-1949), vol 3 : les gauches face au national-socialisme, Bruxelles, Peter Lang, 2019.,‎ (ISBN 978-2-8076-0576-3)
  10. Sophie Kurkdjian, « « Enquêter pour mieux condamner : le magazine Vu face aux fascismes allemand et italien (1930-1935) » », revue Aden, Paul Nizan et les années 1930, n°12, octobre 2013, pp.293, p.41-61.,‎ , p. 41-61 (ISBN 979-1091721110)
  11. Sophie Kurkdjian, « « Représenter et penser l’affrontement : le magazine Vu face à la menace d’une deuxième guerre mondiale et à la Guerre d’Espagne » », Amnis, revue de civilisation contemporaine, Europe/Amériques, n°10, mai 2011.,‎ (lire en ligne)
  12. Yseult Williams, La splendeur des Brunhoff, Fayard, , 380 p. (ISBN 978-2-213-70669-6, lire en ligne)
  13. Sophie Kurkdjian, « « L’engagement de l’éditeur de presse Lucien Vogel, de Vu à Messidor », », in Anne Mathieu, François Ouellet (dir.), Journalisme et littérature dans la gauche des années 1930, Rennes, PUR, novembre 2014, pp.248, p.43.,‎ (ISBN 978-2-7535-3523-7)
  14. Didier Grumbach, Histoires de la mode, Paris, Éditions du Regard, (1re éd. 1993 Éditions du Seuil), 452 p. (ISBN 978-2-84105-223-3), « La défense de la tradition », p. 34
  15. Norberto Angeletti, Alberto Oliva et al. (trad. de l'anglais par Dominique Letellier, Alice Pétillot), En Vogue : L'histoire illustrée du plus célèbre magazine de mode, Paris, White Star, , 410 p. (ISBN 978-88-6112-059-4, présentation en ligne), « Le style Liberman », p. 131
  16. (en) June Marsh, History of Fashion : New Look to Now, Vivays Publishing, , 304 p. (ISBN 978-1-908126-21-4), p. 10
  17. Yseult Williams, La splendeur des Brunhoff, Paris, Fayard, , 359 p. (ISBN 978-2-213-70482-1)

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]