Lucien Sfez

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lucien Sfez
Naissance
Tunis
Nationalité Drapeau de la France France
Profession
Formation

Lucien Sfez est un professeur, maître de conférences, écrivain français, agrégé de droit public et de sciences politiques.

Il est actuellement professeur émérite à l'Université Paris I Panthéon-Sorbonne.

Il a publié de nombreux ouvrages aux Presses universitaires de France, dont les deux volumes du Dictionnaire critique de la communication en 1993. Il a également écrit l'ouvrage Critique de la communication en 1988.

Biographie[modifier | modifier le code]

Lucien Sfez est né à Tunis le 27 avril 1937, au moment où la Tunisie était toujours sous protectorat français. Il a par ailleurs fait ses études au lycée Carnot de Tunis[1].

Il a par la suite, atterri à Paris et sa faculté de droit. Il y passe une maîtrise de droit public et de science politique ainsi que les deux DES éponymes.

En 1964, il présente sa thèse intitulée "Essai sur la contribution du Doyen Hauriou au droit administratif français". Peu de temps après, il obtient son agrégation de droit public et de science politique.

En 1977, il créé la collection "La politique éclatée" aux PUF. En 1989, il crée la Revue Quaderni dont il prend la direction.

Il poursuit une carrière dans l'enseignement supérieur. Il a été maître de conférences agrégé à Lille ou encore chargé de cours à Strasbourg. Il revient dans la capitale en 1988 où il est nommé professeur titulaire de science politique à l'Université Paris-Dauphine. Il devient professeur émérite en 2005 à l'Université Paris I Panthéon-Sorbonne aux départements de science politique, sciences économiques de gestion, sciences humaines et des sciences juridiques et politiques. Il dirige le DEA "Communication, Technologies et Pouvoir"[2]. Il a également dirigé l’École doctorale de Science-Politique jusqu’en 2005. Il a été élevé au rang de Chevalier de la Légion d'honneur la même année[3].

Critique de la communication[modifier | modifier le code]

Dans son ouvrage Critique de la communication, Lucien Sfez a identifié « trois métaphores constitutives » associées aux pratiques des technologies de l'information et de la communication (TIC) et aussi « à trois visions du monde ». Ces visions sont aussi trois représentations ou discours sur les usages des TIC. Le triptyque de prépositions " avec", "dans" et "par" offre une grille de lecture des représentations ordonnant ces pratiques [4].

  • La première métaphore veut que l’homme emploie la technique comme un outil pour agir sur le monde : « Il en use, mais ne s’y asservit pas (...) C’est avec la technique que l’homme accomplit les tâches qu’il détermine et qu’il reste le maître des activités dont il a pensé le moyen. » L’objet technique est considéré comme un instrument avec lequel le sujet agit. C’est la vision utilitariste dominante.
  • La deuxième fait que « les objets techniques sont notre environnement « naturel ». L’homme est «jeté dans le monde » - un monde fait d’objets techniques. Donc la technique est l'environnement dans lequel le sujet est placé et auquel il doit s’adapter.
  • La troisième est nommée le tautisme[5],[6],[7],néologisme contractant tautologie et autisme, et se caractérise par une dépendance du sujet à l’égard de la technique, une répétition des mêmes messages et un enfermement du sujet. « Le sujet n’existe que par l’objet technique qui lui assigne ses limites et détermine ses qualités. La technologie est le discours de l’essence. Elle dit le tout sur l’homme et sur son devenir (...) Par la technique, l’homme peut exister, mais non en dehors du miroir qu’elle lui tend. » La technique devient une maîtresse et non plus une servante (inversion de la première vision)[4]. Selon Sfez, le tautisme utilise la tautologie comme seule vérification: si je répète, je prouve. Le tautisme c'est la confusion de l'expression de la réalité et de la représentation de la réalité: "on prend la réalité représentée pour une réalité exprimée"[8].

Parcours[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

En tant qu'auteur :

En tant que Directeur :

  • Les vieilles élites de la nouvelle économie, PUF, "Politique éclatée (la)", 2011.
  • L'invention des sans-papiers, PUF, "Politique éclatée (la)", 2010.
  • Visions plurielles de l'éducation juive, PUF, "Politique éclatée (la)", 2010.
  • Vie et mort des agencements sociaux. De l'origine des institutions, PUF, "Politique éclatée (la)", 2009.
  • La gouvernance des innovations médicales, PUF, "Politique éclatée (la)", 2007.
  • Gouvernance et privatisation, PUF, "Politique éclatée (la)", 2007.
  • Catastrophes climatiques, désastres sociaux, PUF, "Politique éclatée (la)", 2006.
  • L' actualité du saint-simonisme. Colloque de Cerisy, PUF, "Politique éclatée (la)", 2004.
  • Critique des réseaux, PUF, "Politique éclatée (la)", 2003.
  • Le lien social à l'ère du virtuel, PUF, "Politique éclatée (la)", 2001.
  • Mythologies politiques du cinéma français (1960-2000), PUF, "Politique éclatée (la)", 2000.
  • Télécommunications et philosophie des réseaux, PUF, "Politique éclatée (la)", 1998.

Notes & Références[modifier | modifier le code]

  1. Lucien Sfez : fiche auteur aux Presses universitaires de France
  2. Cursus et œuvres de Lucien Sfez sur le site de l'ENS
  3. PUF. Auteur: Lucien Sfez
  4. a et b Lucien Sfez, Critique de la communication, 3e édition, Le Seuil, coll. « Points », 1992, apud Musso, Pierre. "Usages et imaginaires des TIC : la friction de fictions". Manuscrit auteur, publié dans L'évolution des cultures numériques (2009) 201-210
  5. Sfez, Lucian. "Télévision et réalite". In Courbet, Didier et Fourquet, Marie-Pierre La télévision et ses influences. Bruxelles: De Boeck, coll. « Médias-Recherches », 2003, p. 133-140
  6. Ourednik, André . Wikitractatus. "Tautisme"
  7. Tudor, Mihaela-Alexandra. Épistémologie de la communication: Science, sens et métaphore. Paris: Harmattan, 2013, p. 157-159. (ISBN 9782343010014).
  8. H. El Mariky, «Selon le Professeur Lucien Sfez, la communication est corrompue par la technologie », in L’Économiste, no  150 du 20 octobre 1994

Liens externes et sources utiles[modifier | modifier le code]

Notices d'autorité[modifier | modifier le code]