Lucien Servanty

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lucien Servanty
Description de cette image, également commentée ci-après
Lucien Servanty
Naissance
Paris (Drapeau de la France France)
Décès (à 64 ans)
Toulouse (Haute-Garonne) (Drapeau de la France France)
Nationalité Drapeau de la France France
Domaines Ingénieur
Diplôme Arts et Métiers [1]
Renommé pour Création de Concorde

Lucien Servanty, né le [2] à Paris et mort le à Toulouse (Haute-Garonne), fut l'un des plus célèbres ingénieurs aéronautiques de l'histoire de l'aviation française.

Formation[modifier | modifier le code]

Lucien Servanty baigne très tôt dans une ambiance aéronautique, car son père est instructeur de voltige aérienne. Durant ses études secondaires brillantes, qu'il suit à Angoulême, il occupe ses loisirs avec son frère à bricoler des avions légers utilisés dans les premiers aéro-clubs.

Il entre aux Arts et Métiers[3] où ses thèses inédites en matière d'aérodynamisme le font vite remarquer.

Vie professionnelle[modifier | modifier le code]

Lucien Servanty faisant visiter au Prince Philip, duc d’Édimbourg les ateliers de Sud Aviation en 1965.

Après avoir obtenu son diplôme d'ingénieur, il travaille dans les bureaux d'études de plusieurs sociétés. Il débuta en 1931 chez Breguet, avant de rejoindre en 1937 la SNCASO[1] lors de la création de celle-ci. Il y tient le poste de directeur d'études. Au sein de cette entreprise, anciennement propriété de Marcel Bloch, il met au point :

Chef des essais en vol, puis chef de la section des avions légers, il réalise en 1941 le SNCASO SO.P-1 Ferblantine, premier planeur métallique français.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Servanty continua son activité sous le contrôle des autorités d'occupation mais réalisa aussi en secret l'étude du SO.6000 Triton, le premier avion à réaction français, qui effectua son premier vol en novembre 1946.

Le SO.6000 Triton exposé au Musée de l'Air et de l'Espace à Paris.

Après ce succès, Lucien Servanty dirigea les études de plusieurs avions tels que :

En 1948, il devient actionnaire de la Compagnie Industrielle des Aéromoteurs (CIAMO), d'avions-taxis, fondée par Claude de Cambronne au Maroc.

Lorsqu'il rejoint Sud-Aviation à Toulouse en 1959, le président Georges Héreil lui confie la direction technique du bureau d'études.

C'est toutefois grâce à une œuvre à vocation civile que Servanty acquit sa notoriété : la direction technique du programme Concorde pour la partie française[4]. L'amitié nouée entre Servanty et son homologue anglais Bill Strang (en) permit en particulier au projet de surmonter les nombreuses difficultés d'une collaboration franco-britannique pas toujours évidente au niveau politique. Servanty mena à bien la totalité du programme d'essais mais, subitement décédé le à Toulouse à 64 ans, ne put assister au premier vol commercial de sa création en 1976. Il est inhumé au cimetière ancien d'Aulnay-sous-Bois en Seine-Saint-Denis.

Hommages[modifier | modifier le code]

Avenue Lucien Servanty à Blagnac.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bernard Marck, Dictionnaire universel de l'aviation, Tallandier, , 1129 p. (ISBN 2-84734-060-2), p. 968.

Liens externes[modifier | modifier le code]