Lucien Polimann

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Lucien Polimann
Illustration.
Lucien Polimann, vers 1933.
Fonctions
Député 1933-1940
Gouvernement IIIème République
Groupe politique CR (1933-1936)
RIAS (1936-1940)
Biographie
Date de naissance
Date de décès (à 72 ans)
Résidence Meuse

Lucien Polimann (ou le chanoine Polimann) est un clerc et un homme politique meusien de droite, né le à Dainville-Bertheléville et mort le à Bar-le-Duc.

Origine familiale et formation[modifier | modifier le code]

Angèle Lucien Émile Polimann est né le 19 novembre 1890 à Dainville-Bertheléville (Meuse). Il est fils d'agriculteurs. Il fait ses études au petit séminaire de Verdun, à partir de 1903, puis à Reims à l'école Saint-Joseph[1], à Bar-le-Duc, puis au grand séminaire de Verdun en 1908.

Un clerc influent et actif dans la Meuse[modifier | modifier le code]

Il est ordonné prêtre le 29 juin 1913, à 22 ans. D'abord vicaire de l'église Saint-Étienne de Bar-le-Duc, il est bientôt directeur de l'école privée catholique d'Etain. Après la Grande Guerre, il est directeur de l'école Saint-Jean Baptiste de Bar-le-Duc en 1919. Il anime des manifestations catholiques dans son département contre la politique jugée anticléricale du président du conseil Édouard Herriot, au moment du Cartel des gauches en 1924-1925. Il anime l'Union catholique du diocèse de Verdun, affiliée à la Fédération nationale catholique. Il est aumônier du groupement de Bar-le-Duc de la Ligue patriotique des Françaises. Il fonde en 1930 le Cercle Foch à Bar-le-Duc destiné aux jeunes gens catholiques.

Il est nommé par l'évêque de Verdun Mgr Ginisty sous-directeur des œuvres diocésaines, chanoine honoraire en 1929, puis vicaire général honoraire et directeur des œuvres diocésaines en 1934.

Il participe au combat des catholiques contre la franc-maçonnerie. Il est par exemple l'orateur de l'assemblée générale de l'Action catholique lorraine à Metz en mars 1935. Il appelle au « grand nettoyage » et demande aux auditeurs de « démasquer les francs-maçons dont on sent partout la main et les hommes du front commun »[2]. Il a voté à la Chambre, avec 90 autres députés, l'amendement déposé par René Dommange en décembre 1935 contre la franc-maçonnerie, à l'occasion du débat sur les ligues.

Il collabore enfin au périodique la Croix meusienne[3] - il signe les éditoriaux à partir de 1934 - et en devient directeur de 1940 à 1944, quand le journal est autorisé à reparaître.

Après la Libération et son séjour en prison, il est curé de Dainville-Bertheléville de 1948 à 1963. Il meurt à Bar-le-Duc le 8 février 1963.

Combattant de la Première et de la Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Aumônier volontaire militaire en 1914, il est incorporé. Il est aspirant[4], sous-lieutenant en 1915 puis lieutenant en 1916 au 137e régiment d'infanterie. Il combat à Verdun où il s'illustre lors de l'épisode de la tranchée des Baïonnettes en juin 1916. Fait prisonnier, il est en captivité en Allemagne jusqu'en 1919. Il revient de la guerre avec la Légion d'honneur[5] et la Croix de guerre 14-18, avec trois citations.

Il devient président des Anciens combattants de Bar-le-Duc, vice-président de l'Union des prêtres anciens combattants de la Meuse à partir de 1924 puis vice-président de la principale association d'anciens combattants de la Meuse, la Fédération meusienne[6]. Il est promu capitaine de réserve en 1927 et commandant en 1938.

Il est combattant volontaire en 1939-1940. Il commande le 3e bataillon du 294e régiment d'infanterie. Il combattit dans la Meuse puis avec une partie de ses troupes fit retraite jusqu'à Moulins dans l'Allier[7] où il s'illustra le 18 juin 1940 dans la défense du Pont de fer[7], le pont ferroviaire qui franchit l'Allier ce qui lui vaudra en août 1941, une citation à l'ordre de l'armée par le général Huntzinger, secrétaire d'État à la Guerre et commandant des forces terrestres de l'Armée d'armistice[7].

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Aux élections législatives de 1932, il soutient publiquement Louis Jacquinot lors de la campagne électorale pour la députation de la Meuse (circonscription de Commercy).

Bénéficiant de l'accord de l'évêque de Verdun, Mgr Ginisty, il se présente lui-même l'année suivante à la députation, dans la circonscription de Bar-le-Duc et élu député de la Meuse, au second tour le 27 août 1933, avec l'étiquette de « L'Union nationale », remportant 57 % des suffrages exprimés. Il a alors 34 ans. Il devient alors le deuxième prêtre à siéger à la Chambre des députés, avec l'abbé Desgranges, élu depuis 1928. Il siège au groupe du Centre républicain. Il est battu aux élections cantonales en octobre 1934 dans le canton d'Ancerville, au second tour, mais il est élu conseiller général du canton de Bar-le-Duc au premier tour en mars 1935. La même année, il devient conseiller municipal de Bar-le-Duc et voit la victoire de la liste qu'il menait. Il est réélu député en 1936 en tant que « républicain d'union nationale », au premier tour avec 61,6 % des suffrages exprimés. En revanche, il est battu aux élections cantonales d'octobre 1937 au second tour, par un socialiste SFIO.

Lucien Polimann a été membre des Croix-de-feu[8] . Depuis 1930, les Croix de feu de Bar-le-Duc sont proches des associations d'anciens combattants de la commune or la principale d'entre elles est présidée par Polimann. La Croix meusienne soutient activement la ligue du colonel de La Rocque en 1935 et 1936. Il est également proche de la Ligue de défense paysanne de la Meuse[9]. Il a tenu à prendre part aux manifestations paysannes de Bar-le-Duc en 1933 et en mai 1935. La Ligue le soutient en 1936.

En 1936, il refuse de rejoindre le groupe parlementaire du Parti social français mais il adhère au comité parlementaire de défense des libertés républicaines et de sympathie pour le PSF. Il siège au groupe des Républicains indépendants et d'action sociale à la Chambre.

En juillet 1936, il tente de créer un « Rassemblement national meusien », afin de « favoriser l'union, sur un terrain patriotique et républicain » face « aux empiètements de Moscou qui prépare la révolution avec la complicité du gouvernement du Front populaire »[10]. Un meeting est organisé à Bar-le-Duc le 2 août, avec Polimann, le jeune député de Nancy François Valentin, François Beaudouin, député agraire mosellan, et Jean Fernand-Laurent, député de Paris, auquel assistent plusieurs milliers de personnes[11]. Malgré des appels répétés à l'adhésion et à la formation d'un « Rassemblement meusien » dans les semaines qui suivent, son projet avorte assez rapidement. Il n'a pas été suivi par les autres élus meusiens et son projet faisait double emploi avec celui du Rassemblement national lorrain.

Il reste proche du Parti social français : il participe aux travaux du congrès du parti à Paris en 1937 et assiste aux deux grandes réunions tenues dans la Meuse avec le colonel François de La Rocque, à Bar-le-Duc, et à Souilly en février 1938. Il collabore avec le Rassemblement national lorrain. Il est ainsi l'un des orateurs d'une réunion du RNL à Nancy en mars 1939.

Au début de l'année 1939, il se rend en Espagne pendant une semaine avec d'autres parlementaires. Le tableau qu'il en ramène est manichéen : l'Espagne de Franco se caractérise selon lui par l'absence de chômage, la tranquillité, un accueil aimable et une vie normale alors que la Catalogne « rouge » se caractériserait par la privation, la crainte, la servilité et les destructions. Il fait ensuite une série de conférences pour présenter son séjour en Espagne. Il insiste essentiellement sur les récits de torture qui ont frappé les clercs, sur les prisons de Barcelone et sur les exécutions : il n'y a pas d'exemple selon lui de « pire sauvagerie »[12] .

Favorable au gouvernement de Vichy durant l'Occupation[modifier | modifier le code]

Le 10 juillet 1940, à Vichy, il vote les pleins pouvoirs au maréchal Pétain. Le 14 juillet, il dit la messe entouré de trois évêques en l'église Saint-Louis de Vichy, en présence de Pétain et du gouvernement[13]. Il appuie le régime de Vichy et l'idéologie de la Révolution nationale et se prononce pour la Relève, le STO, la croisade contre le bolchevisme[14], allant jusqu'à dénoncer l'action des résistants[15]. Il est nommé membre du Conseil national consultatif de Vichy en 1941, membre en 1943 du Conseil départemental[16] et membre du directoire de la Légion française des combattants. Il est titulaire de la Francisque en 1942.

Il est arrêté et jugé du 17 au 19 décembre 1945 par la Cour de justice de Nancy et condamné à 5 ans de réclusion, alors que sa correspondance ainsi que des témoins attestent de ses nombreuses interventions en faveur de personnes, résistantes ou non, menacées d'arrestation ou de déportation [17]. Mais il n'est emprisonné que 3 ans, jusqu'en janvier 1948. Il a aussi été condamné à la dégradation nationale à vie mais cette peine a été supprimée par grâce présidentielle en 1947. Il est amnistié en 1953. Il demeure maréchaliste sinon pétainiste: « Des millions de Français ignorent encore ce que le maréchal Pétain a fait pour eux pendant l'occupation. Ceux qui l'approchèrent (...) savent par quelle générosité il se mit au service des infortunés, avec quelle habilité il s'efforçait de déjouer les mauvais tours de l'occupant (...) »[18].

Sources[modifier | modifier le code]

  • Jean-François Colas, Les Droites nationales en Lorraine dans les années 1930 : acteurs, organisations, réseaux, thèse de doctorat, Université de Paris X-Nanterre, 2002, 3 volumes
  • Henry Coston, Dictionnaire de la vie politique française, Paris, La Librairie française, 1967, p. 863-864
  • Jean El Gammal (dir.), Dictionnaire des parlementaires lorrains de la IIIe République, Metz, Éd. Serpenoise, 2006, p. 248-251
  • André Gaillemin (abbé)[19], Un prêtre député : le chanoine Polimann, Paris, La Pensée universelle, 1973
  • « Lucien Polimann », dans le Dictionnaire des parlementaires français (1889-1940), sous la direction de Jean Jolly, PUF, 1960 [détail de l’édition]
  • Jean Pascal, Les Parlementaires ecclésiastiques de 1848 à 1977, Pontoise, Edifac, 1988
  • [PDF]Archives départementales de la Meuse

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. À la suite des mesures d'expulsions des religieux prises par le gouvernement.
  2. Le Lorrain, 11-3-1935
  3. Fondée en 1892 et dirigée depuis 1925 par l'abbé Royer. Avec 21 500 exemplaires environ en 1934, elle est le plus important hebdomadaire meusien.
  4. Il a suivi les cours des élèves officiers à Nantes.
  5. attribuée à titre militaire en 1922; qu'il perdra à la Libération
  6. Elle est affiliée depuis 1927 à la Fédération nationale des associations françaises de mutilés, réformés et anciens combattants. Elle revendique 18 000 adhérents en 1930, groupés dans 120 sections.
  7. a b et c Jean Débordes, L'Allier dans la guerre : (1939-1945), Clermont-Ferrand, De Borée, , 503 p. (ISBN 2-84494-020-X), chap. 1 (« La débâcle »), p. 21 à 25.
  8. Il figure sur les listes d'adhérents à Bar-le-Duc de la ligue en 1935. Mais son adhésion est antérieure. Cf. Jean-François Colas, op. cit.
  9. Elle est fondée en 1933, dans l'enthousiasme né de la réussite de manifestations paysannes à Bar-le-Duc, Verdun, Commercy et Motmédy. Ses thèmes sont la défense du monde paysan mais aussi ceux dans l'air du temps, proches de ceux du monde ancien combattant - un certain antiparlementarisme notamment. Elle est née de la volonté de certains dirigeants d'associations agricoles. Son président, Pol Marc, est membre de la Chambre d'agriculture et président de la coopérative agricole de Vaucouleurs. Elle s'est lancée dans le combat électoral dès 1933 à Bar-le-Duc, en 1934 à Verdun ou lors d'une sénatoriale partielle, à la suite du décès de Raymond Poincaré - Pol Marc était candidat -, sans succès. De même, elle n'est pas parvenue à unifier le monde paysan. À l'automne 1934, elle a adhéré au Front paysan, mais une partie de ses membres est hostile à Henri Dorgères, ce qui provoque des démissions. En 1936, la Ligue affirme sa neutralité mais Pol Marc soutient le candidat « national » Louis Mouilleseaux à Verdun. La Ligue est alors hésitante sur ses buts et sa fonction mais Pol Marc est favorable à une politisation de plus en plus marquée. À partir de novembre 1936, la Ligue entre en conflit avec Dorgères qui veut développer son mouvement en Lorraine. Elle refuse d'adhérer aux Comités de défense paysanne car elle entend demeurer autonome et reste méfiante à l'égard d'une « action directe » trop marquée. Le refus est réaffirmé en 1937. En 1939, la Ligue décide de s'affilier au Parti agraire de Pierre Mathé
  10. La Croix meusienne, 25-7-1936, Bulletin meusien, 25 juillet 1936
  11. Bulletin meusien, 8 août 1936
  12. La Croix meusienne, 4-3-1939, 18-3-1939, 23-3-1939 : sa conférence a été publiée intégralement. Il s'est rendu en catalogne et dans la zone tenue par les Franquistes,où il a rencontré l'archevêque Goma de Tolède. Son séjour est résolument catholique : visite d'églises et discussions avec des clercs.
  13. Jacques Duquesne, Les catholiques français sous l'occupation, Grasset, 1986
  14. L'Echo de Nancy, 11/12 décembre 1943, chanoine Polimann, "Serons nous bolchevisés ?", conférence à l'hôtel de ville de Nancy le 10 décembre 1943, L'Echo de Nancy, 17 juillet 1944
  15. François Moulin, Lorraine, années noires: de la collaboration à l'épuration, Nuée bleue, 2009, p. 168
  16. nomination de Polimann et des autres membres du conseil départemental ( BNF/gallica )
  17. François Moulin, op. cit., p. 169, L'Est républicain, 17 décembre 1945, L'Est républicain, 18 décembre 1945, "Le chanoine Polimann, ancien député de la Meuse, devant la Cour de justice de Nancy", L'Est républicain, 19 décembre 1945, L'Est républicain, 20 décembre 1945, Georges Dirand, La Lorraine épurée, Imprimerie du Centre, 1946: « Imprudent peut-être, désintéressé certainement, fustigeant les communistes, mais s'évertuant à les sauver du peloton d'exécution, dénonçant le terrorisme, mais défendant les résistants: telle fut l'attitude en apparence illogique de ce prêtre-soldat qui ne suivit d'autres directives que celles de Pétain ».
  18. cité par le général Jacques Le Groignec ( de l'Association pour défendre la mémoire du maréchal Pétain, Le maréchal et la France, NEL, 1994, p. 376
  19. Né en 1913, il est l'un des enfants du député des Vosges Louis Gaillemin