Lucien Dumais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lucien Dumais
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activités

Lucien Dumais alias Lucien Desbiens (1904 - ) est un militaire canadien, membre des services secrets britanniques et chef d'une mission d'exfiltration de pilotes alliés abattus en France occupée pendant la Seconde Guerre mondiale qui permettra le retour en Angleterre de nombreux aviateurs (réseau Shelburn).

Biographie[modifier | modifier le code]

Québécois, originaire de Montréal, il entre en 1934 au régiment canadien-français des Fusiliers Mont-Royal. En 1937, il réussit à intégrer l'École militaire de Saint-Jean et il est alors promu caporal puis sergent en 1939 au début de la Seconde Guerre mondiale. Il embarque avec son régiment pour l'Islande fin juin 1940 pour s'opposer à un éventuel débarquement allemand. Il part ensuite pour l'Angleterre où il suit un entrainement commando. En 1942, à 38 ans, il est fait prisonnier par les Allemands lors du débarquement de Dieppe. Il s'évade d'un train de prisonniers quelques heures plus tard et aidé par la résistance locale, réussit à retourner en Angleterre via Marseille et Gibraltar. Il reçoit une formation de combat d'une durée de 4 mois au sein de la Première armée britannique en Afrique du Nord. Il demanda une affectation au MI9 pour le soutien aux réseaux de résistance des pays occupés, qui lui fut accordée. Il y rencontre Raymond Labrosse, 18 ans, avec qui il reçut sa formation d'espion. Du Jiu-Jitsu aux appareils de radio-communications, ils subirent un entraînement intensif destiné à les préparer au travail en France occupée. Ils vont alors participer à la création d'un réseau (Shelburn) chargé d'évacuer les pilotes alliés abattus au-dessus de la France par la Manche, voie plus rapide mais plus dangereuse que la voie habituelle par les Pyrénées.

En novembre 1943, transportés par un Westland Lysander à 80 km au nord de Paris, ils entreprirent leur mission de localiser et de pourvoir au rapatriement des aviateurs alliés, aux côtés du chef de réseau, le policier parisien Paul Campinchi. Par la Bretagne et la plage « Bonaparte », nom de code de l'anse Cochat à Plouha, ils parvinrent à faire évader 307 (le chiffre retenu varie entre 150 et plus de 300) pilotes ou membres d'équipages de janvier à août 1944, tout en récupérant des armes et des munitions par bateau, des unités MGB basées dans des ports de Cornouailles au profit de la Résistance française[1]. Le réseau Shelburn subit de forte pertes (voir l'article relatif au réseau). Après le débarquement de Normandie, envoyés par le Special Operations Executive, ils participèrent aux côtés de la Résistance française à des opérations d'attaque contre les forces d'occupation ennemis principalement contre des convois militaires.

Dumais est décédé à Montréal le 10 juin 1993 à l'âge de 88 ans.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Un canadien français face à la Gestapo, Editions du Jour, Montréal, 1970
  • Un canadien français à Dieppe, Paris, Editions France-Empire, 1968
  • The Man who went back,London, Leo Cooper, 1975

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Alain Lozac'h, Petit lexique de la Deuxième Guerre mondiale en Bretagne, Éditions Keltia Graphic, Spézet, 2005, p. 160.