Lucien Demouge

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Lucien Demouge
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Décès
Nationalité
Drapeau : France Française
Activité
Formation
Maître
Mouvement
Conjoint
Louise Greener
Distinctions
Second Prix de la Jeune Peinture en 1955, Prix de l'Art libre en 1971, Chevalier de l'ordre national du Mérite

Lucien Demouge est un artiste peintre français né le 22 mars 1926 à Villeneuve-Saint-Georges (Val-de-Marne). Il vécut à Baye (Finistère) où il est mort le 23 février 2005.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils du comédien Abel Demouge disparu en 1928, Lucien Demouge dessine dès sa plus tendre enfance et commence à peindre à l'âge de treize ans[1]. Après l'école Jules-Ferry de Villeneuve Saint-Georges où il a pour condisciple et ami le futur écrivain René Fallet, il est élève de l'École nationale supérieure des arts appliqués et des métiers d'art, puis, après une interruption de ses études due à son engagement dans l'armée Rhin et Danube[2], de Nicolas Untersteller à l'École nationale supérieure des beaux-arts[3].

En quarante cinq années, de 1940 à 1985, il constitue un ensemble de quatre-vingt sept dessins et aquarelles sur sa région natale où il répond au surnom de « Dudule » et où il fonde Muse 45, une association d'artiste villeneuvois. L'intérêt en est doublement artistique et documentaire : les paysages (l'écluse d'Ablon-sur-Seine, La ferme de Périgny-sur-Yerres, La résidence du gros buisson à Valenton, Le port aux cerises), les événements dramatiques (Les inondations) ou festifs (Concours de pêche sur le port), l'économe portuaire (Les sablières de la Seine, Le moulin de Senlis, les Barques de pêcheurs, les Péniches) ou les personnages pittoresques (La baraque à Alphonse)[4].

On connaît aussi à Lucien Demouge des peintures (toiles et aquarelles) de Provence, de Basse-Normandie (notamment Trouville en 1958), mais surtout de Bretagne, son attachement à la Bretagne, où avec son épouse Louise Greener il s'installera définitivement en 1989, remontant au premier séjour qu'il y effectue en 1955 en compagnie de son ami le critique d'art Roger Vrinat[2]. Il revendique ainsi son appartenance à une École contemporaine de Pont-Aven.

Expositions personnelles[modifier | modifier le code]

  • Galerie Chardin, Paris, 1955.
  • Galerie des orfèvres, Paris, 1982.
  • Galerie Bleu de Prusse, Rennes, 1997.
  • Galerie Guy Flégéo, Saint-Jacques en Bannalec, décembre 2001 - janvier 2002[5].

Expositions collectives[modifier | modifier le code]

  • Exposition universelle de 1958, Bruxelles.
  • Museum National Gallery, Singapour, 1977.
  • Demouge et Greener, Foyer Jean-Cocteau, Villeneuve-Saint-Georges, décembre 1988.
  • Jubilé - Cinquante ans d'expositions, Quimperlé et Villeneuve-Saint-Georges, 1994.
  • Les artistes libres, Quimper, 1997.
  • Salon des Genêts d'or (Lucien Demouge, invité d'honneur), Briec, 1999.

Réception critique[modifier | modifier le code]

  • « Témoignage à la fois fidèle et très personnel sur la nature, l'œuvre de Lucien Demouge est avant tout celle d'un peintre, d'un artiste. Elle s'inspire de diverses régions de France, à commencer par sa ville de Villeneuve-Saint-Georges pour passer entre autres à la Provence, enfin à la Bretagne. Elle ne s'attache pas uniquement aux paysages, dont elle rend avec maîtrise et pénétration les subtiles saveurs et les richesses picturales profondes, mais ose également en montrer les aspects les plus insolites et nous en révèle le charme et les splendeurs ignorées. » - Roger Vrinat[6]

Prix, distinctions, hommages[modifier | modifier le code]

  • Second Prix de la Jeune Peinture, 1955.
  • Plaquette d'honneur du Figaro, 1955.
  • Prix de la Chance, 1957.
  • Prix Caron, 1968.
  • Prix départemental des Yvelines, 1970.
  • Prix de l'Art libre, 1971.
  • Prix de la batellerie, 1972.
  • Premier prix du Salon national de l'aquarelle, 1983.
  • Médaille de la ville de Paris.
  • Médaille de la ville de Villeneuve-Saint-Georges.
  • Médaille de vermeil du génie français.
  • Médaille d'argent de l'éducation artistique.
  • Médaille des arts, sciences et lettres.
  • Chevalier de l'ordre national du Mérite.
  • Médaille du Conseil général de la Seine.
  • Un square de la ville natale de l'artiste, Villeneuve-Saint-Georges, porte le nom de Lucien-Demouge[1].

Musées et collections publiques[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Robert Vrinat, Lucien Demouge et Louise Greener, un couple d'artistes, Éditions du Centre culturel de Villeneuve-Saint-Georges, 1988.
  • Emmanuel Bénézit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, Gründ, 1999.

Lien externe[modifier | modifier le code]