Lucien Combelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Combelle.
Lucien Combelle
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 81 ans)
RouenVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
A travaillé pour

Lucien Combelle est un écrivain et journaliste français, né le à Rouen, et mort dans la même ville le [1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un ouvrier tué pendant la Première Guerre mondiale, admirateur de Charles Maurras[2], il devient ami avec Paul Léautaud[3], Claude Roy, de Louis-Ferdinand Céline[4].

Secrétaire d'André Gide[5] dans l'immédiate avant-guerre, il fut aussi membre de l'Action française[6], puis s'engagea, sous l'occupation, dans la collaboration, écrivant dans La Gerbe, participant à la fondation de Révolution nationale, dont il fut le rédacteur en chef et le directeur[7],[8].

Il fut un des derniers témoins du suicide de Pierre Drieu la Rochelle dont il était proche[9],[10]. Il fut l'un des signataires du manifeste collaborationniste : Déclaration commune sur la situation politique du 5 juillet 1944, portant les signatures d'Abel Bonnard, Bichelonne, de Brinon, Déat et de 29 personnalités parisiennes.

Condamné le 28 décembre 1944 à quinze ans de travaux forcés, il fut amnistié en 1951[11].

Il participa dans les années 1960-1980 sous divers pseudonymes (Lucien Dauvergne, Lucien François, Monsieur Larousse, Oncle Lulu) au journal Pilote et à Europe no 1.

Sur la demande de Christiane Renault, il écrivit sur la cause de la mort de Louis Renault.

Il fut journaliste chroniqueur au Progrès, à Combat, à Absolu et à Art up, et participa dès sa création à Pilote (d'abord à la rubrique « Charlie », puis dans les pages centrales : « Histoire de la mythologie germanique », « Histoire de la drogue », « Histoire de l'anarchie », etc.).

Il a aussi publié trois albums chez Dargaud : Quand les héros étaient des dieux (en deux volumes), Laurence d'Arabie (dessins de Bielsa).

Il participe à la création des Radiophoniques sur RTL : Quitte ou double avec Zappy Max et Marcel Fort, et Le personnage mystérieux avec Roger Lanzac (RTL Radio Circus).

Il participe à trois émissions Apostrophes en présence d'Anne Sinclair et de Philippe Alfonsi[12] Dans l'émission du 1er décembre 1978, invité à l'occasion de la sortie de son autobiographie "Pêché d'orgueil", il déclare à Bernard Pivot :"Le sens de l'amitié chez moi fait que je reste fidèle à Drieu, je reste fidèle à Céline, je reste fidèle à Brasillach, je reste fidèle à Fontenoy. Ce sont des hommes que j'ai aimés, et je ne renie rien de ce que j'ai fait et je renie encore moins ces amis-là"[13].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Chansons du mirador, Frédéric Chambriand, 1951
  • La vie de Louis Renault, La Table Ronde, 1954
  • Péché d'orgueil, Paris, Olivier Orban, 1978.
  • Liberté à huis clos, Paris, Éditions de la Butte aux Cailles, 1983.
  • Quand les héros étaient des dieux (en deux volumes), chez Dargaud.
  • Laurence d'Arabie (dessins de Bielsa), chez Dargaud.

Radio[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (notice BnF no FRBNF12519523)
  2. Robert Klein Je suis partout, les Juifs, 1941, édité par Amazon, 2018, p.11
  3. Paul Léautaud, Correspondances, Flammarion
  4. Cahiers de l'Herne, NRF ; et Correspondance de Céline dans « La Pléiade », NRF, décembre 2009
  5. Je dois à André Gide
  6. Pierre Assouline, L'Épuration des intellectuels, Bruxelles, Complexe, 1996, p. 42.
  7. Annie Lacroix-Riz, Légende et réalité des conditions d'arrestation et de décès de Louis Renault
  8. Le Bulletin célinien, no 305, février 2009.
  9. Lucien Combelle, Liberté à huis clos.
  10. Lexpress.fr.
  11. Pierre Assouline, Le Fleuve Combelle , 1997, Calmann-Lévy.
  12. INA.fr.
  13. Robert Klein Je suis partout, les Juifs, 1941, édité par Amazon, 2018, p.12

Liens externes[modifier | modifier le code]