Lucie Mazauric

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mazauric.
Lucie Mazauric
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Père
Conjoint
André Chamson (à partir de )Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfant
Tombe d'André Chamson et de Lucie Mazauric.jpg

Tombe d'André Chamson et de Lucie Mazauric sur le serre de la Lusette.

Lucie, Alix Mazauric, née le à Anduze et décédée le dans le seizième arrondissement de Paris, est une conservatrice de musée française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines familiales[modifier | modifier le code]

Elle est la fille de Félix Mazauric et Jeanne Hébrard (Jeannette)

Études[modifier | modifier le code]

Elle étudie au lycée de jeunes filles de Nîmes (actuel lycée Feuchères), puis à l'École des chartes[1], où elle rencontre son futur mari André Chamson, élève comme elle[2].

Famille[modifier | modifier le code]

Elle devient l'épouse de l'écrivain André Chamson, le à Nîmes. Ils sont les parents de la romancière Frédérique Hébrard, née en 1927.

Elle est enterrée aux côtés de son époux sur le serre de la Lusette, près du Pic de Barette qui domine la vallée de Taleyrac, sur la commune de Valleraugue.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Lucie Mazauric, Vive le Front Populaire, Plon, 1976, 219 p. (ASIN B004GWZYFY)
  • Lucie Mazauric, André Chamson. Ah Dieu ! Que la paix est jolie., Plon, 1972, 38 p. (ASIN B003BPVG18)
  • Lucie Mazauric, Le Louvre en voyage 1939-1945 ou ma vie de châteaux avec André Chamson, Plon, 1972, (ISBN 978-2259003551)
  • Lucie Mazauric, Belle rose, ô tour Magne, Plon, 1969, 221 p.
  • Lucie Mazauric, Nicolas Froment et l'école avignonaise au XVe siècle, Les Éditions Rieder, 1931, 72 p.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Serge Velay (dir.), Michel Boissard et Catherine Bernié-Boissard, Petit dictionnaire des écrivains du Gard, Nîmes, Alcide, , 255 p. (présentation en ligne), p. 162-163

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]