Lucie Madeleine d'Estaing

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ne pas confondre avec la Lucie-Madeleine d'Estaing de Réquistat du Buisson
Lucie Madeleine d'Estaing
Biographie
Naissance
Décès
Famille

Lucie Madeleine d'Estaing, dame de Ravel, ( à Paris- à Clermont-Ferrand).

Elle était fille bâtarde de Charles François d'Estaing, vicomte de Ravel, marquis de Sailhant, et de Magdeleine Erny de Mirfond, et la demi-sœur de l'amiral d'Estaing, lequel, dernier descendant en ligne légitime et masculine de sa maison, sans postérité, la fit légitimer en 1768 puis en fit son héritière.

Elle a été une maîtresse du roi Louis XV, dont elle a eu deux filles naturelles, reconnues en 1774 par lettres patentes du roi Louis XVI comme étant des « demoiselles issues de la plus ancienne noblesse de France »[réf. nécessaire] :

  • Agnès-Lucie Auguste ( à Paris - au château de Boysseulh), épouse à Paris en 1777 Charles, vicomte de Boysseulh, écuyer du Roi en sa Petite Ecurie, dont deux fils.
  • Aphrodite-Lucie Auguste ( à Versailles - à Artonne), épouse à Paris en 1784 Jules de Boysseulh, colonel aide-major de la Gendarmerie, dont une fille.

Elle a épousé en 1768 le comte François de Boysseulh (1728-1807), colonel du régiment de Noailles, mestre de camp de cavalerie, dont elle a eu quatre enfants :

  • Marthe de Boisseulh (1770-1801), mariée à Gilbert-Fidèle Mallet, marquis de Vandègre, dont postérité.
  • Lucie-Marthe de Boisseulh (1772-1846), mariée à, d'abord, Simon-Narcisse d'Aurelle, comte de Terreneyre, baron de La Garde, chevalier de Saint-Louis, ensuite à Antoine-Xavier Aragonnès d'Orcet, maire de Saint-Genès l'Enfant.
  • Alexandre de Boisseulh (1776-1794), sous-lieutenant, mort en émigration.
  • Auguste-Louis, comte de Boisseulh (1782-1861), chef de bataillon des Gardes de la Porte du Roi, membre de la Société cantalienne, chevalier de la Légion d'Honneur, marié à Aménaïde Dufour de Pradt, fille d'Anne Dufour, comte de Pradt, et de Marie-Michelle de Retz de Bressole, nièce de l'Abbé de Pradt, aumônier de Napoléon

Elle fut aussi, par procuration, la marraine de Lucie-Madeleine d'Estaing de Réquistat du Buisson[1], épouse du comte de la Tour Fondue et aïeule dont la famille Giscard d'Estaing obtint de relever le nom en 1922 et 1923.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]