Lucie Derain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Lucie Derain
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 75 ans)
FontainebleauVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Lucienne Antoinette Louise DéchorainVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Fratrie

Lucie Derain, née Lucienne Dechorain le [1] et morte le [1], est une critique de cinéma, écrivaine, réalisatrice, monteuse et scénariste française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Lucie Derain est d'abord journaliste de cinéma : tout au long de sa carrière, elle collabore à de très nombreux titres, dont Cinémonde, Hebdo-Films, La semaine cinématographique, Le Quotidien, Cinémagazine, Pour vous, Ciné-Miroir, Photo-Ciné, La cinématographie française, La technique cinématographique, Ciné-Amateur, La vigie marocaine, et Le film français. Elle est rédactrice en chef de La cinématographie française en 1940[2], et du Film français entre 1945 et 1948[3].

Au cinéma, Lucie Derain commence en 1919 en montant des bandes d'actualité et en rédigeant des intertitres pour Van Goitsenhoven, Gaumont (1921) et Éclipse-Journal (1923)[3].

En 1927, elle réalise avec Jean Tarride un court-métrage en 16 mm destiné à être projeté pendant la représentation de Désordre, une pièce d'avant-garde d'Yvan Goll[4]. La même année, elle commence la réalisation d'un long-métrage, en 13 chapitres, Harmonies de Paris, destiné à la promotion de la Capitale. Le film est projeté en avant-première à Paris au théâtre du Vieux-Colombier le et le film sort en 1929[4].

Lucie Derain décède à Fontainebleau en 1977[1].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Réalisation[modifier | modifier le code]

Scénario[modifier | modifier le code]

  • 1928 : Harmonies de Paris
  • La Tour de vie et de mort

Dialogues et intertitrage[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Derain, Lucie, Jean Murat, l'homme à qui rêvent toutes les Françaises, Paris, Nilsson, coll. « Leur vie romanesque »,
  • Derain, Lucie (ill. Jacques Ernotte), Carrousel de nuit, Paris, Éditions de la Nouvelle France, coll. « Chamois », , 264 p. (lire en ligne)
  • Derain, Lucie, Brûlador, Paris, del Duca, coll. « Amours et aventures », , 247 p. (lire en ligne)
  • Derain, Lucie, L'homme démaquillé, Paris, A. Fayard, , 336 p.

Novélisations[modifier | modifier le code]

  • Derain, Lucie, Le Président ou la Mésalliance de la comtesse, roman abondamment illustré par les photographies du film Universal, Paris, Jules Tallandier, coll. « Cinéma-Bibliothèque » (no 236), , 95 p.
  • Derain, Lucie, Ris donc, Paillasse (Amours de clown). Roman abondamment illustré par les photographies du film Metro-Goldwinn, Paris, Jules Tallandier, coll. « Cinéma-Bibliothèque » (no 274),
  • Derain, Lucie, Sa vie m'appartient. Nombreux hors-texte d'après les photographies du film de la Fox-Film, Paris, Jules Tallandier, coll. « Cinéma-Bibliothèque » (no 369),
  • Derain, Lucie, La vie en rose : roman, nombreux hors-textes, d'après les photographies du film de la Société Fox-Film, Paris, J. Tallandier, coll. « Cinéma-Bibliothèque » (no 422),
  • Derain, Lucie, L'Aventurière de Biarritz. Roman illustré de nombreuses photographies du film édité par Loca-Film, Paris, Jules Tallandier, coll. « Cinéma-Bibliothèque » (no 514), , 96 p.
  • Derain, Lucie, Mazurka, roman illustré de nombreuses photographies du film, Paris, Jules Tallandier, coll. « Cinéma-Bibliothèque » (no 718), , 94 p.
  • Derain, Lucie (ill. Christine Cappon), Le Dictateur, Paris, J. Melot, coll. « Romanfilm », , 30 p.

Articles[modifier | modifier le code]

Une liste de grande ampleur est disponible sur le site de Calindex[6].

  • Derain, Lucie, « Un grand décorateur: Lochakoff », Cinéa. Ciné pour tous, no 28,‎
  • Derain, Lucie, « Les bons artisans du cinéma. Nos décorateurs de films français. Boris Bilinsky », Cinématographie française,‎
  • Derain, Lucie, « L’art moderne à l’écran. Décoration, architecture sous les lumières », Cinémagazine, no 4,‎
  • Derain, Lucie, « Masques et visages », Cinémagazine, no 23,‎ (lire en ligne)
  • Derain, Lucie, « Une grande première cinématographique : le chanteur de jazz », La cinématographie française, no 535,‎ , p. 16
  • Derain, Lucie, « La ville au cinéma. Les poètes de la ville. Les beautés, les laideurs et le mystère des villes », Cinémagazine, no 8,‎ , p. 319-321
  • Derain, Lucie, « La Faune du plaisir, ou... Nouvelles boîtes de jour et de nuit... », Vu,‎ , p. 1452-1455
  • Derain, Lucie, « Les affiches de cinéma – polychromie pour blancs et noirs », Arts et métiers graphiques, no 22,‎ , p. 201-205
  • Derain, Lucie, « Mam'zelle Nitouche », Cinémonde,‎ (lire en ligne)
  • Derain, Lucie, « Ce que fut la brillante et brève carrière de Janie Marèze », Cinémonde,‎ (lire en ligne)
  • Derain, Lucie, « Fleurs nouvelles du jardin français », Cinémonde,‎ (lire en ligne)

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Archives de Paris, « Actes de naissance », sur archives.paris.fr
  2. Paris, La Cinématographie Française (Jan-Jun 1940), Paris, (lire en ligne)
  3. a et b « Lucie Derain », sur Women Film Pioneers Project (consulté le )
  4. a et b La Cinémathèque française, « Harmonies de Paris - Catalogue des restaurations et tirages », sur www.cinematheque.fr (consulté le )
  5. https://www.cinematheque.fr/henri/film/103082-harmonies-de-paris-lucie-derain-1927/
  6. « Lucie Derain », sur Calindex.eu

Liens externes[modifier | modifier le code]