Lucie Albon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Albon (homonymie).
Lucie Albon
Naissance (41 ans)
Poitiers
Nationalité Drapeau de la France Française
Profession
Formation

Lucie Albon, née le à Poitiers, est une dessinatrice et autrice de bandes dessinées et de livres jeunesse. Elle a également mis en couleurs plusieurs albums. Elle réside dans la région lyonnaise et travaille à l'atelier « Le Bocal ».

Biographie[modifier | modifier le code]

Lucie Albon a suivi la filière « arts appliqués » au lycée. Après le bac, elle suit des études aux Beaux-Arts, section BD, à Angoulême ; pendant cette période, elle participe à plusieurs ouvrages du collectif Choco Creed. Enfin, elle passe par l'École supérieure des arts décoratifs de Strasbourg, où elle a obtenu son diplôme d'illustration[1]. Elle publie son premier album jeunesse en 2000, Les Contes de Meyose[2][source insuffisante]. En 2001, avec trois alumni des Arts décoratifs de Strasbourg, Albon se rend au Cambodge pendant sept mois à Siem Reap pour mener un « projet artistique avec des enfants sourds muets »[3]. En 2003, le quatuor publie un carnet de voyage, Sept mois au Cambodge, chez Glénat. En 2009, Albon co-crée l'atelier du Bocal[4].

En parallèle de ses activités d'illustration, elle intervient dans les écoles donner aux enfants des cours de peinture par les empreintes de mains[1], procédé qu'elle emploie pour la première fois dans Souris Lili, aux éditions de l'Élan vert[5]. Dans cet esprit, elle fonde une collection d'album, « Du bout des doigts »[4] et la série Les histoires dans la main[6]. L'artiste, qui a éprouvé des difficultés scolaires en raison d'une dyslexie, apprécie de s'exprimer par le dessin[4]. En revanche, dans les ouvrages pour adultes, l'illustratrice préfère la technique de la carte à gratter[4]. Elle collabore avec le magazine Elle. En 2018, avec l'association Little Beaux-Arts, Albon participe à un « atelier de création "Street art" [...] pour les enfants hospitalisés, à l'Hôpital Femme-mère-enfant (HFME) de Bron »[7].

Elle est lauréate de la Villa Kujoyama 2009[6].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • 2000 : Les Contes de Meyose
  • 2001 : Un lapin dans la main
  • 2001 : Une gazelle dans la main
  • 2002 : Choco Creed (collectif)
  • 2002 : Un éléphant dans la main
  • 2002 : Un chat dans la main
  • 2003 : 7 mois au Cambodge (avec Chan Keu, Lisa Mandel et Sylvain-Moizie)
  • 2003 : Un crocodile dans la main
  • 2003 : Une oie dans la main
  • 2005 : Le vœu de Marc (avec Nicolas Wild et Boulet)
  • 2006 : Dieu(x) et Idoles (collectif)
  • 2007 : Le vœu de Simon (avec Boulet)
  • 2008 : Amour et désir (collectif)
  • 2008 : Une gazelle dans la main (Nouvelle version)
  • 2008 : Un zèbre dans la main
  • 2010 : Souris Lili
  • 2010 : Ça gratte !
  • 2012 : L’invention des parents, texte Agnès de Lestrade, ill. Lucie Albon, Rouergue
  • 2015 : Le grand écart, texte Thomas Scotto, ill. Lucie Albon, le diplodocus
  • 2016 : Des villes à colorier, le diplodocus

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b La Rédaction, « École. Intervention de Lucie Albon, illustratrice », Le Télégramme,‎
  2. « Rêves d'océan, festival du livre jeunesse - auteurs »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur reves-doceans.fr (consulté en août 2016)
  3. Hélène RIETSCH, « Défi jeune au Cambodge », Sud Ouest,‎
  4. a b c et d Alexandre Vieira, « Lucie Albon partage son univers « du bout des doigts » », Le Progrès,‎
  5. La rédaction, « Publication de « Souris Lili » de Lucie Albon », Le Progrès,‎
  6. a et b La rédaction, « Échappée livre. « Ma main est un pinceau » », Le Télégramme,‎
  7. Marin LE PEZENNEC, « Atelier street art à l'hopital HFME : « Ça me fait du bien de sortir de mon service et de voir du monde » », Le Progrès - Lyon,‎

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]