Luciano Bottaro

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bottaro
Alias
Luciano Bottaro
Naissance
Rapallo Drapeau de l'Italie Italie
Décès (à 75 ans)
Profession

Luciano Bottaro (né le à Rapallo, dans la province de Gênes, en Ligurie et mort le dans la même ville) est un dessinateur italien de bandes dessinées.

Biographie[modifier | modifier le code]

  • 1949: Luciano Bottaro rentre chez l'éditeur De Leo pour qui il livre des gags et des courts récits. Il y invente Aroldo il bucaniere, mais celui-ci ne sera pas édité tout de suite. Dès cette époque et sans qu'il n'en sache rien, Bottaro est déjà publié en France grâce à des accords entre éditeurs.
  • 1951 : il passe chez l'éditeur Alpe pour qui il crée Tim et les pirates dans le périodique Gaie Fantaisie, mais ce marin sera bientôt remplacé par un autre appelé à rester célèbre : Pépito ! Pendant ce temps, Bottaro travaille tous azimuts. On le voit ainsi avec Joe Polpetta pour l'hebdomadaire Lo Scolaro, puis le sergent Baldo, Maramao et Pop e Fuzzy pour Alpe l'année suivante, mais aussi Pik & Pok et le curieux canard Papy Popero pour l'éditeur Bianconi. À la même époque, il entame aussi une longue et fructueuse collaboration avec la branche italienne de Disney, la revue Topolino en dessinant son premier récit de Donald[1].
  • 1953 : il imagine Zampino e Nerone pour la revue Tam-Tam.

Pendant ce temps-là en France, Sagédition décide de lancer une revue du nom de Pépito avec le fameux personnage de Bottato en vedette. À la fin de son service militaire, Bottaro publie sa première histoire de Pon-Pon, mais celui-ci est encore appelé Sor Funghetto.

  • 1956 : il imagine Pinko e Ponko pour la Sagédition. Dès l'année suivante, il dessine des aventures de Pépito directement pour la France, mais pour tenir le rythme, il réunit autour de lui une équipe de collaborateurs ce qui donnera : l'école de Rapallo.
  • 1957 à 1959 : il travaille pour les éditions Fasani en inventant des nouveaux héros : Lola e Othello, Nasolungo e GambaCorta et Sceriffo Maïopi. Pour Alpe, il crée Whisky & Gogo que l'on retrouvera plusieurs années plus tard dans Pépito puis dans une revue du même nom chez Sagédition.
  • 1968 : sort enfin son Capitan Bomba inventé 10 ans plus tôt, mais aussi son Roi de Pique le souverain acariâtre, Big Tom et Mattaglie. Bien que le succès ne soit pas au rendez-vous, il rencontrera à cette époque Carlo Chendi et Giorgio Rebuffi avec qui il fondera le studio Bierecci Comics dont le nom est formé par les initiales de ses trois membres (prononcé à l'italienne).
  • 1971 : c'est le retour de Pon-Pon dans Il Giornalino où il connaîtra même des histoires plus longues que ces habituels gags. Deux ans plus tard, il rentre au Corriere dei Piccoli et reprend les aventures de Big Tom e Joe Polpetta sous le titre de Forte Express, mais Pépito s'essouffle en France qui ne publie plus que des rééditions et en dehors de quelques récits pour Disney et quelques histoires de Pon-Pon chez Mon journal, on n'aura plus trop l'occasion de lire du Bottaro chez nous.
  • 1981 : il publie dans Il Giornalino Pinocchio, une nouvelle série. En 1992, il imagine une version personnelle de Christophe Colomb : Culumbu. Cette hebdomadaire continue de publier à l'occasion des inédits de Pon-Pon. Sa dernière création étant Ink Pub dans la revue Post. À plus de 70 ans, Luciano Bottaro continue de dessiner, même s'il a disparu du panorama éditorial français. Vers la fin de sa vie, il avait dû se battre contre le groupe Danone pour obtenir le droit de poursuivre les aventures de Pépito en France[2]. Il a finalement obtenu gain de cause permettant d'éditer un nouvel album du personnage chez un petit éditeur.

Œuvres publiées en français[modifier | modifier le code]

Petits formats[modifier | modifier le code]

  • Pépito, Sagédition, 249 numéros, 1952-1965. Format 13x18.
  • Pépito Magazine, 17 numéros, 1957-1961. Format 18x26.
  • Pépito Magazine, 28 numéros, 1961-1966. Format 18x26.
  • Pépito. Nouvelle série, Sagédition, 28 numéros, 1965-1966. Format 13x18.
  • Pépito Géant, Sagédition, 43 numéros, 1966-1972. Format 18x26.
  • Pépito, Sagédition, 12 numéros, 1973-1976. Format 13x18.
  • Pépito Géant, Éditions du Château, 5 numéros, 1987. Format 18x26.

Albums[modifier | modifier le code]

  1. Coups de tête et coups de canons, 1974.
  2. Le Trésor de Pépito, 1975.
  3. Le Trésor des Biftèques / Le Poulpe à vapeur, 1975.
  4. L'Île aux singes / Les Pygmées rouges, 1979.
  5. Le Meilleur de Pépito, 1983.
  • Pepito. 9 histoires palpitantes, Paris : Futuropolis, 1982.
  • Pinko et Cie dans l'après-histoire, Marseille : Bédésup, 1983.
  • Les Post-historiques, Paris : Roland Jouve, 2004.
  • Pythagore, génie incompris (trad. Jean-Yves Guerre), Paris : Roland Jouve, 2004.
  • Les Grands Voyages de Pepito, Châteaumeillant : Roland Jouve, 2006. Contient les histoires « Dents blanches, continent noir » et « Pepito au pays des kangourous ».
  • Pepito (préf. David Amram), Paris : Cornélius, 2012.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Panorama illustré des productions de Luciano Bottaro sur Comiclopedia.
  2. Débandade dessinée, article et courte biographie sur le site www.liberation.fr ().

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]