Lucetta Scaraffia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Lucetta Scaraffia
LucettaScaraffia.jpg
Fonction
Rédactrice en chef
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (74 ans)
TurinVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Lucia ScaraffiaVoir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonyme
Lucetta ScaraffiaVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Fratrie
Conjoint
Ernesto Galli della Loggia (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Religion

Lucetta Scaraffia (née le à Turin[1]) est une historienne et journaliste italienne. Elle est professeur associé d'histoire contemporaine à l'Université de Rome « La Sapienza » ; elle collabore avec les journaux Avvenire, Il Foglio, Corriere della Sera et L'Osservatore Romano[2]. Elle est conseillère au Conseil pontifical pour la promotion de la nouvelle évangélisation[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle naît d'un père franc-maçon[4] et d'une mère catholique. Elle a pour frère Giuseppe Scaraffia. Elle reçoit une éducation catholique jusqu'à l'adolescence et va au lycée Parini (it) de Milan. Dans les années 1970, elle s'éloigne de la foi et milite dans le féminisme. En 1971 elle se marie une première fois, avec un collègue de l'université de Milan. Ce mariage sera ensuite déclaré nul par le tribunal du vicariat de Rome[1]. En 1982, elle a une fille avec l'historien Gabriele Ranzato (es)[1]. Peu après, elle rencontre l'historien et journaliste Ernesto Galli della Loggia, qu'elle finit par épouser[1].

À la fin des années 1980, elle revient à la foi catholique, après une conversion intérieure à l'occasion d'une célébration dans la Basilique Sainte-Marie-du-Trastevere en l'honneur du retour d'une icône restaurée. Elle ne se dit depuis « non pas ex-féministe, mais féministe en lutte contre la pensée unique féministe »[5].

Elle a été vice-présidente de l'Associazione Scienza e Vita[1].

En 2008 elle se présente aux élections à Rome sur la liste de Rutelli, sans être élue[1].

Elle est membre du Comité national de bioéthique italien (it) depuis 2007. Elle a pris position en 2008 sur la définition éthique de la fin de vie, ce qui a provoqué un éclaircissement du Saint-Siège lui laissant la responsabilité de ses propos[1].

Activité académique[modifier | modifier le code]

Dès avant sa conversion, elle s'intéresse à la vie de Rita de Cascia et de Thérèse d'Avila, sous l'angle de l'histoire sociale.

Elle s'est consacrée à l'histoire des femmes et à l'histoire religieuse, en étant surtout spécialisée dans la religiosité féminine[6] et des liens entre la société occidentale et l'Islam[7].

Dans son livre Loreto, Bologne, Il Mulino, , elle traite du rapport entre l'identité italienne et le plus ancien sanctuaire marial de la péninsule italienne. Dans Il Giubileo, Bologne, [8], elle a retracé l'histoire et le sens de l'institution des jubilés. En 2000, sort un manuel d'histoire en trois volumes, I fili della memoria, Uomini e donne nella storia, qu'elle a écrit avec Anna Bravo et Anna Foa aux Éditions Laterza.

Elle a édité, avec Eugenia Roccella, le dictionnaire biographique des Italiane dall'Unità d'Italia alla prima guerra mondiale (Italiennes de l'unité de l'Italie à la première guerre mondiale), publié en 2004 par la Présidence du conseil des ministres d'Italie.

En mars 2018, Lucetta Scaraffia signe un texte dans son mensuel, Église, femme, monde dénonçant le travail pratiquement gratuit des religieuses au service des cardinaux. Puis en février 2019, elle traite le scandale des religieuses abusées sexuellement par des membres du clergé[9].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Elle a reçu la légion d'honneur le [10] à la villa Médicis.

Écrits (sélection)[modifier | modifier le code]

  • (it) La Sardegna sabauda, Turin, Utet, .
  • (it) La santa degli impossibili. Vicende e significati della devozione a santa Rita, Turin, Rosenberg & Sellier, , 149 p. (ISBN 88-7011-387-6)
  • (it) Il concilio in convento. L'esperienza di Chiara Grasselli, Florence, Morcelliana, .
  • (it) Loreto. Un lembo di Terra Santa in Italia, Bologne, Il Mulino, (ISBN 88-15-06606-3).
  • (it) Il giubileo, Bologne, Il Mulino, , 128 p. (ISBN 978-88-15-07262-7).
  • (it) Rinnegati. Per una storia dell'identità occidentale, Rome - Bari, Laterza, , 2e éd., 198 p. (ISBN 88-420-4255-2).
  • (it) Francesca Cabrini. Tra la terra e il cielo, Milan, Paoline Editoriale Libri, , 3e éd., 194 p. (ISBN 88-315-2544-1).
  • (it) Donne ottimiste, Femminismo e associazioni borghesi nell'Otto e Novecento (avec Anna Maria Isastia), Bologne, Il Mulino, , p. 7–111 ; 277-288.
  • (it) Contro il cristianesimo. L'ONU e l'Unione Europea come nuova ideologia (avec Eugenia Roccella), Turin, Piemme, .
  • (it) « La Salette. Un santuario reinventato da intellettuali e occultisti », Mélanges de l'École Française de Rome, Italie et Méditerranée, vol. 117, no 2,‎ , p. 677–693.
  • (it) « Femminismo e utopia », dans Donne fra Otto e Novecento: progetti culturali, emancipazione e partecipazione politica (P. Magnarelli (éd.)), Macerata, EUM, , p. 23–32.
  • (it) « La "quota rosa" dei santi », Società e storia, vol. 115,‎ , p. 129–138.
  • (it) Due in una carne. Chiesa e sessualità nella storia (avec Margherita Pelaja), Rome - Bari, Laterza, , 322 p. (ISBN 978-88-420-8739-7).
  • (it) I cattolici che hanno fatto l'Italia. Religiosi e cattolici piemontesi di fronte all'Unità d'Italia, Turin, Lindau, , 249 p. (ISBN 978-88-7180-912-0).
  • (it) 101 donne che hanno fatto grande l'Italia. Dalle icone della storia alle protagoniste dei nostri tempi, Newton Compton, , 213 p. (ISBN 978-88-541-2949-8).
  • (it) Per una storia dell'eugenetica. Il pericolo delle buone intenzioni, Morcelliana, , 309 p. (ISBN 978-88-372-2647-3).
  • (it) La grande meretrice. Un decalogo di luoghi comuni sulla storia della Chiesa (Lucetta Scaraffia (éd.)), Editrice Vaticana, (ISBN 978-88-209-9075-6).
  • (it) Dall'ultimo banco. La chiesa, le donne, il sinodo, Marsilio, coll. « I nodi », (ISBN 978-88-317-2425-8), dont existe une traduction française :
  • Silvina Pérez, Lucetta Scaraffia et Giovanni Maria Vian (trad. de l'italien), François : le Pape américain, Paris, Presses de la Renaissance, , 162 p. (ISBN 978-2-7509-1388-5)

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f et g (it) Paolo Paiusco, « Biografia di Lucetta Scaraffia », sur cinquantamila.corriere.it, (consulté le )
  2. Elle est responsable du supplément mensuel féminin de l’Osservatore Romano, cf. Frédéric Mounier, « Lucetta Scaraffia, la « féministe » du Vatican », La Croix,‎ (lire en ligne)
  3. (it) « Membri » (consulté le )
  4. Frédéric Mounier, « Lucetta Scaraffia, la « féministe » du Vatican », La Croix,‎ (lire en ligne)
  5. « Non sono una ex femminista, ma una femminista che si batte da tempo contro “il pensiero unico femminista” », (it) Paolo Paiusco, « Biografia di Lucetta Scaraffia », (consulté le ). Ces propos sont semblables à ceux rapportés par La Croix : « L’obsession de la parité ne doit pas conduire à l’indifférenciation. Je suis une féministe de la différence, car c’est d’elle que naît la nouveauté. C’est le christianisme qui a enseigné la parité et a été à l’origine de l’émancipation féminine. », cf. Frédéric Mounier, « Lucetta Scaraffia, la « féministe » du Vatican », La Croix,‎ (lire en ligne)
  6. (it) La santa degli impossibili. Vicende e significati della devozione a Santa Rita, Turin,  ; Donne e fede (avec Gabriella Zarri), Rome - Bari, dont existe une traduction anglaise Women and faith, Cambridge University Press,  ; Il Concilio in convento, Brescia,
  7. Rinnegati. Per una storia dell'identità occidentale, Rome - Bari,
  8. Traduit en espagnol par la maison d'édition Acento
  9. Vilanova 2020, p. 61 à 64
  10. Bernadette Sauvaget, « Lucetta Scaraffia, ex cathedra », Libération,‎ (lire en ligne) et Céline Hoyeau, « Lucetta Scaraffia a reçu la médaille d’Officier de la Légion d’honneur », La Croix,‎ (lire en ligne)

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Constance Vilanova, Religieuses abusées, le grand silence., Artège, , 216 p. (ISBN 978-2-8968-8897-9) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Bénédicte Lutaud, Femmes de pape, Le Cerf, 2021.

Liens externes[modifier | modifier le code]