Luc de Brabandere

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Luc de Brabandere
Description de l'image Portrait Luc de Brabandere.jpg.
Naissance (73 ans)
Gand
Nationalité Belge
Diplôme

Licence en Mathématiques appliquées (1971), Université catholique de Louvain

Licence en Philosophie (2002), Université catholique de Louvain
Activité principale
Philosophe d'entreprise
Auteur

Œuvres principales

Les Philosophes dans le métro, Le Pommier. Les Infoducs. Un nouveau mot, un nouveau monde, Duculot.

Luc de Brabandere, né le [1], à Gand, est un essayiste belge. Il est Fellow du Boston Consulting Group, co-fondateur de l'agence Cartoonbase et enseigne la philosophie dans différentes universités. Il est administrateur du WBE (Wallonie-Bruxelles Enseignement).

Biographie[modifier | modifier le code]

Vie privée[modifier | modifier le code]

Luc de Brabandere vit en Belgique. Il est marié, père d'un fils et de deux filles.[réf. nécessaire] Il effectue, à l'occasion de ses 60 ans, le trajet Bruxelles-Jérusalem en 60 jours à vélo[2].

Éducation[modifier | modifier le code]

À 20 ans Luc de Brabandere entreprend des études de Mathématiques appliquées à l'Université catholique de Louvain. Il en est diplômé en 1971. En 2002, il obtient une licence en Philosophie dans la même université.[réf. nécessaire]

Parcours professionnel[modifier | modifier le code]

Après des débuts dans le secteur bancaire, il quitte son poste en 1991 et se lance dans le conseil en entreprise. Il préside aussi entre 1997 et 1999l'Institut géographique national de Belgique. En 2001, il rejoint le Boston Consulting Group en tant que vice-président et spécialiste de la gestion du changement dans les organisations.

Parallèlement, il crée[Quand ?], avec Olivier Saive, la société Cartoonbase, agence de communication où collaborent artistes et consultants. La société est initialement destinée à promouvoir le cartoon humoristique comme vecteur de communication dans les entreprises[3].

Il publie une quinzaine de livres sur l'apport de la philosophie dans des domaines variés, allant du langage à la logique, des biais cognitifs à l'humour[4]. Il se spécialise dans l'accompagnement des entreprises et le management via le débat philosophique[5].

Luc de Brabandere poursuit des activités d'enseignement : il enseigne la philosophie à l'Université catholique de Louvain, à la Solvay Business School of Economics and management et à l'École centrale Paris. Il collabore avec l'ETH Zurich dans différents projets.

Il a longtemps collectionné les machines à calculer avant de léguer sa collection à deux entités: le Musée L de Louvain-la-Neuve et le Planétarium de Bruxelles[6].

Idées[modifier | modifier le code]

La créativité pour moteur[modifier | modifier le code]

Pour Luc de Brabandere, « c'est la créativité qui permet à une entreprise d'initier le changement plutôt que de le subir »[7]. L'autre outil indispensable à la créativité étant l'humour, car selon lui, « si une personne comprend comment elle rit, elle comprend comment elle pense »[8].

La philosophie à l'école[modifier | modifier le code]

Luc de Brabandere plaide pour l'intégration de la philosophie dans l'enseignement secondaire[9]. Elle permet, selon lui, d'apprendre à penser, et donc de combattre le populisme[réf. nécessaire].

Écologie[modifier | modifier le code]

En 1978, Luc de Brabandere est pour la première fois candidat sur une liste écologiste. En , il rejoint la liste européenne d'Ecolo où il figure comme 4e suppléant.

Il défend une approche de l'écologie qui tend à la réconcilier avec l'économie. Il est notamment en faveur de l'instauration d'un Prix Nobel de l'Écologie[10].

Humanisme numérique[modifier | modifier le code]

Luc de Brabandere a également écrit sur l'humanisme et ses valeurs dans un monde devenu digital[11],[12], depuis la publication en 1985 de son premier livre intitulé Les Infoducs (par référence à aqueduc ou oléoduc pour évoquer les nouveaux réseaux de télécommunications).

Dans son livre Petite philosophie de la transformation digitale (2019), il essaye de conjuguer humanisme et numérique, et invite à réinventer les métiers essentiels dans un monde devenu numérique, plutôt que de tenter de les numériser : « Le refus philosophique de déléguer 100 % de ce qui fait notre humanité à un ordinateur devra guider l'homme dans la transformation digitale. »[13],[14].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Petite Philosophie des arguments fallacieux, Eyrolles, 2021
  • Les Philosophes dans le métro, Le Pommier, 2e éd., 2019 (avec Anne Mikolajczak).
  • Petite Philosophie de la transformation digitale, Les Belles Lettres, 2019 (avec Gabrielle Halpern).
  • Petite Philosophie des mots espiègles, Eyrolles, 2017 (avec Gabrielle Halpern).
  • Homo Informatix, Le Pommier, 2017.
  • La Valeur des idées, De la créativité à la stratégie en entreprise, Dunod, 2e éd., 2015 (avec Anne Mikolajczak).
  • Petite Philosophie des grandes trouvailles, Eyrolles,2e éd., 2014.
  • La Bonne idée existe!, Eyrolles, 2013 (avec Alan Iny et Gabrielle Halpern).
  • Thinking in New Boxes, Random House, 2013 (avec Alan Iny et Gabrielle Halpern).
  • Les mots et les choses de l'entreprise, Mols, 2012.
  • Pensée magique, pensée logique, Petite philosophie de la créativité, Le Pommier, 2e éd., 2012.
  • Petite Philosophie de nos erreurs quotidiennes, Eyrolles, 2e éd., 2011 (avec Anne Mikolajczak).
  • Petite Philosophie des mathématiques vagabondes, Eyrolles, 2011 (avec Christophe Ribesse).
  • Le Plaisir des idées, Dunod, 4e éd., 2010 (avec Anne Mikolajczak).
  • Balade dans le jardin des grands philosophes, Mols, 2009 (avec Stanislas Deprez).
  • Petite philosophie des histoires drôles, Eyrolles, 2e éd., 2009.
  • The Forgotten Half of Change, Kaplan, 2005.
  • Le Sens des idées, Dunod, 2004 (avec Stanislas Deprez).
  • Machiavel, Erasme et More, Trois philosophes pour les managers d’aujourd’hui, en collaboration avec Jean-Michel Besnier et Charles Handy, Pearson Education France (Village Mondial), 2000.
  • Calculus, les Machines de calcul non électriques, Mardaga, 1994.
  • Le Latéroscope. Systèmes et Créativité, préfacé par Joël de Rosnay, La Renaissance du Livre, 1990 (avec Anne Mikolajczak).
  • Les Infoducs. Un nouveau mot, un nouveau monde, Duculot, 1985 (avec Anne Mikolajczak).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Éric de Bellefroid, « Le sourcier de l'imagination », La Libre,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  2. « Luc de Brabandere, À vélo à Jérusalem », Le Soir,‎ , p. 16-17.
  3. « Luc de Brabandere sur la liste Ecolo pour l'Europe », sur L'Echo, (consulté le )
  4. « Métro, philo, philo… », sur Les Echos, (consulté le )
  5. Francis Lecompte, « L’homme qui pousse les entreprises à se réinventer », Management,‎ 1er septembre 2017..
  6. « La Curta, une ancêtre de la calculette au futur musée de l'UCL », sur www.lavenir.net (consulté le )
  7. « Luc de Brabandere (BCG) : "C'est la créativité qui permet à une entreprise d'initier le changement, plutôt que de le subir », sur www.journaldunet.com (consulté le )
  8. « Entretien de Jean-François Marmion », Le Cercle psy,‎ dec 17/fev 18, p.26-29.
  9. « Luc de Brabandere: «La philo, ce n’est pas penser mieux, c’est penser plus» », sur Le Soir Plus, (consulté le )
  10. « A quand un Prix Nobel d'Ecologie ? », sur Site-LeVif-FR, (consulté le ).
  11. « Penser la transformation digitale », sur Les Echos, (consulté le )
  12. « Comment (ré)agir face aux trois défis d’Internet : comprendre, inventer et décider », La Libre,‎ (lire en ligne, consulté le )
  13. « Comment ne pas subir le monde numérique? Éléments de réponse », La Libre,‎ (lire en ligne, consulté le )
  14. « "Transformation digitale" », sur L'Echo, (consulté le ).

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Éric de Bellefroid, « Petit traité de la mécanique du rire », La Libre Belgique, 29 June 2007 (lire en ligne).
  • Dominique Berns, « C'est l'idée qui fait la différence », Le Soir,‎ (lire en ligne).
  • François Tefnin, «  Un demi-Tintin pour tous !  » (interview), Neuf exposant, no 24, March-April 2005 (archive).
  • Didier Béclard, «  La place de l'humour dans l'entreprise », L'Écho, 17 January 2012 (lire en ligne).
  • Site officiel