Luc Méloua

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Méloua (patronyme).
Luc Méloua
MeluaLucLeMans1975-1.jpg

Luc Méloua -au centre-, 24 Heures du Mans 1975, Equipe Porsche Meznarie

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 73 ans)
ArpajonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Luc Méloua en français, Luc Melua en anglais, ლუქა მელუა en géorgien, né à Paris le 27 décembre 1936 et mort à Arpajon le 17 décembre 2010[1], était un motoriste et un journaliste français. Voisin de l’autodrome de Linas-Montlhéry, à Saint-Germain-lès-Arpajon, il porte très jeune intérêt aux sports mécaniques.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ancien élève de l’Ecole des techniques aéronautiques et de construction automobile (devenue ESTACA[2]), il débute comme journaliste-pigiste à La Gazette de l’Ile-de-France[3] auprès de deux personnalités issues de la Résistance, Yann Poilvet, démocrate-chrétien originaire de Bretagne et Joseph Barsalou, radical-socialiste originaire du Sud-Ouest. Il deviendra quelques années plus tard secrétaire de rédaction à plein temps de l’hebdomadaire et y croisera Jean-Louis Moncet, stagiaire.

Il est nommé commissaire de route, puis commissaire technique aux côtés de Marcel Delaherche au sein de l'Association motocyclecariste de France (AMCF) et de la Fédération française de motocyclisme (FFM) : à ce titre, il office dès la fin des années 1950 au Bol d’or, aux manches de championnat de France et à la course de côte Lapize organisées à l’autodrome de Linas-Montlhéry[4]

Il se spécialise ensuite dans les sports mécaniques pour une revue espagnole, le magazine Sport Auto et la presse régionale -Le Républicain et le Parisien- tout en poursuivant une carrière technique au Centre d’essais en vol de Brétigny-sur-Orge.

En 1973, avec une partie de l'équipe de Sport Auto, Gérard Crombac, Thierry Lalande et Jean-Louis Moncet, il monte en un week-end une voiture de sport livrée en kit[5].

De 1973 à 1988, il publie une série d’ouvrages théoriques et pratiques sur les moteurs thermiques,

  • utilisées pour l'enseignement par les écoles d’ingénieurs et le centre de formation Peugeot de Sochaux-Montbéliard[6],[7],
  • présents dans les bibliothèques techniques et universelles[8],[9],
  • cités par les amateurs[10],[11],[12].

Il s’intéresse aussi à la préparation de moteurs de kart, avec Raymond Mousset au sein du Club de karting deBrétigny-sur-Orge (qui remportera plusieurs fois le championnat de France), de voitures de compétition au sein de plusieurs écuries privées tant en rallye (NSU, puis General Motors[13] avec la pilote Josette d’Anna) qu’en vitesse (24 heures du Mans, Ecurie Louis Meznarie, Porsche) ou de motocyclette avec le japonais Yamaha (vitesse et motocross).

Il crée en 2003 avec Claude Parmentier, et son frère Mirian Méloua, les premières journées franco-géorgiennes de Leuville-sur-Orge sous le patronage de l’ambassade de Géorgie et du Conseil général de l’Essonne[14],[15].


Il meurt le 17 décembre 2010 et est inhumé au carré géorgien du cimetière de Leuville-sur-Orge[16].

Publications[modifier | modifier le code]

  • en 1973 et 1977 (2 éditions), Le gonflage des moteurs, Editions CILAM[17],[18],
  • en 1985 et 1987 (2 éditions), Compresseurs et turbos, la suralimentation, Editions EPA[20],
  • en 1988, avec Geoffrey Howard, Aérodynamique automobile, Editions EPA.
  • de 2007 à 2010, la revue électronique, les Georgian News[21], diffusée à travers le monde en trois langues, français, anglais et géorgien, langue qu’il maîtrise de par l’origine de ses parents[22].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Républicain, Béatrice Gendron, 23 décembre 2010 : « Biographie de Luc Méloua » (consulté le 20 novembre 2014).
  2. Luc Méloua a pour condisciple à l'ESTACA Jean-Pierre Beltoise futur pilote de Formule 1 et Jean-Louis Marnat futur pilote des 24 heures du Mans.
  3. « La Gazette de l'Île-de-France » (consulté le 20 novembre 2014).
  4. Programme de la XIVe Coupe motocycliste du Salon (1958) à l'autodrome de Linas-Montlhéry.
  5. « Philippe Boursin de l’Arc :Une équipe du magazine Sport Auto, Gérard Crombac, Thierry Lalande, Luc Méloua et Jean-Louis Moncet monte une voiture de sport livrée en kit, la Fun Car Liberta Simca, en un week-end, pour 7500 francs » (consulté le 20 novembre 2014).
  6. « Ecoles d'ingénieurs INSA » (consulté le 20 novembre 2014)
  7. « Ecole d'ingénieurs ISAE-ENSMA » (consulté le 20 novembre 2014).
  8. « Bibliothèque municipale de Lyon » (consulté le 20 novembre 2014)
  9. « Bibliothèque technique de base, rubrique Moteurs (Philippe Boursin, 2014) ».
  10. « Luc Méloua : le système de suralimentation de la Lancia Delta » (consulté le 20 novembre 2014)
  11. « Puissance de différents moteurs de Mob » (consulté le 20 novembre 2014)
  12. « Moteur V85 bloc C1J, culasse R18 TLF » (consulté le 20 novembre 2014).
  13. « Henri Greder/Michel d'Anna » (consulté le 20 novembre 2014).
  14. « Journées franco-géorgiennes de Leuville-sur-Orge » (consulté le 20 novembre 2014).
  15. « Le Parisien : Exposition photographique sur la Géorgie, images de Luc Méloua » (consulté le 29 décembre 2016).
  16. « Les tombes géorgiennes du cimetière de Leuville-sur-Orge » (consulté le 4 novembre 2015)
  17. Sport Auto, Gérard Crombac (rédacteur en chef), décembre 1973 : « Habités de la même passion, ces garçons allaient se lancer dans la compétition : Beltoise était le "pilote", Méloua le "préparateur" avec son complice "Papy" Rémondini, le fils du grand ingénieur créateur de la Jonghi »(consulté le 20 novembre 2014)
  18. Le Parisien, H.M., janvier 1973 : « Luc Méloua, lui, est expert en la matière. Technicien réputé, il ne garde pas secrètes ses recettes soigneusement édulcorées. Au contraire, le but de son livre est d’aider ceux qui veulent préparer eux-mêmes leur moteur »(consulté le 18 novembre 2014).
  19. L’Equipe, Jean-Pierre Gosselin, août 1984 : « 'Le grand mérite de ce livre -et de son auteur- est de donner du talent au lecteur. Il ne le prend ni pour un imbécile ni pour un génie des mathématiques »(consulté le 20 novembre 2014)
  20. L’Equipe, Roger Jonquet, (chef de rubrique), septembre 1985 : « Le mot turbo aisé à prononcer cache une réalité technique complexe, en pleine évolution et qu'une minorité de spécialistes appréhende convenablement. Luc Méloua est de ceux-là »(consulté le 20 novembre 2014)
  21. « Les Georgian News » (consulté le 20 novembre 2014).
  22. « La saga des Géorgiens à Saint-Germain-lès-Arpajon » (consulté le 20 novembre 2014).

Source[modifier | modifier le code]