Luc Lallemand

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Luc Lallemand
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Activité
Autres informations
A travaillé pour

Luc Lallemand est un chef d'entreprise belge. Il est président-directeur général de SNCF Réseau depuis le [1],[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Arrière-petit-fils de cheminot[3]. Luc Lallemand termine ses études d'Officier au long cours en 1987 à l’École supérieure de navigation d'Anvers, puis décroche le diplôme d'ingénieur commercial en 1990, à la Haute École Francisco Ferrer, à Bruxelles. Il obtient un diplôme du 3e cycle à l'Institut de Finance internationale et de Cambisme (IFCA) en 1994.[réf. nécessaire]

Luc Lallemand commence sa carrière chez Ahlers Shipping en 1988[4], comme officier de la marine marchande. Quelques mois plus tard, en 1989, il entre au groupe Rossel & Cie en tant que comptable. Il travaillera également chez DHL. En 1991, devient conseiller financier au sein du département Finances de la SNCB unitaire.

À partir de 1995, il occupe divers postes au sein de cabinets ministériels dirigés par des élus socialistes. De 1995 à 1999, il est conseiller budgétaire puis chef de cabinet du Ministre des Transports Michel Daerden; en 1999, il devient chef de cabinet adjoint de la vice-Première ministre Laurette Onkelinx, où il est chargé des finances publiques, des entreprises publiques et des transports[5].

Les chemins de fer[modifier | modifier le code]

En 2002, Luc Lallemand devient directeur général des Finances de la SNCB et de membre du Comité de direction. En 2005, lors de la scission de la SNCB en 3 entreprises, il devient administrateur délégué et président du comité de direction de l'entreprise gestionnaire de l'infrastructure ferroviaire, Infrabel[6].

En 2013, son mandat à la tête d’Infrabel est renouvelé[7].

Le , il est nommé président-directeur général de SNCF Réseau pour un mandat de 4 ans.

Activité à la tête des chemins de fer belges[modifier | modifier le code]

Selon les mots du ministre belge François Bellot, Luc Lallemand a « transformé une compagnie vieillotte façon années 1960 en une entreprise digitale, tournée presque à l'extrême vers l'innovation. Et moins endettée. » En effet, sous sa houlette, le réseau belge a réalisé 20% de gain de productivité entre 2014 et 2019. Il a aussi supprimé un certain nombre d'emploi, faisant passer le nombre de cabines de contrôle de aiguillages de 365 à 9[3].

Autres mandats[modifier | modifier le code]

Luc Lallemand est également administrateur de bpost, président du Conseil d’administration de Vinçotte, administrateur de RATP Dev, RFF (Réseau Ferré de France). Il est président du Conseil d'administration de TUC RAIL et vice-président des EIM (European Rail Infrastructure Managers (en))[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Luc Lallemand », sur SNCF, (consulté le 25 février 2020)
  2. « Luc Lallemand nommé président-directeur général de SNCF Réseau | SNCF Réseau », sur www.sncf-reseau.com, (consulté le 25 février 2020)
  3. a et b Eric Beziat, « Luc Lallemand, le M.Productivité chargé de moderniser le rail français », Le Monde,‎ , p. 18
  4. Lawson, Philippe, Luc Lallemand, sur http://www.lalibre.be/, 31 janvier 2005 (consulté le 14 mai 2014)
  5. Luc Lallemand, Luc Renette, Le Soir, 20 février 2010
  6. « Luc Lallemand », sur http://www.express.be/, (consulté le 16 septembre 2013)
  7. « Lallemand à Infrabel, Van Massenhove à la SNCB », sur http://www.lalibre.be/, (consulté le 7 septembre 2013)
  8. "CEOs of rail infrastructure companies in Europe agree that ERTMS deployment...", sur http://www.europeanrailwayreview.com, 30 mai 2012 (consulté le 15 mai 2014)

Lien externe[modifier | modifier le code]