Luc Dellisse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Luc Dellisse
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Activité

Luc Dellisse (né à Bruxelles, ) est un écrivain de langue française. Romancier, essayiste, poète, dramaturge et scénariste, il a enseigné le scénario de cinéma à la Sorbonne (2005-2014) et à l’École supérieure de réalisation audiovisuelle - Esra (2001-2005), ainsi qu’à l’Université libre de Bruxelles - ULB (2005-2018).

Biographie[modifier | modifier le code]

Durant la première partie de sa carrière, Luc Dellisse a rédigé des scénarios de bande dessinée, des scénarios de courts métrages et pour la télévision et plusieurs pièces de théâtre. Depuis le début des années 2000, il se concentre sur la littérature. Son œuvre de fiction prend la forme d’une fresque d'autobiographie fictive qui comprend à ce jour six romans et deux recueils de nouvelles.  Le ton de la plupart de ses récits est celui de la confession, mais l’atmosphère de deux des romans est celle de comédies satiriques. Un d’entre eux évoque un avenir imaginaire où la crise financière de 2008 aurait été plus catastrophique encore que dans la réalité (2013).

Luc Dellisse a par ailleurs publié un recueil d’articles de critique littéraire, Le Feu central, suite de courtes monographies très personnelles sur neuf auteurs français du xixe siècle, dont Gérard de Nerval, Victor Hugo et Pierre Louÿs, une monographie sur les relations de celui-ci et d’André Gide[1], ainsi que deux essais originaux sur le scénario formulant, au-delà de considérations techniques, le premier l’idée du caractère scénarisé de la vie, le second celle du scénario comme création littéraire. Ses deux plus récents essais sont organisés en courts textes de réflexion à forte composante autobiographique sur, respectivement, la liberté dans un monde où elle est menacée (Libre comme Robinson)[2] et la condition d’écrivain aujourd’hui (Un sang d’écrivain).  

Œuvres[modifier | modifier le code]

Bande dessinée[modifier | modifier le code]

Dellisse est le scénariste de ces bandes dessinées, et son collaborateur le dessinateur.

  1. Le Milieu du ciel, 1994.
  2. La Nuit comme un cheval arabe, 1995.
  3. Les Faux Jumeaux, 1996.
  1. L'Étincelle, 1996.
  2. Clandestin, 1996.
  3. Hong Kong Machine, 1997.
  4. Le Dernier Nobel, 1998.
  5. Les Jardins de Magellan, 1998.
  • Waldeck, avec Thierry Gioux, Glénat, coll. « Grafica » :
  1. Le Jaguar éternel, 1998[3].
  2. L'Idole aux yeux vides, 2000.

Romans, Nouvelles[modifier | modifier le code]

  • La Fuite de l’Éden, L'Harmattan, 2004
  • Le Jugement dernier, Les Impressions Nouvelles, 2007
  • Le Testament belge, Les Impressions Nouvelles, 2008
  • Le Professeur de scénario, Les Impressions Nouvelles, 2009
  • Les Atlantides, Les Impressions Nouvelles, 2011
  • 2013 Année-terminus, Les Impressions Nouvelles, 2012
  • L’Amour et puis rien, L’herbe qui tremble, 2017
  • Le Sas, Traverse, 2019

Essai[modifier | modifier le code]

  • Le Feu central, L'Harmattan, 2005
  • L’Invention du scénario, Les Impressions Nouvelles, 2006, édition revue et augmentée, 2014
  • L'Atelier du scénariste, Les Impressions Nouvelles 2009
  • Le Tombeau d'une amitié. André Gide et Pierre Louÿs, Les Impressions Nouvelles 2013
  • Le Policier fantôme, Espace Nord, 2017
  • Libre comme Robinson, Les Impressions Nouvelles, 2019
  • Un sang d’écrivain, La Lettre volée, 2020

Poésie[modifier | modifier le code]

  • Baptême du feu, L'Harmattan, 1999
  • Guerre sur terre, L'Harmattan, 2000
  • Gibier de nuit, Le Cormier, 2000
  • Signes des neiges, Librairie Racine, 2001
  • Premier Jour dans l'autre monde, Le Cormier, 2001
  • Ciel ouvert, Le Cormier, 2012
  • Sorties du Temps, Le Cormier, 2015
  • Cases départ, Le Cormier, 2018
  • Le cercle des îles, Le Cormier, 2020

Références[modifier | modifier le code]

  1. « André Gide et Pierre Louÿs : une amitié vouée à l’échec », Books (blog),‎ (lire en ligne)
  2. « La Tête d'affiche : Luc Delisse pour l'ouvrage "Libre comme Robinson" », sur RTBF,
  3. Laurent Mélikian, « Mangez-moi », BoDoï, no 10,‎ , p. 42.

Liens externes[modifier | modifier le code]