Luc Bouchard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bouchard.
Luc Bouchard
Biographie
Naissance (66 ans)
Cornwall, Ontario
Ordination sacerdotale
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale
Dernier titre ou fonction Évêque de Trois-Rivières
Évêque de Trois-Rivières, Québec
Depuis le
Précédent Mgr Martin Veillette
Évêque de Saint-Paul, Alberta

Blason
« Ut Vitam Habeant » (Jn 10,10)
(« Pour qu'ils aient la Vie »)
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Mgr Luc Bouchard[1] ou Luc A. Bouchard[2] ou Luc-André Bouchard, né le à Cornwall en Ontario, est un théologien, professeur et homme d'Église ontarien, albertain et québécois. Il a été nommé évêque du diocèse de Trois-Rivières le [3]. L'inauguration de son ministère pastoral comme nouvel évêque de Trois-Rivières a eu lieu le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de Gaston Bouchard et de Lucienne Morin, Luc Bouchard a étudié au Conservatoire royal de musique de Toronto, où il obtient un certificat Grade X Pianoforte en 1968, puis à l'Université d'Ottawa, où il obtient son bacc ès art en 1971, et enfin au Collège dominicain de philosophie et de théologie d'Ottawa, où il obtient un bacc en théologie en 1974, sa maîtrise en théologie et sa licence en théologie en 1977.

Il a été ordonné prêtre le .

Il a étudié aussi en Écriture sainte à l'Institut biblique pontifical à Rome, où il a obtenu sa licence en 1983, et à l'École biblique et archéologique française de Jérusalem, en Israël, où il a obtenu son Diplôme d'élève en 1981[4].

Après ses études et son ordination, l'abbé Luc Bouchard a œuvré au sein de différentes paroisses du diocèse d'Alexandria-Cornwall : Assistant-pasteur à la co-cathédrale de la Nativité de la Bienheureuse Vierge Marie, à Cornwall, en 1976-1979 et 1984-1986, administrateur en 1986 puis recteur en 1986-1987; Assistant à la paroisse Sainte-Thérèse-de-Lisieux, à Cornwall, en 1983; pasteur à la paroisse Saints-Martyrs Canadiens, à Cornwall, en 1987-1990, et à la paroisse Sacré-Cœur, à Alexandria[Lequel ?], en 1994-1999.

En même temps, il a enseigné au Grand séminaire de Montréal en 1985-1990. Membre de l’équipe de formation du Séminaire Saint-Joseph d’Edmonton en 1990-1994 et en 1999, il en était devenu le directeur en 1999-2000 puis recteur en 2000-2001, poste qu’il occupait au moment de sa nomination comme évêque de Saint-Paul en Alberta, le . Il a reçu la consécration épiscopale le des mains de Mgr Thomas Christopher Collins, archevêque d'Edmonton[5].

Au sein de la Conférence des évêques catholiques du Canada, Mgr Bouchard a été membre du Conseil permanent et de plusieurs commissions, dont président de la Commission épiscopale de théologie. En 2008, il fut l'un des délégués canadiens au Synode à Rome. Actuellement, il est membre de la Commission épiscopale de la doctrine.

Le , Benoît XVI le nomme évêque de Trois-Rivières, pour succéder à Mgr Martin Veillette. Sa prise en charge officielle du siège épiscopal a eu lieu le .

Devise épiscopale[modifier | modifier le code]

  • Ut Vitam Habeant, "Pour qu'ils aient la Vie" (Jn 10, 10)

Sables bitumineux[modifier | modifier le code]

Lorsqu'il était évêque de Saint-Paul en Alberta, Mgr Bouchard publia le 25 janvier 2009 une lettre pastorale dans laquelle il souligna que l'exploitation des sables bitumineux allait à l'encontre d'une bonne gestion de la création : «Je suis obligé de conclure que l'intégrité de la création dans le dossier des sables bitumineux est clairement sacrifiée pour des gains économiques. Les propositions de développer davantage les sables bitumineux posent un sérieux problème moral». Dans sa lettre, il propose dix conditions à ce développement.

Tournant missionnaire[modifier | modifier le code]

Depuis qu'il est évêque de Trois-Rivières au Québec, Mgr Bouchard a proposé le 29 août 2014 un projet de tournant missionnaire dans son diocèse[6]. «Je souhaite engager l'Église de Trois-Rivières dans un processus collégial et synodal, caractérisé par l'humilité, la lucidité et la transparence», écrit l'évêque qui propose de revoir la «manière de faire Église», de donner «la priorité aux communautés de baptisés plutôt que sur les bâtisses», de «mieux incarner la présence du Christ à notre monde». Sa lettre est adressée à «ses confrères dans le ministère et ses collaborateurs», à qui il demande de tout mettre sur la table, tant la façon de concevoir les communautés chrétiennes des paroisses qu'aussi «le gouvernement pastoral du diocèse.»

Lettres pastorales[modifier | modifier le code]

Comme évêque de Saint-Paul en Alberta :

  • 2009 : Mgr Luc Bouchard, «A Pastoral Letter on The Integrity of Creation and the Athabasca Oil Sands to The Faithful of the diocese of St. Paul on The Occasion of the Jubilee Year in Honour of St. Paul», Diocèse de Saint-Paul, Alberta, 25 janvier 2009[7].

Comme évêque de Trois-Rivières :

  • 2013 : Mgr Luc Bouchard, «Perspectives d’espérance pour le diocèse de Trois-Rivières, Lettre pastorale adressée aux fidèles du diocèse», Diocèse de Trois-Rivières, Pâques 31 mars 2013, 18 pages. Note : Il s'agit de sa première lettre pastorale comme évêque de Trois-Rivières.
  • 2015 : Mgr Luc Bouchard, «Lettre pastorale aux fidèles du Diocèse de Trois-Rivières à l’occasion du jubilé de la miséricorde (8 décembre 2015 – 20 novembre 2016) décrété par le pape François», Diocèse de Trois-Rivières, Fête de la Toussaint, 1er novembre 2015, 7 pages. Note : Il s'agit de sa deuxième lettre pastorale. À cette lettre est annexée le document suivant, dont il est aussi l'auteur : «Note explicative : Porte sainte et indulgence de l’Année de la miséricorde, de quoi s’agit-il ?»
  • 2015 : Mgr Luc Bouchard, «Décret de promulgation : Indulgence à l’occasion du jubilé extraordinaire de la miséricorde», Diocèse de Trois-Rivières, Fête de la Toussaint, 1er novembre 2015, 1 page.

Autres publications[modifier | modifier le code]

  • 1991 : Luc Bouchard, «[Atelier] 3. Le mariage chrétien face au monde juif et gréco-romain», Québec, terre d'évangile? : les défis de l'évangélisation dans la culture contemporaine, Semaine de réflexion et colloque de théologie du centre de formation théologique (20, 21, 22 septembre 1990, Grand séminaire de Montréal), Collection Communautés et ministères, Montréal, Éditions Bellarmin, 1991, p. 123-156, suivi de : Marc Picheé, «Aperçu des questions et réponses», p. 156-159 (ISBN 2-89007-721-7)

Généalogie[modifier | modifier le code]

  • Dixième génération des Bouchard au Québec[8]

Mgr Luc Bouchard, prêtre, fils de Gaston Bouchard et de Lucienne Morin

  • Neuvième génération

Gaston Bouchard, fils de Joseph Bouchard et Marie-Louise Gobeil, et Lucienne Morin, fille de Henri Morin et Yvonne Landriault, mariés le en la basilique Notre-Dame de Montréal

  • Huitième génération

Joseph Bouchard, fils de Joseph Bouchard et Emma Saulnier, et Marie-Louise Gobeil, fille de Samuel Gobeil et Arzélie Labonne, mariés le en l'église Saint-Pierre, à La Patrie, dans la région de l'Estrie

  • Septième génération

Joseph Bouchard (1836- ), fils de Abraham Bouchard et Ursule Allard, et Emma Saulnier dit Lacouline (1842- ), fille de Cajétan Saulnier dit Lacouline et Ursule Bluteau, mariés le en l'église Saints-Pierre-et-Paul, à Baie-Saint-Paul, dans la région de Charlevoix

  • Sixième génération

Abraham Bouchard (1806-1850), fils d'André Bouchard et Dorothée Gauthier dit Larouche, et Ursule Allard (1807-1879), fille de Joseph-Marie Allard et Marie-Antoinette Dorval, mariés le en l'église Saints-Pierre-et-Paul, à Baie-Saint-Paul, dans la région de Charlevoix

  • Cinquième génération

André Bouchard (1777-1868), fils de François-Xavier Bouchard et Marie-Angélique Desbiens, et Dorothée Gauthier dit Larouche (1778-1845), fille de Louis Gauthier dit Larouche et Dorothée Bouchard, mariés le en l'église Saints-Pierre-et-Paul, Baie-Saint-Paul, dans la région de Charlevoix

  • Quatrième génération

François-Xavier Bouchard (1738-1814), fils de Jean-Baptiste Bouchard et Marie-Catherine Tremblay, et Marie-Angélique Desbiens (1738-1821), fille d'Étienne Desbiens et Suzanne Royer, mariés le en l'église Saints-Pierre-et-Paul, à Baie-Saint-Paul, dans la région de Charlevoix

  • Troisième génération

Jean-Baptiste Bouchard (1707-1778), fils d'Antoine Bouchard et Marie-Madeleine Simard, et Marie-Catherine Tremblay (1717-1810), fille d'Étienne Tremblay, seigneur des Éboulements, et Marie Fortin, mariés le en l'église Notre-Dame-de-l'Assomption-de-la-Sainte-Vierge, à Les Éboulements, dans la région de Charlevoix

  • Deuxième génération

Antoine Bouchard (1682-1759), fils de Claude Bouchard et Louise Gagné, et Marie-Madeleine Simard dit Lombret (1689-1769), fille de Noël Simard dit Lombret et Madeleine Racine, mariés le en l'église Saints-Pierre-et-Paul, à Baie-Saint-Paul, dans la région de Charlevoix

  • Première génération, pionniers québécois

Claude Bouchard dit Le Petit Claude (né vers 1626, décédé en 1699), originaire de Saint-Côme-de-Var, évêché de Le Mans dans l'ancienne province du Maine (actuel département de la Sarthe), tailleur d'habits, fils de Jacques Bouchard et Noëlle Touschard, et Louise Gagné (née en 1642, décédée en 1721), originaire de Saint-Martin d'Igé au Perche, fille de Louis Gagné et Marie Michel, mariés le à Sainte-Anne-de-Beaupré, inscrit dans le registre de l'église Notre-Dame de Québec. Après avoir habité sur la Côte-de-Beaupré, le couple s'installe à Petite-Rivière-Saint-François. Ils eurent douze enfants[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nom utilisé dans le communiqué de presse du diocèse de Trois-Rivières du 2 février 2012 et à l'inauguration de son ministère pastoral le 26 mars 2012. À ne pas confondre avec l'abbé Luc Bouchard, prêtre du diocèse de Saint-Jérôme.
  2. Nom utilisé dans le site web officiel du diocèse Saint-Paul, Alberta.
  3. VIS Nouvelles, Salle de presse du Saint-Siège. Selon le communiqué de presse émis par le Service des communications du diocèse de Trois-Rivières, Mgr Martin Veillette en a été informé la veille, le 1er février 2012.
  4. Grand séminaire de Montréal. Québec, terre d'évangile? Page 123.
  5. Biographie sur le site web officiel de la Conférence des évêques catholiques du Canada.
  6. Sa lettre du 29 août 2014 a été adressée à ses «confrères dans le ministère» et à ses «collaborateurs et collaboratrices», c'est-à-dire aux «prêtres, diacres, agents et agentes de pastorale laïques, membres d’équipes et de trios pastoraux, membres du Conseil presbytéral et du Conseil diocésain de pastorale», selon l'intitulé et l'ouverture de sa lettre. Le projet du tournant missionnaire a été lancé lors de la rencontre de lancement de l'année pastorale, à Shawinigan le 3 septembre 2014. (Source : Journal Le Nouvelliste, 3 septembre 2014). Ce projet de tournant missionnaire en Mauricie prend racine sur trois événements : Le Synode de 2012 sur "La nouvelle évangélisation pour la propagation de la foi chrétienne", l’Exhortation apostolique "La Joie de l’Évangile" (Evangelii Gaudium) publiée par la suite par le pape François, et la session d'études sur le sujet, organisée par l’Assemblée des évêques catholiques du Québec et réunissant les évêques accompagnés de leurs proches collaborateurs et collaboratrices, à Trois-Rivières les 12 et 13 mars 2014. Cette session d'études «avait pour objectifs de cerner en quoi La Joie de l’Évangile soutient ou apporte du neuf dans les efforts d’évangélisation, et de faire le point sur les choix à faire ou déjà faits pour permettre à l’Église au Québec et aux communautés chrétiennes de vivre une transformation missionnaire.» (Source : http://www.eveques.qc.ca/ le 26 janvier 2016)
  7. Disponible en ligne : Document PDF disponible en ligne / Voir aussi : Louis-Gilles Francoeur, «Un évêque albertain contre les sables bitumineux», Le Devoir, 2 février 2009, [en ligne], http://www.ledevoir.com/societe/ethique-et-religion/230888/un-eveque-albertain-contre-les-sables-bitumineux
  8. Compilation par René Beaudoin à partir de la base de données généalogiques BMS2000, le 3 février 2012.
  9. Sur l'ancêtre Claude Bouchard dit Le Petit Claude, voir Michel Langlois, Dictionnaire biographique des ancêtres québécois (1608-1700), Québec, La Maison des ancêtres, 1998, p. 234-235 (ISBN 2-9800305-4-6)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]