Luc-Adolphe Tiao

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tiao.
image illustrant un homme politique image illustrant une personnalité image illustrant burkinabé
Cet article est une ébauche concernant un homme politique et une personnalité burkinabé.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Luc-Adolphe Tiao
Image illustrative de l'article Luc-Adolphe Tiao
Fonctions
Premier ministre du Burkina Faso

(3 ans 6 mois et 12 jours)
Président Blaise Compaoré
Prédécesseur Tertius Zongo
Successeur Isaac Zida
Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire du Burkina Faso en France

(2 ans 7 mois et 3 jours)
Président Blaise Compaoré
Successeur Yemdaogo Éric Tiaré
Biographie
Nom de naissance Beyon Luc-Adolphe Tiao
Date de naissance (62 ans)
Lieu de naissance Tenkodogo (AOF)
Nationalité burkinabé
Parti politique Congrès pour la démocratie et le progrès
Profession Journaliste, diplomate

Luc-Adolphe Tiao
Premiers ministres du Burkina Faso

Luc-Adolphe Tiao, né le à Tenkodogo, est un diplomate et homme d'État burkinais, Premier ministre du au .

Biographie[modifier | modifier le code]

Luc-Adolphe Tiao suit des études de journalisme à l'université de Dakar, dont il sort diplômé en 1980.

En 1988, il participe à la fondation de l'Association des journalistes du Burkina Faso, qu'il préside jusqu'en 1990. En 1992, Tiao est nommé attaché de presse de l'ambassade du Burkina en France. À partir de 1997, il est chargé de mission en communication auprès du Premier ministre, avant d'être président du Conseil supérieur de la communication de 2001 à 2008, date à laquelle il retourne à Paris, cette fois en tant qu'ambassadeur. Il reste en poste jusqu'à sa nomination au poste de Premier ministre en avril 2011[1].

Le , à la suite d'un soulèvement populaire à Ouagadougou, le gouvernement est dissous[2].

Le , après son retour de Côte d'Ivoire où il était en exil depuis deux ans, Tiao est inculpée pour « assassinats »[3].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Anthony Nataf, « Un Premier ministre nommé », 20 minutes, 20 avril 2011
  2. « L'armée prend le pouvoir au Burkina Faso après trois jours d'émeutes », RTS Info, 31 octobre 2014
  3. « Arrestation et inculpation de l'ex-Premier ministre burkinabè Luc-Adolphe Tiao - RFI », sur RFI Afrique (consulté le 17 septembre 2016)

Article connexe[modifier | modifier le code]