Luba Jurgenson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jurgenson.
Luba Jurgenson
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalités
Activités
Autres informations
A travaillé pour

Luba Jurgenson[1], née le (60 ans) à Moscou (Union soviétique)[2], est une femme de lettres francophone d'origine estonienne et de culture russe[3], qui a émigré en 1975 (à 16 ans) à Paris. Elle est également traductrice, universitaire et codirectrice (avec Anne Coldefy-Faucard) de la collection « Poustiaki » aux éditions Verdier[4].

Biographie[modifier | modifier le code]

Luba Jurgenson est agrégée de russe (1997) et titulaire d’un doctorat d'études slaves (2001). Elle est maître de conférences en littérature russe à l'Université Paris IV-Sorbonne. Son champ de recherche est celui de la littérature des camps[5].

Elle a été pensionnaire de la Villa Médicis en 1987-1989.

Traductions[modifier | modifier le code]

Ses traductions les plus connues sont les suivantes :

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Les Russes et la Traversée du siècle
  • Soljenitsyne et le Destin russe
  • Le Soldat de papier[8]
  • Une autre vie
  • La Dourova
  • Boutique de vie
  • Moscou
  • Le Serpent bleu
  • Lettres à un ami, correspondance avec Isaac Glikman
  • La Belle de Moscou
  • Mère et fils
  • Avoir sommeil
  • Le Chamane
  • Tolstoï
  • Éducation nocturne
  • L'Autre
  • À la recherche de l'argent perdu
  • L'expérience concentrationnaire est-elle indicible ?
  • Création et Tyrannie : URSS 1917 - 1991, Éditions Sulliver, Cabris, 2009, 192 p., (ISBN 978-2-35122-053-5)
  • Au lieu du péril, 2014, Éditions Verdier, Lagrasse, (ISBN 978-2-86432-768-4)[9]
  • Le Goulag. Témoignages et archives, édition établie, annotée et présentée par Luba Jurgenson et Nicolas Werth, Robert Laffont, Bouquins, 2017, 1152 p.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Murielle Lucie Clément, Écrivains franco-russes, Faux titre, 2008, p. 200
  • Axel Gasquet, Écrivains multilingues et écritures métisses…, Presses universitaires Blaise-Pascal, 2007, p. 14, 181-188

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. en estonien Ljuba Jürgenson, en russe Люба (ou Любовь) Юргенсон.
  2. Murielle Lucie Clément, Écrivains franco-russes, Faux titre, 2008, p. 13.
  3. http://www.ina.fr/audio/PHD99237530 Radioscopie de Jacques Chancel le
  4. 17 pages lui sont consacrées dans l'ouvrage de Murielle Lucie Clément, Écrivains franco-russes, Faux titre, 2008, p. 200 à [?][Combien ?].
  5. Entretien avec Luba Jurgenson (Petra James et Nicolas Litvine).
  6. http://www.sudoc.abes.fr//DB=2.1/SET=2/TTL=1/SHW?FRST=3
  7. Ida Junker, Le Monde de Nina Berberova, L'Harmattan, 2012, p. 283.
  8. Murielle Lucie Clément, Écrivains franco-russes, Faux titre, 2008, p. 200. Voir aussi la critique de Nicole Zand dans Le Monde daté du 8 septembre 1989.
  9. (fr) « Les deux corps du bilingue », Critique de Pierre Assouline du livre « Au lieu du péril » dans la République des Livres (consulté le 21 décembre 2014).