Lu Shaye

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Lu Shaye
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonctions
Ambassadeur de Chine en France
depuis
Ambassadeur de Chine au Canada (d)
-
Luo Zhaohui (d)
Cong Peiwu (en)
Ambassadeur de Chine au Sénégal (d)
-
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (57 ans)
NankinVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
卢沙野Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Université des affaires étrangères de Chine (en)
Nanjing Foreign Language School (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Autres informations
Parti politique

Lu Shaye (卢沙野 lú shāyě), né en à Nankin, est un diplomate chinois actuellement ambassadeur de Chine en France.

Carrière[modifier | modifier le code]

Il nait en 1964 dans à Nankin, dans la province du Jiangsu. Issu de la classe instruite, ses parents étaient médecins spécialisés dans la santé publique[1] au sein de la compagnie du chemin de fer de Nankin. Il échappe de peu au séjour en camp de rééducation durant la révolution culturelle, alors que son père fait un séjour en prison. Lorsqu'il entre au collège, la révolution culturelle est terminée. Francophile, il étudie le français au collège des langues étrangères de Nankin. Il a 15 ans en 1979, lorsque Deng Xiaoping lance les réformes d’ouverture. Il passe le Gaokao puis échoue à intégrer le département de littérature européenne de l'université de Pékin, mais est admis à l'Université des affaires étrangères de Chine (en)[2].

Entre 1988 et 1991 il est attaché à l'ambassade de Chine en République de Guinée[3].

De 2005 à 2009, il est ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République populaire de Chine en République du Sénégal. De 2009 à 2014, il est directeur général d'Afrique du ministère des Affaires étrangères. Il est maire adjoint de Wuhan de 2014 à 2015, capitale de la province du Hubei. De 2016 à 2019, il est ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République populaire de Chine au Canada[3], puis ambassadeur en France et à Monaco depuis juillet 2019.

Ambassadeur au Canada[modifier | modifier le code]

Lu Shaye dénonce « l'égoïsme occidental » et le « suprémacisme blanc » reprochant au gouvernement canadien et à ses alliés de s'intéresser au devenir de deux Canadiens arrêtés en Chine, mais pas à celui de Meng Wanzhou, directrice financière et fille du fondateur du groupe chinois Huawei, arrêtée au Canada[4]. Lu Shaye critique par ailleurs les journalistes canadiens « une profession pour laquelle les dirigeants communistes chinois ont très peu de considération » et conseille aux autorités canadiennes de négocier un accord de libre-échange avec la Chine plutôt que de « se prosterner devant les journalistes canadiens préoccupés par les droits de l'homme ». Lu Shaye préconise de dissocier les problèmes économiques et commerciaux de la défense des droits de l'Homme[5],[6].

Ambassadeur en France[modifier | modifier le code]

En tant qu'ambassadeur de Chine en France, il se distingue par son discours offensif et ses déclarations polémiques. Lu Shaye accuse le personnel soignant des Ehpad d'avoir au début de la pandémie de Covid-19 en France « abandonné leurs postes du jour au lendemain (...) laissant mourir leurs pensionnaires de faim et de maladie ». Ceci lui vaut une convocation par le ministre français des affaires étrangères ; c'est alors la première fois depuis les manifestations de la place Tian'anmen en 1989 qu'un ambassadeur chinois est convoqué par le Quai d'Orsay[7],[8]. L'ambassadeur explique ultérieurement que son intervention ne concerne pas la France[9] mais l’Espagne, où des personnes décédées dans des établissements similaires ont été retrouvées par l'armée[10].

En mars 2021, il prend pour cible le chercheur français Antoine Bondaz, chargé de recherche à la Fondation pour la recherche stratégique (en)[11]. Antoine Bondaz envoie au compte diplomatique Twitter de Lu Shaye le message « un gros, gros bisous à vous qu’ainsi qu’à vos trolls » en référence aux comptes Twitter pro-Pékin qui relaient le message des autorités chinoises[9]. Lu Shaye lui répond en le qualifiant de « petite frappe » et de « hyène folle ». La réponse de l’ambassadeur entraîne une protestation et désapprobation du ministère des affaires étrangères français, ainsi que (selon Le Monde) le « soutien [à Antoine Bondaz] de députés français de tous bords au Parlement européen »[9],[12],[13],[14],[15]. Dans un entretien donné simultanément au magazine chinois Guancha et au quotidien français L’Opinion, il assume son étiquette de « loup combattant » face aux « hyènes folles », en soulignant que l'important est de plaire à ses compatriotes chinois, quitte à mener une véritable guerre de l'opinion au niveau international[16].

Analyses[modifier | modifier le code]

Il est parfois qualifié de « loup combattant » et incarne « le nouveau visage d’une diplomatie chinoise décomplexée face à l'Occident », fer de lance en Europe d'une « nouvelle génération de diplomates chinois qui mènent une guerre médiatique contre tous ceux qui critiquent la politique de Pékin »[17],[18]. Pour l'universitaire François Godement, la Chine applique une diplomatie plus agressive, ainsi il existe « une espèce de compétition entre les diplomates chinois pour être celui qui va le plus loin, le plus fort et il n'y a pas de doute sur le fait que Lu Shaye soit en tête »[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Ambassadeur de Chine sans filtre ? Lu Shaye [EN DIRECT] » (consulté le )
  2. Clara Arnaud, « Lu Shaye : un destin africain », Jeune Afrique,
  3. a et b « Curriculum Vitae de l'Ambassadeur », sur Ambassade de Chine en France,
  4. Chine : Lu Shaye, l'ambassadeur guère diplomate qui dérange le Quai d'Orsay LCI, 23 mars 2021
  5. Kelly McParland China's ambassador has a simple message « give us what we want » National Post, 27 mai 2019
  6. Influential, misinformed Canadian media hurts China-Canada relations: envoy National Observer (Canada) (en), 4 juillet 2017
  7. M.O., « Qui est Lu Shaye, « loup guerrier » et ambassadeur chinois en France ? », dans L'Obs, le 24 mars 2021, consulté sur www.nouvelobs.com le 15 avril 2021
  8. a et b Chercheur insulté par l'ambassadeur de Chine : Lu Shaye est "coutumier du fait", dit un spécialiste RTL, 23 mars 2021
  9. a b et c « Quand l'ambassade de Chine se déchaîne contre un chercheur français », sur France 24, 22 mars 2021 auteur= sébastian seibt
  10. « Coronavirus : La France entend être « respectée » par la Chine, affirme Jean-Yves Le Drian », 20 minutes,‎ (lire en ligne, consulté le )
  11. Coline Daclin, « Qui est Lu Shaye, l’ambassadeur de Chine en France, qui met à mal la diplomatie ? », sur RTL,
  12. « L’ambassadeur de Chine en France convoqué par le Quai d’Orsay après des propos insultants », lemonde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  13. Nathalie Guibert, « « Petite frappe » : quand l’ambassade de Chine à Paris s’en prend à un chercheur français », dans Le Monde, le 19 mars 2021, consulté sur www.lemonde.fr le 19 mars 2021
  14. « Qui est Lu Shaye, « loup guerrier » et ambassadeur chinois en France ? », sur L'Obs (consulté le )
  15. « Chercheur français insulté : Lu Shaye est "coutumier du fait", explique Godement », sur RTL.fr (consulté le )
  16. « L’ambassadeur de Chine en France et « la guerre de l’opinion publique » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  17. « Lu Shaye, l’ambassadeur qui fait dérailler la diplomatie entre Paris et Pékin », sur Le Figaro,
  18. « Qui est Lu Shaye, ambassadeur de Chine en France, "loup combattant" de la diplomatie chinoise ? », sur France Info,

Lien interne[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]