Loyauté

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l'épisode de la série télévisée, voir Loyauté (Angel).

La loyauté est une qualité morale. La loyauté est le dévouement envers ses engagements (cause, personne) et à obéir aux règles de probité.

Dans le confucianisme[modifier | modifier le code]

La loyauté confucéenne se trouve dans le complexe fidélité-rectitude des relations sociales. Elle se rapporte aussi à la fiabilité (relation intention-réalisation) et la crédibilité. La loyauté confucéenne exclut la tromperie et le mensonge.

Dans les thérapies familiales[modifier | modifier le code]

La loyauté est définie par rapport à un système relationnel qui relie un individu à un autre ou à un groupe. Dans le cadre des thérapies familiales il s'agit d'une fidélité inconditionnelle à respecter les règles d'une famille.
Selon Judith Ollié-Dressayre et Dominique Mérigot[1]la loyauté est l'expression d'une reconnaissance à l'égard du lien, un témoignage du caractère fondamental et significatif de ce lien. Si le lien est pervers, les loyautés sont confuses et rigides et les affiliations extra-familiales seront difficiles à élaborer. C'est le cas par exemple des liens qui reposent sur des non-dits, des secrets de famille, des "fantômes", des loyautés transgénérationnelles indéchiffrables.
Suivant Iván Böszörményi-Nagy, le concept de loyauté est un ensemble d'expectatives et d'injonctions familiales intériorisées. Il est inséparable des concepts de confiance et de légitimité.

Selon Karine et Thierry Albernhe[2], les loyautés sont définies par des caractéristiques, des formes et une dynamique particulière dans le cas du conflit de loyauté.

Parmi les caractéristiques :

  • elle n'est pas un concept philosophique ou moral, ni un concept normatif,
  • elle est réelle (exemple de la dépendance des enfants envers les parents)
  • elle n'est pas un simple attachement, mais plus un enracinement affectif, constitutif de l'identité
  • elle a une dimension transgénérationnelle
  • elle est invisible dans le sens de caché ou inconscient
  • elle repose sur les concepts de mérites acquis, de dette et de confiance
  • elle transcende les inimitiés intrafamiliales

Parmi les différentes formes de loyauté :

  • la loyauté verticale (parents-enfants par exemple), asymétrique, irrésistible
  • la loyauté horizontale (entre amis par exemple), égalitaire, choisie
  • les loyautés clivées (un enfant parentifié par exemple)

Les conflits de loyauté : lorsqu'une loyauté verticale s'oppose à une loyauté horizontale, un choix s'impose, mobilisateur d'affects et d'énergie. Lorsque ce choix est inconscient il s'effectue sous forme de passage à l'acte.

Doubles loyautés[modifier | modifier le code]

Sous la Troisième République, les catholiques sont peu républicains, jusqu'au ralliement de Léon XIII, ils sont généralement monarchistes.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ivan Boszormenyi-Nagy et Geraldine M. Spark, Invisibles loyalties: reciprocity in Intergenerational Family Therapy. New York: Harper & Row, 1973.
  • Ivan Boszormenyi-Nagy, « La confiance comme base thérapeutique : la méthode contextuelle », Dialogue, no 111, 1991 p. 3-20.
  • Catherine Ducommun-Nagy, Ces loyautés qui nous libèrent, Jean-Claude Lattès, 2006 [1]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Judith Ollié-Dressayre & Dominique Mérigot Le génogramme imaginaire, esf éditeur
  2. Karine et Thierry Albernhe les thérapies familiales systémiques, Masson, 2004, (ISBN 2294015029)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]