Loyauté

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La loyauté est une qualité morale. La loyauté est le dévouement envers ses engagements (cause, personne) et à obéir aux règles de probité.

Dans le confucianisme[modifier | modifier le code]

La loyauté confucéenne se trouve dans le complexe fidélité-rectitude des relations sociales. Elle se rapporte aussi à la fiabilité (relation intention-réalisation) et la crédibilité.[incompréhensible] La loyauté confucéenne exclut la tromperie et le mensonge.

Dans les thérapies familiales[modifier | modifier le code]

En psychologie de la famille, la loyauté est définie par rapport à un système relationnel qui relie un individu à un autre ou à un groupe. Dans le cadre des thérapies familiales il s'agit d'une fidélité inconditionnelle à respecter les règles d'une famille.

Droit[modifier | modifier le code]

Dans son ouvrage La Mise en scène de la vie quotidienne, le sociologue Erving Goffman explique que les membres de groupes humains respectent fréquemment les règles de loyauté de groupes auquel ils sont en relation, mais auquel il n'appartiennent pas. Par exemple, il arrive que les employés d'un commerce soient plus loyaux avec leurs clients qu'avec leur patron. Ces dérives, du point de vue du groupe original, sont souvent portées par des liens d'amitié. Le groupe original tentera de les empêcher. Il changera fréquemment le commercial de poste. Il interdira le pourboire, qui risque de créer des relations parasites avec un client trop généreux. Cette solution est aussi appliquée aux ministres ou aux directeurs de banques, en modifiant leurs attributions. Surtout, le groupe original va tenter de développer parmi ses membres un haut niveau de loyauté. Il attribuera une image de barbare aux autres, aux extérieurs, et à partir de là ses membres seront perméables à toute duperie, sous prétexte de rester loyal à son groupe. Les Thugs, une confrérie d'assassins professionnels, sont un exemple extrême de ce processus, qui drapaient leurs forfaits de religion et de philosophie. /[1].

Droit des sociétés[modifier | modifier le code]

En droit des sociétés québécois, l'administrateur a un devoir de loyauté envers la personne morale (art. 322 du Code civil du Québec)[2].

Droit du travail[modifier | modifier le code]

En droit du travail québécois, le salarié a un devoir de loyauté envers son employeur (article 2088 du Code civil du Québec[3]).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Erving Goffman (trad. Alain Accardo), La présentation de soi, Paris, Les Éditions de Minuit, , 251 p. (ISBN 2-7073-0014-4, BNF 37496128), p. 197, La maitrise des impressionsVoir et modifier les données sur Wikidata
  2. Code civil du Québec, RLRQ c CCQ-1991, art 322, <https://canlii.ca/t/1b6h#art322>, consulté le 2021-07-29
  3. Code civil du Québec, RLRQ c CCQ-1991, art 2088, <https://canlii.ca/t/1b6h#art2088>, consulté le 2021-07-29

Articles connexes[modifier | modifier le code]