Lova Moor

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Lova Moor
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nom de naissance
Marie-Claude JourdainVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Période d'activité
Depuis Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Genres artistiques

Marie-Claude Jourdain, dite Lova Moor, est une meneuse de revue, animatrice de télévision et chanteuse française née le à La Grève-sur-Mignon en Charente-Maritime.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formations[modifier | modifier le code]

Marie-Claude Jourdain passe son enfance à La Grève-sur-Mignon[réf. nécessaire], un village de Charente-Maritime, à la frontière des Deux-Sèvres, dans le marais poitevin.

Troisième des quatre enfants d'une famille modeste, elle est orpheline de père assez tôt et suit des études pour devenir éducatrice spécialisée pour enfants en difficulté[1], mais son rêve est de devenir danseuse.

Meneuse de revue au Crazy Horse[modifier | modifier le code]

Alors qu’elle est en train de danser dans une discothèque, un chorégraphe du Crazy Horse Saloon la découvre et l’invite à faire un bout d’essai. Embauchée par Alain Bernardin qui l'affuble du pseudonyme Lova Moor, elle commence sa carrière comme danseuse nue, puis meneuse de revue.

En 1970, le réalisateur allemand Alfred Weidenmannfait tourne un film sur le Crazy Horse. Il s'agit alors de la première apparition de Lova Moor[2].

Carrière médiatique[modifier | modifier le code]

Par la suite, elle gagnera rapidement la notoriété au Crazy Horse[3], et fera l'objet d'un film réalisé par Alain Bernardin sorti en 1977 Crazy Horse de Paris. Elle fera ensuite quelques apparitions au cinéma, puis se lancera en 1986 dans la chanson avec le titre Tendresse...SOS qui passera inaperçu.

En 1988, elle collabore avec Jacques Morali, producteur des Village People ou encore d'Eartha Kitt pour le titre Et je danse qui sera classé à la 9e place du top 50. Les singles suivants sortis au cours des années 1990 se classeront modestement[4] malgré des collaborations avec François Valéry, Didier Barbelivien ou le duo De La Funk (Pascal Lafa et Alex Toesca) sur les singles Jealous et Fantasy.

Au début des années 1990, elle devient à l'instar de Sophie Favier ou de Marlène Mourreau animatrice de charme à la télévision.
Elle anime ainsi sur France 2 l'édition télévisée du festival Juste pour rire de 1993 intitulée Lova Moor : le music hall depuis Montréal[5], elle participe à cette période aux Grosses Têtes de Philippe Bouvard à la radio (1989) et à la télévision (1995).
En 1993 et 1994, elle fait partie des chroniqueurs du jeu Yacapa de Pascal Brunner et participe ponctuellement à Sacrée Soirée.

En 2000, Lova Moor fait son retour sur scène dans le cabaret de Jean-Luc Lahaye : Le 287, néanmoins la revue ne s'avère pas concluante pour elle car celle-ci n'aurait pas été rémunérée pour ce poste[6].

En 2003, elle sort son autobiographie retraçant son expérience personnelle et médiatique[7].

En 2013, elle est interviewée par Mireille Dumas dans le documentaire Cabarets de légende (issu de la collection Signé Mireille Dumas) diffusé sur France 3[8].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Elle a eu une relation avec Alain Delon[9], puis elle épouse en 1985 son employeur Alain Bernardin, alors âgé de 69 ans. Alain Bernardin se donnera la mort en 1994[10]. Elle vit à Bourg-Argental, dans le département de la Loire, depuis les années 1990.

Anecdotes[modifier | modifier le code]

Lova Moor a lancé en 1997 un parfum pour femmes, qui porte son nom et dont la forme du flacon est inspirée de ses formes. Un single La Maman de tous les hommes était offert avec le parfum. À noter que ce titre fut en réalité interprété en doublage par Claude Lombard.

Le , le groupe de pop rock français Superbus a sorti son quatrième album et l'a intitulé Lova Lova, en référence directe à Lova Moor[11].

Discographie[modifier | modifier le code]

Singles[modifier | modifier le code]

  • 1986 : Tendresse...SOS
  • 1988 : Et je danse #9 France
  • 1989 : Je m'en balance
  • 1990 : Danse encore #84 France
  • 1991 : My life
  • 1992 : Jealous
  • 1992 : Fantasy
  • 1993 : As you want
  • 1996 : Oh les mecs!
  • 1997 : Batucada (extrait de la compilation Lova Moor : Body Dancing)
  • 1997 : La Maman de tous les hommes

Compilations[modifier | modifier le code]

  • 1997 : Lova Moor : Body Dancing
  • 2003 : Crazy Songs

Filmographie[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Star les Pins : Lova Moor, star du Crazy Horse », INA Arditube, (consulté le )
  2. « Unter den Dächern von St. Pauli (1970) », sur Lonnys Filme, (consulté le )
  3. « L'ordre règne au Crazy Horse », sur Le Monde, (consulté le )
  4. « Lova Moor dans les charts », sur InfoDisc (consulté le )
  5. « Lova Moor : le music hall (France 2) », sur Inathèque (consulté le )
  6. « Lova Moor, Christian Estrosi, Le Sentier en Gaultier - On a tout essayé », sur YouTube, (consulté le )
  7. « L'abbé de la Morandais, Lova Moor, La délation par le vatican, On a tout essayé », sur YouTube, (consulté le )
  8. « Signé Mireille Dumas - Cabarets de légende », France Bleu Paris, (consulté le )
  9. « Lova Moor : de quoi était mort brutalement son mari Alain Bernardin à 78 ans ? », sur Closer, (consulté le )
  10. « Lova Moor, maman de tous les hommes », sur DH Les Sports+, (consulté le )
  11. « « Lova Lova » : rétro, rétro », sur Le Parisien, (consulté le )

Lien externe[modifier | modifier le code]