Lourties-Monbrun

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Lourties-Monbrun
Lourties-Monbrun
La place de la Mairie
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Gers
Arrondissement Mirande
Intercommunalité Communauté de communes Val de Gers
Maire
Mandat
Karine Monfort
2020-2026
Code postal 32140
Code commune 32216
Démographie
Population
municipale
164 hab. (2018 en augmentation de 17,99 % par rapport à 2013)
Densité 17 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 27′ 24″ nord, 0° 32′ 26″ est
Altitude Min. 192 m
Max. 301 m
Superficie 9,5 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Auch
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Astarac-Gimone
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : région Occitanie
Voir sur la carte administrative de la région Occitanie
City locator 14.svg
Lourties-Monbrun
Géolocalisation sur la carte : Gers
Voir sur la carte topographique du Gers
City locator 14.svg
Lourties-Monbrun
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lourties-Monbrun
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lourties-Monbrun
Liens
Site web Site officiel

Lourties-Monbrun est une commune française située dans le département du Gers en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Lourties-Monbrun est une commune de Gascogne située à 25 km au sud d'Auch[1], entre les vallées du Sousson et du Gers, toutes deux orientées des Pyrénées au sud vers le bassin de la Garonne au nord[2], dans la partie centrale de l'Astarac. La répartition du peuplement est essentiellement composée d'habitations anciennes dispersées, du hameau Haouès avec huit maisons, ainsi que d'un lotissement récent d'une dizaine de maisons[3].

Situation de Lourties-Monbrun.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

L'altitude de la commune varie entre 192 et 301 mètres. La superficie est de 950 hectares[4].

Le relief de la partie occidentale de la commune est constitué de coteaux et de combes, tandis que la partie orientale descend en pente douce vers le Gers[3].

Lourties-Monbrun se situe en zone de sismicité 2 (sismicité faible)[5].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Différents cours d'eau traversent ou bordent le territoire de la commune de Lourties-Monbrun[2] :

  • Le Sousson marque une partie de la frontière occidentale de la commune avec Clermont-Pouyguillès ;
  • Le Cédon prend sa source dans la partie centrale de Lourties-Monbrun puis se dirige vers le nord-est où il marque la frontière avec Clermont-Pouyguillès également ;
  • Le ruisseau du Boué se dirige vers l'est et marque une partie de la frontière septentrionale avec Labarthe ;
  • Les ruisseaux de Labaurie et du Boutil prennent leur source sur la commune et se dirigent vers l'est en direction de Labarthe ;
  • Le ruisseau de Larrazet, petit affluent de la rive gauche du Gers, se dirige aussi vers l'est et marque une partie de la frontière méridionale de la commune avec Masseube;
  • Le ruisseau de Ferran prend sa source dans la partie la plus méridionale de la commune et se dirige vers l'est en direction de Masseube ;
  • Le ruisseau de l'Estive marque une partie de la frontière la plus méridionale de la commune avec Esclassan-Labastide.

Enfin, le Canal de Monlaur traverse la commune du sud-ouest vers le nord-est.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Le territoire de Lourties-Monbrun est traversé par plusieurs routes communales qui rejoignent les diverses routes départementales qui sont tracées tout autour, sans pour autant jamais passer sur la commune et formant une sorte de quadrilatère[2] :

  • La D127, au sud, qui relie Masseube à Saint-Arroman  ;
  • La D150, à l'ouest, qui relie Saint-Arroman à Clermont-Pouyguillès ;
  • La D304, au nord, qui relie Clermont-Pouyguillès en passant par la D237 à Labarthe ;
  • La D929, à l'est, qui est l'axe principal et permettant de relier Labarthe à Masseube.

D'après Édouard Lartet, la voie romaine reliant Auch à Saint-Bertrand-de-Comminges traversait le territoire de la commune[3].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Lourties-Monbrun est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[6],[7],[8].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Auch, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 112 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[9],[10].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (75,7 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (75,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones agricoles hétérogènes (40,9 %), terres arables (34,8 %), forêts (24,3 %)[11].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Lourties trouve l'origine de son nom dans le latin hortus, le jardin. Monbrun doit son nom à la couleur de son sol[1].

Le nom de la commune en gascon est Lortias e Montbrun[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts.

Des tessons de poteries et de tegulae trouvés au lieu-dit de Segan, au nord-est du hameau de l'église de Lourties, indiquent une occupation des lieux à l'époque gallo-romaine[3].

En 1514, le prêtre Bernard Padern est à l'origine de la fondation d'une chapellenie. En 1766, un témoignage décrit le territoire comme « un pays de grains et de vignobles ». La commune commence à subir l'exode rural à partir des années 1880[12].

Les deux communes de Lourties et Monbrun fusionnent en 1822[3], alors qu'elles sont respectivement peuplées de 162[4] et 81 habitants[13].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.

Canton[modifier | modifier le code]

En 1793, les deux communes de Lourties et Monbrun font partie du canton de Masseube. Toutefois, en 1801 Lourties passe brièvement dans le canton de Mirande, puis revient dans son canton d'origine sans doute avant 1806. Après la fusion des deux communes en 1822, la nouvelle entité demeure dans le canton de Masseube[4],[13].

À compter des élections départementales de 2015, la commune rejoint le nouveau canton d'Astarac-Gimone.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal de Lourties-Monbrun comprend, en plus du maire, deux adjoints et neuf conseillers municipaux[1].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2014 Guy Messine[14] PS  
mars 2014 En cours Karine Monfort DVG Fonctionnaire

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[16].

En 2018, la commune comptait 164 habitants[Note 3], en augmentation de 17,99 % par rapport à 2013 (Gers : +0,53 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
174186190162228257265256255
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
227222209216219231233189166
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
1681531311191121221218991
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012 2017
615093102108124126140158
2018 - - - - - - - -
164--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2006[18].)
Histogramme de l'évolution démographique

Note : Jusqu'en 1821, la population affichée est uniquement celle de Lourties, puis celle des deux communes devenues Lourties-Monbrun à partir de 1831.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Il y avait jadis une école à Lourties-Monbrun. En 1961, c'est la première école rurale du département à être fermée et le bâtiment est depuis utilisé comme foyer rural, accueillant les associations locales et les diverses festivités[3]. Le territoire est desservi par un transport scolaire[1].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Fête locale : 3e week-end de juillet[1].

Santé[modifier | modifier le code]

Il n'y a pas de médecin ni de pharmacie à Lourties-Monbrun. Les plus proches sont à un peu plus de 4 km, à Masseube.

Sports[modifier | modifier le code]

Un sentier de randonnée pédagogique de 3,5 km a été inauguré en 2001. Reliant Lourties-Monbrun à Masseube et baptisé De soulan en paguère, il est destiné à faire découvrir la faune et la flore locales, à travers des panneaux disposés tout le long du parcours[3].

Économie[modifier | modifier le code]

L'activité du territoire est essentiellement agricole. Les exploitations sont spécialisées en polyculture céréalière (maïs) et en élevages divers (poulets fermiers, bovins et ovins). Quelques surfaces forestières sont exploitées pour le bois de chauffage[3].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-André de Monbrun était jadis l'objet d'un important pèlerinage le jour de sa fête patronale et on y amenait les enfants pour les guérir de la jaunisse[19], croyance renforcée par la couleur rouge de la statue de saint André. Désaffectée en 1953, elle a été vendue à un particulier et transformée en habitation, tandis que son mobilier était transféré à l'église de Lourties[12].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 14 avril 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f Lourties-Monbrun sur le site de la Communauté de communes Val de Gers
  2. a b c et d Carte IGN sous Geoportail
  3. a b c d e f g et h Georges Courtès (dir.), Communes du département du Gers, vol. III : Arrondissement de Mirande, Auch, Société Archéologique et Historique du Gers, , 437 p. (ISBN 2-9505900-7-1, notice BnF no FRBNF40101206).
  4. a b et c Notice Cassini de la commune de Lourties-Monbrun
  5. Plan séisme
  6. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 27 mars 2021).
  7. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 27 mars 2021).
  8. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 27 mars 2021).
  9. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 27 mars 2021).
  10. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 27 mars 2021).
  11. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 14 avril 2021)
  12. a b et c Panneau explicatif situé près de l'église de Lourties
  13. a et b Notice Cassini de l'ancienne commune de Monbrun
  14. Site de la préfecture - Fiche de Lourties-Monbrun
  15. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  16. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  17. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  19. Michel de La Torre, Gers : Le guide complet de ses 462 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, coll. « Villes et villages de France », (ISBN 2-7399-5032-2, notice BnF no FRBNF35576310).