Louppy-sur-Loison

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Louppy-le-Château et Louppy-sur-Chée.
Louppy-sur-Loison
Vue sur le château et le villagede Louppy-sur-Loison.
Vue sur le château et le village
de Louppy-sur-Loison.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Meuse
Arrondissement Verdun
Canton Montmédy
Intercommunalité Communauté de communes du pays de Montmédy
Maire
Mandat
Guy-Joël Chatton
2014-2020
Code postal 55600
Code commune 55306
Démographie
Population
municipale
139 hab. (2014)
Densité 9,7 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 26′ 42″ nord, 5° 20′ 57″ est
Altitude 187 m (min. : 182 m) (max. : 275 m)
Superficie 14,36 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Meuse

Voir sur la carte administrative de la Meuse
City locator 14.svg
Louppy-sur-Loison

Géolocalisation sur la carte : Meuse

Voir sur la carte topographique de la Meuse
City locator 14.svg
Louppy-sur-Loison

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Louppy-sur-Loison

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Louppy-sur-Loison

Louppy-sur-Loison est une commune française située dans le département de la Meuse, en région Grand Est. Elle fait partie de la Lorraine gaumaise.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Louppy-sur-Loison est situé sur la D 69 qui relie la D 947 au niveau de Baâlon à la D 905 à Jametz. Le village est traversé par le Loison.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Juvigny-sur-Loison Iré-le-Sec Rose des vents
Mouzay N Remoiville
O    Louppy-sur-Loison    E
S
Murvaux Remoiville
et Brandeville

Toponymie[modifier | modifier le code]

Lopeium (1193) ; Lopeium super Losonum (XIIe siècle) ; Lupeium (XIIe siècle) ; Loppeium (1200); Lopeio (1213) ; Luppeium (1220) ; Loppeium (1220) ; Louppey (1348) ; Louppy-aux-deux-chasteaulx (1556) ; Louppy-aux-deux-chasteaux (1571) ; Louppy-aux-deux-châteaux (1700) ; Lupentium, Loupi-aux-deux-châteaux (1756).

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
    Lucien Amelon (1899-1967)    
mars 2001 mars 2014 Pierre Fleury    
mars 2014 en cours Guy-Joël Chatton    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[2],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 139 habitants, en augmentation de 16,81 % par rapport à 2009 (Meuse : -1,29 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
354 390 403 398 450 449 475 524 515
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
505 458 515 446 439 398 392 377 348
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
323 305 291 232 217 194 187 155 176
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
185 159 146 111 113 122 120 135 139
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Les ruines féodales[modifier | modifier le code]

Les ruines féodales

Après avoir fait partie de l’Austrasie et de la Lotharingie, Louppy, située sur un promontoire dans une boucle formée par le Loison, devient une forteresse possédant deux châteaux réunis par des murailles d’où son appellation ancienne de Louppy-les-deux-Châteaux. Au cœur du village, à proximité de l’église, les vestiges d’une tour et d’une courtine sont encore visibles. À l’origine, le château apparaissait sous la forme d’un quadrilatère accosté de quatre tours d’angles et possédait autrefois de profondes douves alimentées par le Loison tout proche. Outre le caractère défensif de l’édifice sa fonction résidentielle parait certaine eu égard à la présence d’une cheminée et de banquettes sous les fenêtres. Ces vestiges dateraient sans doute du XIIIe ou XIVe siècle, mais la première mention d’un château est attestée à la fin du XIIe siècle comme propriété du comte de Bar Thibaut Ier, par la suite la seigneurie de Louppy sera partagée entre différentes familles jusqu’à l’arrivée de la famille de Pouilly au XVIe siècle.

L’église de la Madeleine[modifier | modifier le code]

L’église de la Madeleine

Adam de Menthon, chanoine de la collégiale Sainte-Madeleine de Verdun, fonde hors des remparts l’église de la Madeleine. Plusieurs hypothèses expliquent cet emplacement particulier à l’écart du village, notamment celle d’un ermitage comme en témoigne une fontaine, dite de l’Ermitage, située à proximité. La nef remonte au XIe siècle comme l’attestent les ouvertures romanes et fut prolongée par la suite d’un nouveau chœur voûté en ogive au XVIe siècle. La particularité de cette église tient essentiellement au retable datant de la fin du XVe siècle l’un des plus bels exemples connus dans la région. En 1840, à la demande du comte Charles Gédéon Théodore de Wassinhac, fut aménagé une chapelle funéraire ouverte sur le chœur, pour y enterrer les membres de leur famille. Elle est entièrement décorée de fresques représentant la Résurrection et les différents apôtres, on y retrouve le fondateur de la chapelle en habit de pair de France, ainsi que toutes les armoiries des seigneurs de Louppy, de l’origine jusqu’à la Révolution.

L’église Saint-Martin[modifier | modifier le code]

L’église Saint-Martin

L’église Saint-martin de style néo-roman, située sur la place du village, est édifiée sur les ruines de l’ancien château fort et prend la forme d’une croix latine composée de trois vaisseaux avec un transept saillant se terminant par un chevet à trois pans. La grandeur et le volume surprenant de l’église contrastent avec celles des villages environnants et s’expliquent par la population nombreuse de l'époque, qui a atteint plus de 500 habitants au XIXe siècle. Elle fut bénite en 1878. Une fois le gros-œuvre terminé, il fut décidé de lancer une loterie et une souscription en vue de financer son ameublement, opération à laquelle participa non seulement la Lorraine, mais aussi de nombreux départements français et des villes de Belgique et du Grand-Duché de Luxembourg. À l’intérieur de l’église, en plus du mobilier néoroman, une série de vitraux garde le souvenir des anciennes familles du village, en particulier celle des Vassinhac d’Imécourt.

  1. redirectDuchy of Lorraine

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Stéphane Thouin, Le château de Louppy-sur-Loison, dans Congrès archéologique de France. 149e session. Les Trois-Évêchés et l'ancien duché de Bar. 1991, p. 159-183, Société française d'archéologie, Paris, 1995

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]